Skip to main content

NOVISSEN

NOs VIllages Se Soucient de leur ENvironnement

Accueil
Statuts
Enquête publique 2015
Référé
Actions récentes
Actions marquantes
Pour adhérer et Dons
Comité de soutien
CR réunions
Argumentaires
Textes officiels
Historique
Documents divers
Prises de position
Médias
Démocratie participative
Livre Novissen
 
                                                        Prises de position                                                                      
 
Nous avons réuni dans cette rubrique diverses prises de position globales face au projet dit des "1000 vaches".
Elles sont classées par année, et regroupées selon les évènements qui leur ont servi de cadre.
Votre recherche sera facilitée en consultant les sommaires par année.
 
Année 2017
 
 Notre association a cependant contacté tous les candidats des 1e et 3e circonscriptions directement impactées par l’usine à vaches pour connaître leur position sur ce projet.
Vous trouverez ci-dessous un copie des courriers de ceux qui ont répondu.
 
 1ére circonscription
 
- François Ruffin
Nicolas Dumont
 
Mouko Ricky
 
Pascale Boistard
 
Amal Aissaoui
 
Mai-Linh Nguyen
Florient Tryoen
 
3ème circoncription
 
Isabelle Brusadelli
 
Rémy Chassoulier
 
Emmanuel Maquet
Dominique Ledet
 
Sommaire de l' année 2014
 
Dans le cadre de l'action de démontage de la Confédération Paysanne dans la salle de traite le 28 mai 2014
et du procès qui a suivi, le 1er juillet.
 

Communiqué du 30 mai 2014 de l'Association Végétarienne de France

Communiqué de CAP 21 Picardie en date du 28 mai 2014

Communiqué du PCF - Front de gauche en date du 29 mai 2014 

Lettre de Brigitte Bardot à François Hollande ET la réponse reçue en date du 15 juillet 2014
Motion de soutien du 3 juin 2014 de "L'Union syndicale Solidaires" 
CRHA Citoyens Résistants d'Hier et d'Aujourd'hui
Question de Barbara Pompili, députée EELV et réponse de Stéphane Le Foll le 1er juillet 2014
Réaction de Danielle Auroi, députée de la 3ème circonscription du Puy-de-Dôme à cette réponse de S. Le Foll
Soutien FdG-EELV en Rhône-Alpes (blog de Corinne Morel Darleux)
Communiqué du Parti de Gauche du 26 juin 2014
Déclaration du syndicat MODEF ( "Mouvement de Défense des Exploitants Familiaux") du 26 juin 2014
Déclaration commune "Agir pour l'environnement" et "L214" (27 juin 2014)
Communiqué de la LDH Fédération de la Somme du 27 juin 2014
Déclaration du PCF du 30 juin 2014
 
Dans le cadre du rejet du référé-suspension par le Tribunal Administratif d'Amiens
Communiqué de presse EELV du 12 mars 2014 
 
Dans le cadre de l'audience au Tribunal Administratif d'Amiens
Communiqué de presse EELV du 18 février 2014
 
Dans le cadre de la réunion publique d'information organisée par Novissen le 6 février 2014
Lettre de Nicolas Dumont (absent à cette réunion) datée du 6 février 2014 et destinée à être lue en public
 
 
Dans le cadre de la visite du député Nicolas Dupont-Aignan à Drucat le 23 janvier 2014
Une vidéo publiée par son site
 
 
Sommaire de l' année 2013
 
Dans le cadre de la Courriel Action 
Lettre de Anne Vonesh - L214 - au Ministre de l'Ecologie
 
Dans le cadre de l'action de la Confédération Paysanne du 12 septembre 2013
et de la manifestation du 28 septembre 2013 organisée par Novissen.
 
Parti de Gauche (17.09.13 et 21.11.13)
NPA
Appel du PCF-Front de Gauche du 20 septembre
EELV le 25 septembre
 
Dans le cadre de l'arrêté préfectoral du 1er février 2013.  
Communiqué de presse  du 02 février 2013 que le CA de Novissen a remis aux journalistes
 
 
Sommaire de l' année 2012 
 
Dans le cadre d'une prise de position de quatre élus locaux                                                                                                                                            
 Messieurs  Dumont, Demarthe, Buisine et Mathon s'expriment dans une lettre écrite le 30 mars 2012.
(Novissen a envoyé cette lettre aux adhérents, accompagnée d'un message)
 
Dans le cadre des élections à la Présidence de la République
 Réponses qui nous sont parvenues des candidats à la Présidentielle,
suite à nos actions, ou suite à notre lettre les interrogeant sur ce sujet.
 Prises de positon diverses durant la même période.
 
-  Eva JOLY (Candidate à la Présidence de la République)
-  Corinne LEPAGE
-  Patrick LE HYARIC
-  Jean-Luc MELENCHON (Candidat à la Présidence de la République)
-  François HOLLANDE (Candidat à la Présidence de la République)
-  Nicolas DUPONT- AIGNAN (Candidat à la Présidence de la République)
-  Association L214
-  Jean-Pierre TETU
-  Nathalie ARTAUD (Candidate à la Présidence de la République)
-  Philippe POUTOU (Candidat à la Présidence de la République)
-  Nicolas SARKOZY (Candidat à la Présidence de la République)
-  Texte de la lettre ouverte et du mail adressés par Novissen aux candidats à la Présidence de la République
 
D'autres personnalités du monde politique ou associatif se sont aussi exprimées.
 -  François VEILLERETTE
 -  Yann ARTHUS-BERTRAND
-  Jean-Claude RENAUX
 -  Stéphane DECAYEUX
 -  Stéphane DECAYEUX et Pascale BOISTARD
-   Pierre LAURENT
 -   Association L214
-   Christiane DELANNOY
 
ANNEE 2015
 
Communiqué du 22 juillet 2015 du Collectif Plein air
 
 
 
 
                                           c o m m u n i q u é ,  l e  22 / 07 / 2015

                                                                   ÉLEVAGE
                EN FACE DES PRIX JUSTES IL FAUT INTÉGRER LE RESPECT DU VIVANT
Le Collectif Plein Air compatit à la détresse des éleveurs qui, sous la pression des prix, voient
s’écrouler un pan de vie économique. Le Collectif dénonce le comportement pilleur des grandes
enseignes et l’égoïsme porté en étendard par un certain consumérisme mal informé. Il accuse aussi
l’idéologie de la « compétitivité » qui s’acharne à faire croître une production de masse inutile
mais dévoreuse de ressources et parfois très polluante.

Le Collectif Plein Air est en désaccord profond avec les remèdes qui sont couramment préconisés :
augmenter les performances donc intensifier encore plus, obtenir de nouvelles aides publiques sans
changer de système, décrocher des marchés à l’exportation, importer des aliments OGM, réduire les
contraintes environnementales, alléger les contrôles, bloquer les avancées en matière de bien-être
animal.

Le sauvetage de l’élevage se fera avec les animaux et pour eux. Sinon les conflits et crises seront
interminables et douloureux. La guerre contre les animaux ne peut pas être gagnée. Malheureusement
elle risque de durer. Le Collectif Plein Air est très inquiet que le projet gouvernemental de «
Stratégie nationale de bien-être animal » n’aboutisse, sous la pression des filières animales, à
rien comme les « Rencontres Animal et Société » en 2008, si ce n’est à faire semblant. Quant aux
normes minimales de protection des animaux d’élevage, l’exemple des porcs1, un parmi d’autres, est
éloquent. La Commission européenne n’arrive pas à faire appliquer ces normes. Et même l’outil
pédagogique2 qu’elle a élaboré est bloqué dans sa diffusion !

Mais entretemps l’illusion de sauver les éleveurs en leur faisant produire toujours plus à

bas prix, a volé en éclats. Il est avéré que les Français peuvent vivre bien et plus sainement

en réduisant, en moyenne et selon leurs goûts, leur consommation de viande et de lait de

moitié. Si nous voulons limiter le changement climatique, la diminution de l’utilisation des

protéines animales est incontournable. Aujourd’hui la question cruciale à laquelle la

politique et les politiques doivent répondre est celle-ci : comment produire et

consommer localement moins de viande et de lait mais dans le respect des animaux et

de l’environnement, et ceci avec autant et même plus d’agriculteurs et d’emplois

rémunérés décemment ? C’est autour de cette question qu’il faut se réunir. Les réponses

sont l’innovation utile. La restructuration se fera avec les citoyens et selon les territoires.

Contacts :

Anne Vonesch, vice-présidente d’Alsace Nature, tél. 06 89 66 71 50

Catherine Schmitt, présidente d’Yonne Nature Environnement, tél. : 06 32 41 46 88

 1)   http://collectifpleinair.eu/themes/dossier-porcs-le-caillebotis-dans-le-bref/

  2)    http://collectifpleinair.eu/protection-des-porcs-nul-ne-peut-plus-ignorer/

 
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         
 
 
ANNEE  2014
 

Dans le cadre de l'action de démontage de  la Confédération Paysanne dans la salle de traite le 28 mai 2014
et du procès qui a suivi , le 1er juillet.
 
 
 

Communiqué du 30 mai 2014 deL’Association Végétarienne de France

Désastre écologique, éthique et sanitaire: l’Association Végétarienne de France soutient le démontage de la salle de traite de la ferme-usine des 1000 vaches.

 

Mercredi 28 mai, une cinquantaine de paysans de la Confédération Paysanne, venus de toute la France, ont entamé le démontage de la salle de traite de la ferme-usine des 1000 vaches, afin

de protester contre la mise en place de cette installation agro-industrielle.

 

L’Association Végétarienne de France soutient cette action dans la mesure où elle s’oppose à ce projet concentrationnaire et polluant, qui traite les animaux comme des machines à produire

 du lait et de la chair, au mépris de leurs besoins physiologiques et affectifs. Elle l'abandon des poursuites engagées contre les militants.

 

Mais au-delà de ce projet particulier, l’Association Végétarienne de France s'oppose à l’exploitation des animaux, quelle qu’elle soit, et rappelle que la production de lait est indissociable

de la souffrance et de la mort des animaux. Dans tous les élevages de vaches laitières, y compris bio, les vaches sont inséminées une fois par an pour donner naissance à un veau. Alors

 qu'elles développent des liens étroits avec leurs veaux dès la naissance, leurs petits leur sont retirés, en particulier s'il s'agit de mâles, dont la chair est destinée à la boucherie. Après quatre

 ou cinq ans passés à ce régime, et alors qu'elles pourraient vivre vingt ans, les vaches laitières sont envoyées à l'abattoir pour donner de la "viande de réforme", souvent consommée

en tant que "viande de boeuf". 

 

Par ailleurs, consommer des produits laitiers n'est pas nécessaire pour être en bonne santé. Les besoins en calcium dépendent de plusieurs

facteurs, dont la consommation en sodium et en protéines animales. Ils sont environ deux fois plus faibles dans la population végétarienne que spécifié par

 les recommandations officielles françaises, et peuvent être satisfaits par un régime végétal varié: choux, oléagineux, tofu...

Enfin, la cuisine végétale permet des préparations culinaires variées et savoureuses: crèmes, pâtisseries, pizzas, gratins...

 

Pour toutes ces raisons, et parce que la production de produits laitiers possède un lourd impact écologique, l'Association Végétarienne de France promeut le mode de vie végane,

qui est sain, écologiquement soutenable, et source de plaisir.

 

En savoir plus sur l’équilibre nutritionnel végétarien:

http://www.vegetarisme.fr/_pdfs/guide_vegetarien.pdf

En savoir plus sur le calcium:

http://www.jeudi-veggie.fr/le-b-a-ba-du-calcium.html 

En savoir plus sur la nocivité des produits laitiers pour la santé:

http://www.jeudi-veggie.fr/pourquoi-reduire-sa-consommation-de-laitages.html

 

Contact : Élodie Vieille Blanchard (présidente de l'AVF). 06 32 43 86 40.

 

  *************************************************************************************************************************************

 

                                                                                                                                                                                     Communiqué de CAP 21 Picardie en date du 28 mai 2014

  *************************************************************************************************************************************

Communiqué du PCF - Front de gauche en date du 29 mai 2014
 
Ferme des 1000 vaches : le PCF soutient les syndicalistes interpellés de la confédération paysanne

Le PCF soutient l'action des militants paysans contre la ferme des 1000 vaches et leur lutte en faveur d'une agriculture paysanne, relocalisée, rémunératrice.
Nous appelons à la mobilisation contre la répression syndicale dont est victime la Confédération paysanne.
Nous encourageons ces combats en faveur de l'humain d'abord.
Leur combat est le nôtre.
 

  *************************************************************************************************************************************

Lettre de Brigitte Bardot à François Hollande - et la réponse en date du 15 juillet 2014
 

http://www.courrier-picard.fr/region/somme-1000-vaches-brigitte-bardot-interpelle-francois-hollande-ia201b0n380629

 
 

Brigitte Bardot, présidente de la Fondation du même nom, a adressé une lettre ouverte au Chef de l'Etat, ce vendredi 30 mai.

 

«Cher François Hollande,

 

Depuis plusieurs années maintenant, ma Fondation dénonce l’épouvantable usine aux « 1000 vaches » qui s’est construite dans la Somme et qui ne respecte pas l’Article L214-1 du code Rural :

« Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce ».

Enfermer des ruminants sur un sol bétonné, les priver de la lumière du jour, bloquer ces vaches dans des boxes métalliques pour les relier à des machines à traire, les inséminer à la chaine,

envoyer leur veau à l’abattoir pour prélever toujours plus de lait… Tout cela est monstrueux, inhumain, à vomir !

Cela n’a plus rien à voir avec l’agriculture, c’est de l’industrie intensive où l’animal est robotisé et qui condamne à mort des milliers de petits éleveurs.

Je suis de tout cœur avec les militants de la Confédération Paysanne qui ont eu le courage d’agir pour tenter d’enrayer cette machine infernale et meurtrière. Les cinq militants en garde à vue,

qui ne sont pas des voyous mais ont agi dans l’intérêt général, sont dignes de l’Ordre du Mérite Agricole et ne devraient pas être enfermés dans une cellule.

C’est pourquoi je vous demande d’intervenir personnellement, de répondre à ma demande comme vous l’aviez fait pour les éléphantes menacées d’euthanasie à Lyon.

Vos ministres de l’Agriculture et de l’Ecologie ont été interpellés par le porte-parole de la Confédération Paysanne, ils ont affiché un mépris absolument scandaleux et inacceptable.

Monsieur le Président, je compte sur vous, nous ne voulons pas de ces élevages industriels qui ne respectent ni les hommes, ni les bêtes, ni le code Rural, ni la moindre éthique humaine.

Merci de répondre à ce nouvel appel !

 Avec espoir et confiance,

 Brigitte Bardot

Présidente»

 
  ************************************************************************************************************************************************

            Motion de soutien du 3 juin 2014 de "L'Union syndicale Solidaires"

                                  Non à la répression contre les militants de la Confédération Paysanne!

                                                                                     

 

                                                                                               http://solidaires.org/article48215.html

 

  ********************************************************************************************************************************************
                      CRHA Citoyens Résistants d'Hier et d'Aujourd'hui 
 
 
  ************************************************************************************************************************************************* 
 
Question de Barbara Pompili, députée EELV et réponse de Stéphane Le Foll en date du 1er juillet 2014
 
Comme elle l'avait dit le matin même devant le Palais de Justice d'Amiens, mardi 1er juillet 2014 après-midi, Barbara Pompili a posé une nouvelle fois la question à S Le Foll, à
l'occasion de la convocation au Tribunal des membres de la Conf' .
Sur ce lien, le communiqué et la vidéo montrent l'échange dans l'hémicycle. Particulièrement intéressant !!
  
  ************************************************************************************************************************************************* 
Réaction de Danielle Auroi, députée de la 3ème circonscription du Puy-de-Dôme, à cette réponse de S. Le Foll.  
 
 
  ************************************************************************************************************************************************* 
 

Le blog de Corinne Morel Darleux


>

1000 vaches, Confédération Paysanne, responsabilité du gouvernement et soutien FdG-EELV en Rhône Alpes

Posted: 24 Jun 2014 04:46 AM PDT

> Les 1000 Vaches... Encore une lutte qui ne date pas d'hier mais qui enfin, d'abus en abus, finit par monter fort et c'est tant mieux. Petite caisse de résonance et contribution

personnelle au combat.

> Dès novembre 2013,j'apportais le soutien du Parti de Gauche aux syndicalistes de la Confédération Paysanne et militants de l'association Novissen qui se retrouvaient en garde à vue pour s'être opposés à ce projet de ferme-usine

dans la Somme, alors même que dans le même temps le blocus de la FNSEA était toléré. En mai dernier, nous refaisions un communiqué de soutien suite à l'interpellation et la mise en garde à vue de syndicalistes de la Confédération

 Paysanne (voir ici le fil d'info et dossier sur Reporterre) et cette semaine Mathieu Agostini, responsable de la commission Écologie du PG, a rédigé cet article publié dans notre bulletin hebdomadaire "A Gauche".

> Ce combat illustre bien la convergences des luttes syndicales, citoyennes et écolos qui est en train de se mettre en place autour des grands projets inutiles et imposés (GPII). Il sera d'ailleurs à l'honneur au rassemblement

 annuel des opposants au projet d'aéroport de Notre Dame des Landes (NDDL), voici le communiqué que j'ai fait à ce sujet. Le 29 juin a également lieu un rassemblement "convergence NDDL - autres GPII" près de Lyon avec Françoise

Verchère pour NDDL, Daniel Ibanez pour la LGV Lyon-Turin et Laurent Pinatel pour les 1000 Vaches. Le même jour, la caravane de convergence des comités NDDL sera sur place dans la Somme, et le 1er juillet aura lieu un

 rassemblement de soutien devant le tribunal d'Amiens. Nous serons présents à chacun de ces rassemblements.

> Il est essentiel d'apporter tout notre soutien à cette lutte, il en va de l'avenir des paysans et de notre agriculture. Aussi, en parallèle de la mobilisation sur le terrain et via le PG, à la suite de la dernière assemblée plénière

du 19 juin à la Région Rhône Alpes nous avons adressé un courrier à la Confédération Paysanne pour les soutenir dans leur combat. Ce courrier a été envoyé au nom des élu-e-s régionaux des groupes Europe Écologie les Verts et

 Front de Gauche, co-signé avec Olivier Keller et Gérard Leras, conseillers régionaux Europe Écologie Les Verts, et moi-même en tant que conseillère régionale pour le groupe Front de Gauche : Télécharger le communiqué EELV - Front

de Gauche Rhône Alpes contre le projet de ferme-usine des 1000 Vaches. Ce communiqué fait suite au vœu que nous avons fait adopter en Assemblée régionale plénière ce 19 juin, vous le trouverez également ici : Télécharger le vœu

de la Région Rhône Alpes contre le projet de ferme-usine des 1000 Vaches

> J'y ai fait retirer une phrase introduite par le PS et qui me semblait par trop complaisante envers le Ministre le Foll qui dans cette citation condamnait le projet, alors qu'il ne bouge pas le petit doigt pour le contrer.

> Je n'oublie pas que M le Foll fait partie du même gouvernement qui envoie les forces de l'ordre arrêter dans une gare le porte-parole de la Confédération Paysanne, Laurent Pinatel, interpellé pour recel de vol aggravé et finalement

convoqué pour dégradation de biens. Le même gouvernement qui permet qu'on garde à vue des syndicalistes lanceurs d'alerte et que ceux-ci soient inculpés pour refus de prélèvement d'ADN.

> Je n'oublie pas que ce sont les mêmes parlementaires du PS qui avaient vidé notre proposition de loi d'amnistie sociale de son contenu, notamment sur la défense de l'environnement.

> Je n'oublie pas que le Premier Ministre dont dépend M le Foll continue la vaste opération de criminalisation syndicale enclenchée sous Nicolas Sarkozy.

> Je n'oublie pas que les députés européens du PS ont voté une réforme de la Politique agricole commune au Parlement européen qui signe la fin des quotas laitiers.

> Enfin je n'oublie pas que c'est le même gouvernement d'un Président de la République, François Hollande, qui a approuvé le mandat de négociation de la Commission européenne avec les États-Unis pour un p

rojet de traité transatlantique qui signerait la mort de l'agriculture paysanne en France.

> N'oublions pas, luttons sur tous les terrains. De la pétition citoyenne à l'action des élus à la Région en passant par la diffusion de l'information et la présence militante au rassemblement de Notre Dame des Landes. Soyons

 partout, chacun à sa manière, convergeons et faisons feu de tout bois.


>

> Pour en savoir plus, agir et soutenir cette lutte :

> Page de mobilisation dédiée sur les 1000 vaches.

> Pétition "Nos fermes ne sont pas des usines"

> Appel "Le groupuscule des vaches en colère" en direction de l'entreprise Senoble, la laiterie industrielle privée qui va collecter le lait de la ferme-usine des 1000 vaches.

 
 

 
  ************************************************************************************************************************************************* 
 
Communiqué du 26 juin 2014 du Parti de Gauche   (visible sur le portail du parti).

Ferme des Mille Vaches : Le PG apporte son soutien à la Confédération paysanne et à

ses militants

2014agostiniagriculturebillardesteurogmtgouvernementlaurent levardmartine billardmathieu agostinimilitantsogmparti de gauchepollutiontotalusine

Jeudi 26 Juin 2014

  Laurent Levard et Mathieu Agostini

Mercredi 28 mai 2014, la Confédération paysanne a réalisé une action de démontage de la ferme des
1.000 vaches dans la Somme. Suite à cette action, cinq militants se sont retrouvés en garde à vue pendant 48h et sont mis en examen pour dégradations, vols en réunions et recel aggravé

et risquent de la prison et jusqu’à 375 000 euros d’amende. Le procès est prévu le 1er juillet 2014.

Le projet de ferme des mille vache est le symbole d’une nouvelle forme d’agriculture, l’agriculture de firme, qui représente une.nouvelle étape dans la concentration et l’industrialisation de

l’agriculture. A la veille de la disparition des quotas laitiers, l’accélération annoncée de ce processus sera synomyme d’effondrement des prix du lait, de destruction massive de fermes laitières

 et d’emplois agricoles. Ce modèle d’agriculture est porteur de nouveaux dégâts écologiques (épandage massive de boues issues de la méthanisation et pollutions aux nitrates des nappes

phréatiques, importations massive de soja OGM d’Amérique Latine, etc.), de produits agricoles de faible qualité et de nouveaux risques sanitaires.

Le Parti de Gauche dénonce la duplicité du gouvernement PS qui, à côté des discours sur l’agroécologie et de la promotion d’une agriculture de qualité de niche pour une minorité de

consommateurs aisés, se fait le défenseur d’une agriculture productiviste et industrielle au nom d’une soit-disante "compétitivité" sur le marché mondial. En pleine cohérence avec ce principe,

 le gouvernement défend ainsi la négociation d’accords de libre-échange, et notamment le GMT qui pourrait se traduire, s’il était signé, par l’importation massive à bas prix de produits

agricoles de bas de gamme en provenance des Etats-Unis.

Le Parti de Gauche apporte son total soutien à la Confédération paysanne et à ses militants.

Il demande que :

  • soit fait le nécessaire pour arrêter le projet des 1 000 vaches dès à présent ;

  • soit modifié le cadre juridique afin que des fermes usines ne puissent pas s‘implanter sur le territoire français ;

  • cette interdiction soit appliquée à l’ensemble de l’Union européenne ;

  • les lançeurs d’alerte comme les militants de la Confédération paysanne soient protégés juridiquement.

Le Parti de Gauche appelle à participer massivement au rassemblement de soutien aux militants de la Confédération paysanne le 1er juillet à Amiens où il sera présent avec une

délégation emmenée par sa Coprésidente Martine Billard.

Laurent Levard - Membre du Bureau National responsable de l’agriculture
Mathieu Agostini - Membre du Bureau National responsable de l’écologie

- See more at:

http://www.lepartidegauche.fr/actualites/communique/ferme-des-mille-vaches-le-pg-apporte-son-soutien-la-confederation-paysanne-a-ses-militants-28695#sthash.JQwBeNBM.dpuf

 

Autres prises de position du PARTI DE GAUCHE dans le GERS(32) et le TARN(81) :

 

http://lepartidegauche81.blog.fr/2014/07/02/declaration-de-soutien-a-la-confederation-paysanne-proces-1000-vaches-1er-juillet-18769663/

 

  ************************************************************************************************************************************************* 

 

Déclaration du syndicat MODEF ("Mouvement de Défense des Exploitants Familiaux") du 26 juin 2014

 


 

  ************************************************************************************************************************************************* 
 
Déclaration commune "Agir pour l'Environnement" et "L214" (27 juin 2014)

Le 27 juin 2014 13:20, Stéphen Kerckhove - Agir pour l'Environnement <skerckhove@agirpourlenvironnement.org> a écrit :
Bonjour,
 
Dans le cadre de la mobilisation contre le projet de ferme-usine des 1000 vaches, je vous propose de cosigner ce projet de déclaration commune.(...)
 
Merci d'avance de vos retours,
 
Stéphen Kerckhove, délégué général
Agir pour l'Environnement
2, Rue du Nord - 75018 PARIS
Tél. 01 40 31 02 99 / 06 06 88 52 66
Courriel. skerckhove@agirpourlenvironnement.org
http://www.agirpourlenvironnement.org

C'est tout ok pour L214.
Merci de prendre de telles initiatives ! Brigitte.

DECLARATION COMMUNE
Les fermes ne sont pas des usines : Non au projet des 1000 vaches !
La course au gigantisme est une fuite en avant qui conduit l'agriculture et l'élevage dans une impasse. Entre 2000 et 2010, , environ 40 % des fermes laitières ont disparu en France alors
même que la taille moyenne des troupeaux a progressé de 48 %.
La ferme-usine des 1000 vaches, située à Drucat dans la Somme n'est qu'un exemple de plus d'une dérive qui place les paysans dans une situation de dépendance extrême à l'égard d'industriels
 cyniques qui n'hésitent plus à investir dans des projets pharaoniques.
Avec plus de 1000 vaches et 500 veaux et génisses, cette ferme-usine est à l'élevage ce que l'aéroport de Notre-Dame des Landes est à la mobilité durable. Faisant fi de l'opposition déterminée
 des riverains, des éleveurs, des associations de protection animale ou des ONG de défense de l'environnement, un industriel du BTP, véritable chasseur de primes, tente donc de capter les
 aides publiques à la méthanisation en construisant une ferme-usine dont le but premier est de produire du lisier alimentant un méthaniseur, produisant du gaz et de l'électricité. Le lait n'est
qu'un sous-produit du lisier ! La vache, être sensible, ne verra plus le jour, parquée dans un univers concentrationnaire, réduite au statut d'usine à lait et à lisier. L'éleveur sera quant à lui aliéné
 et précarisé, gérant un élevage comme d'autres gèrent une chaine de production.
Alors que les consommateurs cherchent de plus en plus des produits sains en privilégiant les circuits courts, qu'ils se détournent d'aliments bourrés d'antibiotiques et de pesticides, est-il
raisonnable de franchir une nouvelle étape dans la déraison agro-industrielle ? Cette lente dérive industrielle de l'agriculture doit prendre fin. Parce que l'agriculture et l'élevage ne peuvent
plus s'affranchir des demandes sociales, la ferme-usine des 1000 vaches doit être abandonnée.
A l'entêtement de l'industriel Ramery, les associations et syndicats signataires appellent de leur vœux un vaste débat sur la transition agricole. Nous appelons à la constitution de comités
« 1000 vaches » en solidarité avec celles et ceux qui luttent localement et nationalement contre une un élevage qui nie l'intégrité des hommes et des animaux, qui s'affranchit ouvertement
des limites écologiques, qui récuse le bien-fondé d'une agriculture en adéquation avec les milieux écologiques.
 
***********************************************************************************************************************************************
 Communiqué de la LDH-Fédération de la Somme, du 27 juin 2014
 
 
 ***********************************************************************************************************************************************
Déclaration du  Parti Communiste Français le 30 juin 2014
 
 
 
 
 ***********************************************************************************************************************************************
Dans le cadre du rejet du référé-suspension par le Tribunal Administratif d'Amiens
Communiqué de presse EELV du 12 mars 2014

Ferme des 1000 vaches : « Le combat pour une agriculture durable et créatrice d’emplois ne s’arrête pas là »

 

Mercredi 12 mars 2014, le Tribunal Administratif a rejeté la demande en référé de suspension du permis de construire de la ferme-usine des 1 000 vaches à Drucat (Somme).

Nous prenons acte de la décision de justice rendue aujourd’hui qui statue sur la régularité de la procédure administrative aboutissant à la délivrance du permis de construire.

Elle confirme, comme on pouvait le redouter, que construire une usine démesurée pour y entasser des centaines d'animaux afin d'en tirer un bénéfice financier est bel et bien légal.

 

François Veillerette, Conseiller Régional EELV, souligne : « Le combat pour une agriculture durable et créatrice d’emplois n’est pas fini. Sur la procédure, nous faisons

confiance à Novissen, la Confédération Paysanne ou encore Picardie Nature pour intenter tous les recours possibles à ce projet aberrant. Sur le fond, la lutte pour un modèle

agricole soutenable doit se poursuivre dans le champ politique, au Parlement mais aussi au niveau européen. La ferme-usine des 1 000 vaches est caractéristique de cette bataille,

au-même titre que l’allègement du régime ICPE pour les élevages porcins, passé par décret en décembre dernier ».

 

Pour Barbara Pompili, Députée de la Somme : « Le gouvernement a affirmé que ce modèle agro-industriel ne correspondait pas à celui qu'il souhaitait pour l'agriculture française.

L'heure est maintenant venue d'associer les actes à la parole. Il se trouve justement que la loi d'avenir agricole est actuellement examinée par le Parlement. Alors que les

écologistes ont porté des propositions pour empêcher de tels projets, dont le gigantisme menace l'emploi, la santé, l'environnement et le bien-être animal, elles n’ont pour

l’instant pas été satisfaites. Il devient donc indispensable que le gouvernement se saisisse de la deuxième lecture de la loi à l'Assemblée nationale pour concrétiser ses engagements ».

 

Karima Delli, Eurodéputée EELV, précise :« cette décision est bien sûr une déception pour tous les défenseurs d'un modèle agricole, durable, raisonné et respectueux du monde qui l'entoure

en général, et de la condition animale en particulier. C'est un coup porté au combat légitime des citoyens qui s'opposent au projet inutile écologiquement et économiquement de la ferme des 1 000 vaches

et de l'agro-business, mais cela ne remet pas en cause notre détermination et nos convictions. Notre ministre de l'écologie, Philippe Martin, a le dossier sur son bureau, nous lui demandons de nouveau de

stopper cette folie afin de promouvoir une agriculture durable et respectueuse de l'environnement ».

 

Enfin, José Bové, Eurodéputé EELV, conclue :« La rentabilité de cette ferme gigantesque ne sera assurée à terme que grâce aux soutiens publics qui permettent de revendre à EDF jusqu’à 20 centimes

le kwh d’électricité produit à partir de la méthanisation. La collectivité ne doit en aucun cas soutenir de manière détournée des projets comme la ferme des 1000 vaches. Le gouvernement doit dans les plus brefs

délais fixer un seuil pour stopper ce type de projet aberrant, coûteux et nocif. La mobilisation doit continuer et s’intensifier ».

 

José Bové,  Eurodéputé EELV

Karima Delli et François Veillerette,  Candidats EELV aux élections européennes dans le Nord-Ouest

Barbara Pompili, Députée de la Somme

Christophe Porquier et Evi Ralli, Porte-parole EELV Picardie  

  

**************************************************************************************************************************************************************************

 

Dans le cadre de l'audience au Tribunal Administratif d'Amiens
Communiqué de presse EELV du 18 février 2014
 
 
***************************************************************************************************************************************************************************
 
Dans le cadre de la réunion publique d'information organisée par Novissen le 6 février 2014
 
Lettre de Nicolas Dumont (absent à cette réunion) datée du 6 février 2014 et destinée à être lue en public
(cette lettre est à comparer avec celle du 30 mars 2012 -voir ci-dessous, plus bas- à laquelle il fait lui-même référence)
 
 
*********************************************************************************************************************************************************************************
 
 
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     
 
 
ANNEE  2013
Dans le cadre de la COURRIEL ACTION
(lettre envoyée au Ministre de l' Ecologie)
 
par Anne Vonesch le22 novembre 2013 
 

Monsieur le Ministre,
J'ai beaucoup d'estime pour le travail de l'ADEME et pour votre Ministère.
Alors permettez-moi quand-même d'exprimer, ci-dessous, le "cri du coeur", formulé comme tel. Car ce qui se passe fait mal. Je voudrais attirer votre attention sur le besoin de discernement en matière de méthanisation agricole.
 Celle-ci a sa raison d'être, ses forces et ses faiblesses, respectivement risques ; on les connait.
Mais il est absolument INACCEPTABLE qu'aujourd'hui des élevages intensifs et concentrationnaires soient soutenus et pérennisés grâce à de l'argent public pour la méthanisation, ou grâce à des tarifs de rachat de l'énergie faits
pour permettre un retour sur investissement relativement rapide.
Il est INACCEPTABLE que cette manne profite à des agro-industriels qui simplement savent investir et faire grand, voire à un riche entrepreneur BTP du nom de Ramery, qui va casser le prix du lait encore plus, et ceci à Drucat-Le
Plessiel et Buigny Saint-Maclou. Et ceci au détriment des petits éleveurs qui donnent un sens, notamment social et environnemental, à leur métier. L'association Novissen qui s'oppose à ce projet fait un travail sincère et
remarquable, et je vous demande instamment de la recevoir et de l'entendre.
Il est INACCEPTABLE aussi que cette manne aille à des porcheries qui ne respectent pas les normes minimales de protection des porcs, vu que la profession bloque avec succès l'application de celles-ci.
Le fait est que l'industrie de la nutrition animale recommande aujourd'hui - vu la crise au niveau des viandes - de valoriser les déjections (afin de sauvegarder ses débouchés). Il est INACCEPTABLE de confondre cela avec de
 l'intérêt public.
Il est INACCEPTABLE que l'INRA, pour son expertise en matière de GES, a reçu comme ordre de mission de faire son étude dans le cadre du système existant, sans le remettre en question.
Pourtant il est parfaitement connu qu'il FAUDRAIT réduire la production et la consommation de protéines animales (si on veut être efficace au niveau des GES et de l'alimentation de l'humanité), ce qui change TOUT dans les
 évaluations du rendement, du sens et du non sens de la méthanisation agricole.
Je demande instamment que le Ministère se penche sur les questions évoquées afin de, justement, soutenir la méthanisation avec davantage de discernement.
Recevez, Monsieur le Ministre, mes salutations respectueuses,
Anne Vonesch 
 
**********************************************************************************************************************                                  
 
PR - PARTI DE GAUCHE - 17.09.13
 
http://www.newspress.fr/Communique_FR_271106_4878.aspx

 

COMMUNIQUÉS

Le Parti de Gauche contre le projet des 1000 vaches

agriculturebtpeauélevageindustriemanifestationparti de gauchepollutionusine

 

 

Hors de question qu’un agro-industriel et son usine à vaches remplace une agriculture de qualité, créatrice d’emplois et de lien !

Au moment où nous mettons en avant la souveraineté alimentaire et le bien être animal, nous ne pouvons que constater les absurdités du modèle industriel actuel : élevage intensif des poulets ou des cochons bretons, prairies

retournées en Picardie du fait de la fin de l’élevage à l’herbe, ou encore projet d’élevage intensif qui voit le jour à Abbeville.

En effet, dans la Somme c’est un projet hors-sol de 1000 vaches laitières qui commence à faire du bruit, porté par l’entrepreneur du BTP Ramery avec le soutien de l’Etat. Celui-ci a donné son feu vert pour 500 vaches mais

 accordé un permis de construire avec la possibilité d’en mettre 1000 !

Ce projet annonce des désastres écologiques (pollution des eaux due aux pesticides, possible érosion, etc.). Or comble du cynisme, le prétexte "écologique" à la mise en œuvre de cette usine à vaches est la création d’une unité

 de méthanisation associée, créatrice de compost et de chaleur renouvelable. Mais quel prétexte fallacieux que celui-ci ! La méthanisation est une méthode de valorisation des déchets organiques et fermentiscibles qui a toute sa

 place dans les productions paysannes, mais ne peut en aucun cas être le prétexte à l’augmentation artificielle du volume de déchets. D’autre part, il n’est pas du tout garanti que l’unité de méthanisation compense le niveau de

pollution généré par une industrie de cette ampleur. Cette logique productiviste est donc une impasse.

Le Parti de Gauche s’oppose à un projet enfermant 1000 vaches ensemble avec une alimentation à l’ensilage de maïs, répondant seulement à une demande économique et financière, tout en mettant à mal les fermes laitières

alentours, créatrices de main d’œuvre et de vie sur les territoires. Si cette "usine bovine" voit le jour, il n’y aura plus de retenue pour aucun autre projet agro-industriel mettant fin à l’agriculture paysanne créatrice d’emplois et de

produits de qualité, respectueuse de l’écosystème.

L’association NOVISSEN, soutenue par le Parti de Gauche qui y sera notamment représenté par Tifen Ducharne, membre du Bureau National , donne rendez-vous le 28 septembre 2013 à 14 h sur la D928 entre Abbeville et

Drucat le Plessiel pour une grande manifestation!"

***********************************************************************************************************************
 

Communiqué du Parti de Gauche, en soutien à Michel Kfoury et aux 5 représentants de la Confédération Paysanne, lors de leur mise en garde à vue le 21 novembre 2013

Ce communiqué figure sur le site internet du PG

 

Le deux poids, deux mesures du gouvernement :

Blocus de la FNSEA autorisé, paysans de Novissen en garde à vue

http://www.lespetitspoissontrouges.org/index.php?post/2013/11/21/Blocus-de-la-FNSEA-autorise--paysans-de-Novissen-en-garde-a-vue

 

Jeudi 21 Novembre 2013
Communiqué du Parti de Gauche - Corinne Morel-Darleux

Alors que les grands céréaliers appelés par la FDSEA et les JA d’Ile de France bloquent impunément Paris, dans la Somme le porte parole de la Confédération Paysanne Laurent Pinatel,

le président de l’association Novissen, Michel Kfoury, ainsi que Manuel Aze, paysan, et trois salariés du syndicat sont eux placés en garde à vue depuis ce matin.

Leur tort ? Dénoncer le projet dit "Ferme des Mille Vaches" comme l’a également fait le Parti de Gauche en alertant sur ce projet d’agriculture intensive d’une ampleur rarement atteinte

à un tel niveau industriel, couplé à un méthaniseur surdimensionné.

Leur crime ? Selon un témoignage recueilli par le site Reporterre, "des engins ont été mobilisés et un slogan a été peint sur le site. Mais il n’y a bien sûr pas eu de vol : des pièces

soustraites ont été remises le lendemain à Rennes au Salon de l’élevage." (http://www.reporterre.net/spip.php?article5039)

Le Parti de Gauche dénonce ce deux poids, deux mesures du gouvernement, irresponsable en plein grogne populaire et crise de l’agro-alimentaire. Les lanceurs d’alerte n’ont pas à payer

pour ses incuries. Il réaffirme son soutien à la Confédération paysanne et à Novissen dans leur combat.

Malgré la mobilisation et les recours de l’association Novissen qui regroupe plus de 2000 adhérents, le géant du BTP Ramery a commencé les travaux, suite à quoi une action avait été

menée en septembre, entrainant une plainte pour "vol et dégradation". L’ironie du calendrier veut que cette garde à vue coincide avec le blocus routier de la FNSEA.

Pour en savoir plus et soutenir Novissen 

 

*******************************************************************************************************************************************

NPA - Nouveau Parti Anticapitaliste - 17.09.13



http://www.npa76.org/npatv76/occupation-ferme-1000-vaches

 

*******************************************************************************************************************************************

APPEL DU PCF-FRONT DE GAUCHE DE LA SOMME

 

L’usine des 1000 vaches ne doit pas voir le jour.

 

Pour dénoncer l’aberration économique, écologique et sociale de la ferme-usine des 1000 vaches emblématique de l’industrialisation de l’agriculture ;

 

Pour exiger l’arrêt des travaux et le retrait de ce projet engageant encore plus la France dans la voie du gigantisme et de l’agro-industrie. Projet qui mettrait en péril la profession de

producteurs laitiers et contribuerait à la fin de l’agriculture paysanne ;

 

Pour obtenir de M. Le Foll une décision visant à empêcher la construction de telles fermes industrielles ;

 

Le temps est venu d’une nouvelle et puissante mobilisation.

 

La fédération de la Somme du PCF appelle tous ceux et tous les élus, qui s’opposent à ce projet, à participer à la MANIFESTATION

organisée par NOVISSEN à ABBEVILLE le 28 septembre 2013 à 14 H - D 928 au Nord d’Abbeville, direction Hesdin (parcours fléché).

 

De plus la Fédération de la Somme du PCF dénonce l’attitude violente de M. Ramery et de ses acolytes contre le Président de NOVISSEN auquel nous exprimons notre solidarité et notre soutien, ainsi qu’à tous

les militants de l’Association.

 

Amiens, le 20 septembre 2013

 

 

***********************************************************************************************************************************************

 

 

 

 

 

 

 

 

Communiqué de presse

des élus régionaux

« Europe Ecologie – les Verts »

 

 

NON A L’ELEVAGE INDUSTRIEL

Picardie, Basse-Normandie, Bretagne, Nord – Pas de Calais : les élus régionaux écologistes rassemblés contre l’implantation d’une

usine de 1000 vaches dans la Somme

C’est le territoire de la Somme qui est visé par le projet d’élevage industriel dit des « 1000 vaches » mais ce sont toutes les régions d’élevage du Nord-Ouest qui se sentent concernées.

L’Etat a en effet donné l’autorisation à l’entrepreneur nordiste du BTP Ramery d’exploiter un élevage laitier de 500 vaches (demande initiale faite pour 1000 vaches). Il s’agit d’un élevage industriel et hors sol dont les

premiers hangars préfigurent des conditions d’élevage inquiétantes.

Il faut également évoquer ici les risques sanitaires liés à ce type d’élevage intensif, les risques pour la biodiversité lorsqu’une exploitation produit à elle seule 40 000 tonnes de boues d’épandage, et les risques pour

l’économie laitière de la Région.

Premiers concernés, les riverains des communes de Drucat-le-Plessiel et de Buigny-Saint-Maclou se sont opposés au projet et rassemblés en association : Novissen. Depuis 2 ans, ils n’ont de cesse d’attirer l’attention des

 pouvoirs publics sur les risques d’une telle exploitation. Samedi 28 septembre, ils organisent une nouvelle mobilisation, après avoir fait un appel national aux élus politiques, aux syndicats agricoles, aux associations

 environnementales et à tous les citoyens qui désapprouvent ce projet.

La mobilisation aura pour but de rappeler :

- les risques pour la Baie de Somme : comme en Bretagne on peut redouter une mauvaise maîtrise des épandages et des effluents d’élevage, occasionnant des marées d’algues sur un territoire exceptionnel ;

- les risques d’effet « boule de neige » dans le secteur laitier : 500 vaches hors sol sont synonymes de condition animale déplorable, d’utilisation préventive d’antibiotiques, d’alimentation sans herbe à base de soja importé,

 etc. Ce modèle ne doit pas être reproduit ni dans les régions du Nord-Ouest, ni sur l’ensemble du territoire national.

- les risques pour l’emploi agricole : un projet de 1000 vaches, c'est la mort de 50 producteurs moyens.

Toutes ces inquiétudes seront évoquées au cours d’un tour de parole des élus régionaux lors de la manifestation.

Nos élus régionaux rappelleront que le projet Ramery va à l’encontre de la conception écologiste de l’élevage et qu’ils souhaitent, au contraire, favoriser une agriculture qui n’artificialise pas les terres, qui ne pollue pas les

eaux, qui prévoit un juste retour au sol des déchets azotés mais aussi qui installe de jeunes agriculteurs, qui préserve leur emploi et leur assure des revenus justifiés par de justes prix de vente.

Pour toutes ces raisons, les élus EELV des régions du Nord Ouest, dont René Louail, conseiller régional de Bretagne, François Dufour, conseiller régional de Basse Normandie, Virginie Drapier, Janine Petit, Emmanuel Cau,

Jean-Louis Robillard, conseillers régionaux du Nord – Pas de Calais, Christophe Porquier et François Veillerette, conseillers régionaux de Picardie, ainsi que les militants, seront aux côtés de l’association Novissen le Samedi

 28 septembre à 14h, commune de Drucat-le-Plessiel - route D928. (plan sur le site de l’association : www.novissen.com/)

 

Lille, le 25 septembre 2013

 

Contacts :

Groupe EELV Nord – Pas de Calais : Grégory Merly, gregory.merly@orange.fr, 03 28 82 55 85

Groupe EELV Basse – Normandie : Antoine Astruc, a.astruc@crbn.fr, 06 73 63 48 05

Groupe EELV Picardie : Simon Briens, sbriens@cr-picardie.fr, 06 13 42 51 84

Groupe EELV Bretagne : Matthieu Theurier, theurier.europeecologiebretagne@gmail.com, 02 23 21 36 73

 

 

***********************************************************************************************************************************************

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

transmis par Novissen aux journalistes le Samedi 02 février 2013

Novissen a appris comme vous la décision préfectorale d'autoriser une ferme de 500 vaches laitières avec un méthaniseur avec des conditions d'encadrement et de restriction sévères.

Notre réponseest vigilance et détermination.

Nous restons vigilants : Le projet des 1000 vaches contre lequel nous nous battons depuis 1 an et demi n'estcertespas autorisé,etcertains de nos arguments sur le plan environnemental (air, eau, sol), paysager, sanitaire, concernant la circulation ont été pris en compte.Apparemment, des conditions de surveillance et de contrôle sévèressont imposées, pour lesquelles les élus, les associations sont parties prenantes. Tous ces points sont mis en avant, limitant sérieusement la mise en place et la rentabilité d'une telle exploitation. Mr Welter avait d'ailleurs déclaré : "500 vaches, j'abandonne le projet".Dont acte. Nous attendons que cette décision soit prise !

Nous restons déterminés: Une ferme de 500 vaches reste une ferme géante,l'extensionà 1000 vaches reste toujours possible,seulela surface d'épandage insuffisantejustifieactuellement,pour l'Etat, de réduire le projet. A cette dimension, il s'agit d'un élevage intensif qui va générer, même à une échelle moindre, les mêmes risques et nuisances : pollution, risque sanitaire, qualité de productionmédiocre, destruction d'emplois, condition animale, accroissement de circulation...

Et aucune indication précise concernant le méthaniseur : quelle est la puissance retenue ?

Mr Welter a déclaré hier qu'il pourrait débuter ce projet dans l'état et montrer ce qu'il sait faire ...

La taille du projet est réduite, mais nous continuons à dénoncer le modèle agricole qu'il illustre : ce type de ferme industrielle est à l'opposé de ce qu'il faut faire, tant sur le plan économique qu'écologique, sans compter le respect dû à la population locale et aux animaux !

Nousallons étudier dans le détail l'arrêté du Préfetet poursuivre notre action en analysant toutes les demandes en cours, et en agissant par tous les moyens, y compris juridiques, pourannulerce projet contre lequel nous restons mobilisés et fermes, et contre lequel nos partenaires s'insurgent également.

Nous nous interrogeonsenfin sur les raisons qui conduisent un gouvernement socialiste,en dépit de l'opposition populaire très forte et quasi unanime, et contre l'opposition déterminée de leurs alliés écologistes et du Front de Gauche, à soutenir un projet capitaliste dont la seule justification aux yeux de tous est de profiter à son exploitant en détruisant les producteurs laitiers déjà en difficulté.

Nos questions aux Services de l'Etat par notre lettre au Sous-préfet sont restées sans réponse ... et sans suites. D'autres seront posées...

Nousrenouvelonsdonc plus que jamaisnotre appelà manifester contre l'élevage intensif à Paris, le dimanche 3 mars.

C'est une manifestation nationale organisée par Novissen, qui est déjà soutenue par une vingtaine d'associations.

Nous allons nous faire entendre !

                                                              Drucat, le Samedi 2 Février 2013, 14h30.

Le CA de NOVISSEN                                                                                                      

 
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              
 
ANNEE  2012
 
N. DUMONT, P. DEMARTHE, J.-C. BUISINE, G. MATHON
 
 
 

(Message de l'association) Bonjour aux adhérents et adhérentes de Novissen.

Nous avions, depuis des mois, demandé à nos élus locaux de prendre position face au projet de M. Ramery. Nous venons enfin de recevoir, en ce 4 avril 2012, par courrier postal, une réponse écrite, cosignée par Messieurs Dumont, Demarthe, Buisine et Mathon. Nous vous la faisons parvenir en fichier joint.

Vous verrez vous-mêmes que cette lettre repose sur l’idée générale, favorable au projet : ce genre d’exploitation peut sauver notre agriculture. C’est une évidence que nous devrions accepter comme telle. Malheureusement, c’est l’évidence inverse qui saute aux yeux. Il n’y a pas eu, à notre connaissance, la création d’une association de citoyens regroupés pour défendre le projet de M. Ramery, en présentant celui-ci comme éminemment favorable au bien de tous.

Sur la base donc de cette « alternative » qui leur paraît bénéfique, nos quatre élus n’accompagnent évidemment pas la démarche de refus de Novissen.

Mais face à la manifestation du 18 février, face au sondage ouvert à tous qui montrait 98% d’opposants, face à une association qui compte plus de 1400 adhérents et qui reçoit des soutiens nationaux, comment se positionner ouvertement « pour » le projet ?

Il ne leur reste plus qu’à se placer dans une (apparente) neutralité. Ainsi, dans le sondage lancé par le Journal d’Abbeville, ils feraient partie du 1% « sans opinion ». C’est une curieuse position, ne trouvez-vous pas, de la part de personnes qu’on appelle « responsables » et qui sont censées représenter la population ?

Donc, ils attendent la prise de position du Coderst (commission de 24 personnes dont le rôle est d’émettre un avis consultatif), la décision finale étant entre les mains de Monsieur Delpuech, Préfet à Amiens. Et nos quatre élus ne voient pas l’utilité de transmettre davantage l’avis de leurs électeurs. On peut s’interroger sur le fonctionnement de notre démocratie.

Nous vous laissons aux diverses autres réflexions que cette lettre peut faire surgir en vous.

Quant à nous, nous nous préparons à la lutte, pour que ce ne soit pas une infime minorité qui décide de pareils projets en vue de leur intérêt personnel, dans le plus grand mépris de l’avis du plus grand nombre.

A très bientôt pour d’autres nouvelles.

Le CA de Novissen, le 5 avril 2012.

.

P.S. La réunion du Coderst doit avoir lieu le 23 avril. Selon toute vraisemblance, le Préfet ne prendra pas sa décision le 7 avril, et publiera un nouvel arrêté de prolongation (la première date-butoir avait été le 7 février).

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          
 
 
Eva JOLY (candidate à la Présidence de la République)
 
 - Mail de Marion Gerlaud le 17.02.12 Je vous transmets, en pièce jointe, le message de soutien d'Eva Joly à la manifestation de demain.
Le groupe des élu-e-s EELV reste à votre coté dans cette mobilisation. Bien cordialement.
Marion Gerlaud Attachée des élus Europe Ecologie Conseil régional de Picardie 03 22 97 37 50 06 13 42 51 84 http://elus-picardie.eelv.fr/
(message) Le projet d’élevage intensif de 1000 vaches laitières sur les communes de BUIGNY-SAINTMACLOU et DRUCAT-LE-PLESSIEL, en bordure d’une zone Natura 2000, dans la Somme (80) est une aberration.

Ce projet soulève de graves questions : condition animale dans un élevage concentrationnaire en stabulation ; risques de propagation des maladies et usage massif d’antibiotiques ; capacités d’épandage des déchets ; modes d’alimentation du bétail maïs+soja ; pression sur la ressource en eau. Le développement harmonieux de nos territoires passe par des pratiques agricoles respectueuses des milieux, de la santé des paysans et des consommateurs. C’est une des clefs de la conversion écologique de notre pays indispensable à l’avenir de la planète et au bien-être de ses habitants. Je défends une agriculture paysanne à dimension humaine riche en emplois,

respectueuse du bien être animal et de l’environnement. C’est pourquoi j’apporte mon soutien aux mouvements citoyens et associatifs, ainsi qu’aux élus locaux qui luttent contre ces projets agro-industriels qui tournent le dos à un

développement sain, respectueux et équilibré du milieu rural.

Je vous souhaite une belle mobilisation ce samedi 18 février à Abbeville, grâce à l’association locale NOVISSEN.

Eva Joly

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

 

Corinne  LEPAGE

 

 

 

 - Mail d'Eric Delhaye du 25.02.12 J'ai pris connaissance de votre dossier. J'ai moi même milité contre un projet de porcherie industrielle à côté de Laon, nous avons pu heureusement obtenir un avis défavorable du CODERST de l'Aisne. Je vais vous transmettre un courrier que je co-signe avec Corinne Lepage pour vous apporter notre soutien appuyé et nous relaierons votre action sur le site de CAP21 Picard. 

Cordialement Eric Delhaye Président de CAP21 (www.cap21.net)Délégué CAP21 Picardie

Déclaration de Corinne Lepage reçue le 07.03.12

Monsieur le Président de Novissen,

Mesdames, Messieurs les élus des communes de Buigny-St-Maclou et Drucat Le Plessiel,

Mesdames et Messieurs les administrés,

Veuillez recevoir par ce courrier mon plus fervent soutien. Je vous soutiens parce que la cause que vous défendez est juste du point de vue écologique mais aussi parce que je crois dans les initiatives locales, les initiatives

de riverains, qui se regroupent, parce qu’ils ont une idée précise de ce à quoi devrait ressembler leur commune. Pour ou contre le projet de ferme laitière de 1000 vaches ? Contre, 1000 fois contre.

D’un point de vue écologique, je suis contre parce que les élevages « hyper-intensifs » sont plus délétères pour l’environnement que n’importe quelle autre forme d’élevage. Les enquêtes publiques ont beau montré que le

bilan carbone est bon sur ce type d’installations, elles en oublient toutes les autres dimensions de notre environnement. La protection de l’environnement, entendue par les services instructeurs de l’Etat, se résume à la lutte

contre le réchauffement climatique. Mais qu’en est-il de la protection de la biodiversité, de la lutte contre l’artificialisation des terres agricoles, de la maitrise des effluents nitratés d’élevage pour éviter les marées d’algues.

Cette installation est classée en ICPE (installation classée pour la protection de l’environnement). Ce n’est pas un vain mot. Les exploitations ICPE présentent un risque supérieur au niveau sanitaire et écologique. C’est le SEVESO de

l’agriculture. On a le droit de préférer une agriculture traditionnelle, dont l’efficacité écologique n’est plus à prouver, plutôt qu’une agriculture industrielle avec les risques qu’elle comporte.

Du point de vue de la compétitivité des élevages, l’exploitation des 1000 vaches entretient un malentendu qui doit être clarifié pour les Français. L’élevage bovin, quand il reste dans des limites de tailles raisonnables, peut être

performant. Pour répondre au défi de la compétitivité des élevages, le seuil des exploitations classées en ICPE a déjà été relevé à 150 vaches traites dans le décret du 15 juillet 2011 relatif aux ICPE. Pourquoi pas. L’élevage français

souffre d’un manque de compétitivité au niveau international. Les tailles d’exploitation doivent augmenter pour atteindre une meilleure compétitivité. Mais comment fixer la taille maximum ? En rejetant le système hors sol. La

marge dégagée par une exploitation aussi concentrée, qui mise tout sur les économies d’échelle, peut être compensée par la mise à l’herbe, la réduction des intrants, la bonne utilisation des compléments alimentaires. Les éleveurs savent

cela. Une agriculture industrielle n’est donc pas la solution au problème de la compétitivité. Du point de vue du bien-être animal, il y a un rétropédalage qui n’est pas admissible. Il est possible, pour unexploitant, d’augmenter ses marges

autrement qu’en rognant sur le bien-être de ses animaux. La question du bienêtre rejoint la question sanitaire. Il existe un lien direct entre le stress vécu par les animaux et le développement de pathologies sur l’exploitation. Pour s’en affranchir,

les exploitants des grandes exploitations infligent un traitement antibiotique préventif, systématique, sur les animaux au lieu d’un usage curatif. C’est un coût sur l’exploitation. C’est aussi une question de santé publique.

Enfin, du point de vue social, nul doute que les emplois créés sur l’exploitation des 1000 vaches ne pourront compenser les problèmes de concurrence dans le bassin de la Somme. Une telle exploitation aura des effets induits.

Celui de rendre plus difficile l’installation de jeunes éleveurs sur des exploitations de taille modeste, celui de diminuer le prix du lait sur le bassin de collecte samarien. La création d’emplois sur la SCEA entraînera donc plus de précarité

pour les emplois des éleveurs alentour. Une exploitation de 1000 vaches, c’est une fausse bonne idée. Oui, les technologies investies sont intéressantes. Oui, il y a un problème de compétitivité dans les élevages laitiers. Mais laissons ces

modèles aux pays exigus. Nous sommes un pays d’agriculture. Nous avons la surface en prairie suffisante pour mener des élevages performants et éthiques. N’acceptons pas, au nom d’une idée faussement écologique, l’industrialisation de notre

agriculture.

Monsieur le président de Novissen, Mesdames et Messieurs les élus de Buigny-St-Maclou et de Drucat le Plessiel, Mesdames et Messieurs les administrés, je vous renouvelle tout mon soutien dans votre démarche etm’engage à porter votre sujet

dans le débat public de la présidentielle.

Très chaleureusement,

Corinne Lepage

Paris, le 6 Mars 2012

Autre message co-signé Corinne Lepage et Eric Delhaye, en date du 12.03.12

A l’attention de Monsieur le Président deNOVISSEN

Monsieur le Président,

Votre association relayée par les élus locaux et de nombreux citoyens se mobilise contre le projet d’implantation d’un élevage industriel de 1000 vaches laitières et 750 veaux couplé à une unité de méthanisation

sur les terres de Drucat-le-Plessiel et de Buigny-Saint-Maclou dans la Somme.

Par ce courrier, nous tenons à vous apporter notre soutien appuyé et à réaffirmer notre attachement à une agriculture de qualité et paysanne, ancrée dans nos territoires.

Ce projet s’inscrit dans le modèle d’une agriculture industrielle hors-sol peu conforme avec le respect de la condition animale, la qualité de l’alimentation que les consommateurs sont en droit d’attendre et la

protection d’un environnement sain.

CAP21 Picardie va relayer sur son site internet vos actions et nous nous tenons à votre disposition pour vous soutenir.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, en l’assurance de notre considération attentive.

 

Eric Delhaye et Corinne Lepage,Députée Européenne, Ancienne Ministre.

 

                                                                                                                                                                                                                                                                            

 

                                                                                     Patrick Le Hyaric

 

 

Mail de Patrick Le Hyaric le 01.03.12 ( Député européen - Directeur de "L’Humanité")

Cher ami, Vous trouverez ci-joint une déclaration au sujet de « l’usine à lait d’Abbeville ».

  D’autre part, j’ai déposé ce jour une question à la Commission Européenne sur ce projet, également jointe à ce courriel.

Vous en souhaitant bonne réception, Patrick Le Hyaric

Défendre l’agriculture, la vie des territoires et des campagnes, l’emploi, l’environnement, la qualité alimentaire, appelle de refuser l’usine à lait que l’on veut installer dans votre commune..

Cette stratégie de développement agricole s’inscrit pleinement dans le nouveau paquet lait, voté il y a quelques jours par le Parlement européen qui a décidé de supprimer les quotas laitiers et veut désormais laisser les sociétés collectrices du lait décider du prix d’achat du lait aux producteurs, sous couvert de « contrat ». C’est un nouveau massacre social, un massacre de vos territoires qui se prépare. Ne laissons pas faire ! L’action que vous menez contre l’industrialisation de la production laitière est un acte d’intérêt général. Défendons des prix pour les producteurs et une régulation de la production.

Membre de la commission de l’agriculture du Parlement européen, je continuerai à mener ce combat à vos côtés.

Depuis le début des discussions préparatoires à la réforme de la Politique agricole commune, vous ne cessez d’affirmer votre volonté de maintenir les petits et moyens agriculteurs, la vie des territoires et l’environnement.

Or, en France, dans la région d’Abbeville, département de la Somme, est ouverte une enquête d’utilité publique pour installer une unité de production laitière de mille vaches.

► Le modèle est-il compatible avec le projet de réforme de la PAC ?

► Estimez-vous ceci compatible avec les objectifs d’emplois et de défense de l’environnement ?

►Sinon,quecomptez-vousfairepourempêcherl’installationd’unetelleagricultureindustrielle?

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            

 

                                                          Jean-Luc  MELENCHON (candidat à la Présidence de la République)

Mail reçu le 01.03.12 de la part du Front de Gauche d'Abbeville

Bonsoir à toutes et à tous,

Le Front de Gauche a décidé de soutenir la mobilisation citoyenne engagée par l'association Novissen.

Cette lutte contre la concentration de l'agriculture et l'agro-business porte en son sein la défense de l'intérêt général. Nous sommes également de ce combat.

Dans son programme populaire et partagé, rendu public dès octobre 2011, le Front de Gauche défend notamment la transition écologique de l'agriculture.

Vous trouverez, en pièce jointe, une version numérique de notre tract contre la ferme-usine des "1000 vaches", distribué en ce moment par nos soins.

Bon courage à toutes et à tous.

Le Front de Gauche d'Abbeville.

 

Parti Communiste Français

Parti de Gauche

Gauche Unitaire

Convergences & Alternative

Parti Communiste des Ouvriers de France

République et Socialisme

Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique

Développement agricole : lhumain d'abord

Le Front de Gauche, dans son programme «L’humain d’abord» paru dès octobre 2011, entend mettre en place un plan de transition écologique de l’agriculture, stopper la concentration des

exploitations et soutenir les jeunes agriculteurs. C’est dans cet esprit que le Front de gauche d’Abbeville apporte son soutien à la mobilisation citoyenne qui s’oppose à l’implantation de la

ferme-usine des « 1000 vaches » sur les communes de Drucat-Le-Plessiel et Buigny-Saint-Maclou. Un projet aux conséquences économiques et environnementales néfastes pour les populations.

Les «1000 vaches», une conséquence des politiques libérales

L’Union Européenne a décidé de supprimer les quotas laitiers en 2015. C’est pourtant un moyen de garantir des revenus pour tous les petits producteurs. Résultat : le marché du lait sera libéralisé

dans le but de faire du business.Les grands groupes financiers seront les seuls gagnants de cette réforme. Le projet des «1000 vaches» s’inscrit dans cette logique.

Depuis sa création, le Front de Gauche agit au niveau européen pour l’adoption d’une Politique agricole commune (Pac) garantissant aux agriculteurs des prix rémunérateurs tout en encadrant les

prix à la consommation.

Stopper la concentration de l’agriculture

 

À terme, nous risquons de nous diriger vers de grands ensembles capitalistiques agricoles possédés par des non agriculteurs. De grands ensembles ultra mécanisés, automatisés, embauchant une main d’oeuvrepeu qualifiée, déconnectée du travail de la terre et du lien essentiel avec les animaux. Le Front de gauche entend stopper et inverser le processus de concentration de l’agriculture afin de recréer des emplois.

Jean-Luc Mélenchon candidat du Front de Gauche pour l’élection présidentielle de 2012.

Le Front de Gauche milite pour l’union des forces de gauche sur un programme en rupture avec le libéralisme et le capitalisme.

A l’initiative du Parti Communiste Français, du Parti de Gauche issu du Parti Socialiste et de la Gauche Unitaire issue du NPA, le Front de Gauche compte aujourd’’hui dans ses membres sept partis politiques.

Il compte aussi des milliers de syndicalistes et de militants associatifs.

Le Front de Gauche veut ouvrir une autre voie, un nouveau mode développement qui donne la priorité aux besoins humains, qui en finisse avec l'exploitation sans fin des ressources humaines et naturelles dans leseul but d’accumuler des profits.

Le Front de Gauche,avec son programme «L’humain d’abord» :

- défend le droit à un environnement et une santé publique préservés.

- affirme sa solidarité avec les éleveurs laitiers.

- entend soutenir la transition écologique de l’agriculture.

- défend le droit de préemption des terres en faveur des agriculteurs et des petites exploitations.

- défend une Politique agricole commune (Pac) au service d’une agriculture paysanne.

Téléchargez gratuitement le programme du Front de Gauche : www.placeaupeuple2012.fr/telechargez-le-programme-populaire-partage/

Accusé de réception Front de Gauche en date du 02.03.12

Bonjour. Je vous informe que nous avons bien reçu votre courrier en date du 01 mars 2012 à l'attention de Jean-Luc Mélenchon. Une réponse vous sera apportée dans les plus brefs délais.
Cordialement,
Le responsable du courrier

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

 

 

                                               François HOLLANDE (candidat à la Présidence de la République)

 Vidéo transmise par PhS le 04.03.12

Voici le lien qui permet de revoir la vidéo de l'émission de lundi dernier où François Hollande était invité et où la ferme de 1000 vaches a été évoquée.
 
 
 
Réponse reçue le 12 avril 2012 
De : Courriel FH 2012<courriel.fhollande2012@parti-socialiste.fr>
Date : 12 avril 2012 15:45
Objet : <Ref1383906> Equipe de campagne de François HOLLANDE

Madame, Monsieur,

Vous êtes chaque jour des milliers à nous contacter par email.

Vous êtes autant à nous poser des questions sur le projet présidentiel, sur ce qu'il changera pour vous si François Hollande est élu.

Face à toutes ces questions, face à toutes ces attentes, l'équipe numérique de la campagne de François Hollande a développé une web application "Ce que ça change" consultable depuis votre ordinateur personnel, votre smartphone ou votre tablette.

http://francoishollande.fr/le-projet/

Au travers de deux entrées possibles, par publics (salariés, syndiqués, futurs parents, ...) ou par thématiques (travail, éducation, sécurité,...), vous pourrez y retrouver les solutions qui vous concernent enrichies de contenus exclusifs (citations, vidéos, chiffres clés).

Découvrez dès maintenant le web application du projet présidentiel (lien http://francoishollande.fr/le-projet/ )

Merci de nous avoir contactés, n'hésitez pas à visiter régulièrement francoishollande.fr pour suivre l'actualité de la campagne.

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir toute l'actualité de François Hollande en vous inscrivant à la "lettre de campagne" : http://francoishollande.fr

https://mail.google.com/mail/images/cleardot.gif
Bien cordialement,

L'équipe courriel de François HOLLANDE

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             

 

                                      Nicolas  DUPONT-AIGNAN ( candidat à la Présidence de la République)

 

 

 

Mail du 08.03.12    A l'attention de M. Michel KFOURY -

 

 

 

Monsieur le Président,

Votre courrier m'alertant sur un projet de création d'une ferme laitière de 1000 vaches et 750 génisses, doublée d'un méthaniseur de forte puissance, m'est bien parvenu. Je vous remercie de la confiance dont il témoigne et de votre intérêt pour mes positions en matière agricole.

Je ne connais pas les tenants et aboutissants du projet de ferme dont vous me parlez, aussi m'est-il malaisé de porter un jugement équilibré. Les résultats de l'enquête publique donneront de précieuses indications. Ce qui est sûr, c'est que la nécessaire modernisation de notre appareil agricole ne doit se faire au détriment ni de la qualité, ni de la sécurité, ni de l'environnement naturel et social.

L’encouragement à une agriculture plus qualitative est une nécessité. Cela passe par la requalification des exploitations et activités les plus polluantes (création récente d’un label porcin « raisonné » par exemple), l’incitation aux productions nouvelles (maraîchères, non-alimentaires,…) ou d’avenir (biocarburants, biomasse,…).

Un nouveau départ doit également être donné à la sylviculture, sachant l’importance très grande que prendra ces prochaines années le retour du chauffage au bois plutôt qu’aux hydrocarbures.

Néanmoins, cette politique d’ensemble nécessite une remise à plat d’une PAC qui part aujourd’hui dans tous les sens, à cause des renoncements successifs des autorités françaises. Comment accepter que Bruxelles rémunère à l’aveugle l’irrigation alors même que les ressources en eau commencent à poser problème ? Comment accepter le principe du « découplage » qui déresponsabilise les agriculteurs et décourage la relève ? Comment accepter le marché unique avec des distorsions de concurrences intenables, par exemple avec des produits peu contrôlés et mobilisant une main d’œuvre illégale ? Comment développer le bio alors que nos partenaires européens n’ont pas les mêmes exigences en la matière mais veulent nous vendre malgré tout leurs productions sous ce label ? Comment accepter une PAC qui ne place pas au rang de sa première priorité l’autosuffisance alimentaire de l’Europe et la préférence communautaire ? Enfin, comment accepter la logique d’un libre échange intégral en matière agricole alors que cette dérive menace autant les pays pauvres que les agricultures des pays développés soucieuses de s’inscrire dans le développement durable ? On le voit, c’est à une remise à plat générale de la PAC, pour corriger toutes ces incohérences et ces dérives qu’il faut préalablement procéder, avant de jeter les bases d’un développement agricole plus équilibré.

Or, depuis des années, les gouvernements successifs se sont couchés devant Bruxelles en acceptant le détricotage de la PAC. Le résultat est là. Ce secteur stratégique qu'est l'agriculture est devenu un secteur sinistré : chute du revenu, fin de l’autosuffisance comme pour le sucre et bientôt le lait, diminution du nombre d’exploitations, baisse de la qualité alimentaire… Tout cela a des conséquences tragiques sur nos campagnes et sur la qualité de l’alimentation des Français. Qu’attendre d’un pays qui n’est plus capable de nourrir ceux qui les nourrit ? Les rustines ne servent à rien, il faut une politique qui rétablisse un prix rémunérateur.

Au lieu d’agir pour réorienter la PAC, nos responsables se résignent à sa mort programmée. Tout au contraire, l’Europe doit réinstaurer la double exigence de l’autosuffisance agro-alimentaire et de la préférence communautaire, ainsi qu’imposer une exception agricole à l’OMC sur le modèle de l’exception culturelle. Une fois le cadre clarifié, il faudra écrire une nouvelle page de l’agriculture française, incitant à la diversification des productions et au développement durable.

Pour l'heure, la situation de l’agriculture française demeure très contrastée. La hausse du prix des céréales (qu’il faut cependant relativiser car nous sommes revenus au prix de 1983) donne une bouffée d’oxygène à certains mais asphyxie les éleveurs. Ces derniers sont coincés entre le prix de vente du lait, toujours très bas, et le prix d’achat des aliments pour bétail qui a explosé.

Le résultat est là : les exploitations laitières sont prises à la gorge, le lait est vendu en dessous de son prix de revient. Bientôt, comme je vous l'ai écrit plus haut, il faudra importer du lait en France à mesure que les agriculteurs disparaissent. Mais le désastre n’est pas seulement économique et social, il est humain. Dans l’indifférence générale, 400 agriculteurs se sont suicidés cette année (plus d’1 par jour). Au-delà de l’étranglement financier qui les désespère, c’est aussi la perte de maîtrise de leur activité qui les déstabilise.

Le problème majeur réside dans l’ouverture totale des frontières qui met notre agriculture en concurrence avec des pays aux normes sociales et environnementales très faibles. Compte tenu du coût de la main d’œuvre et de la haute exigence que nous avons quand même en France, il va de soi que les producteurs de lait ne peuvent pas supporter la concurrence des pays de l’Est, voire l’Ukraine.

Le combat majeur doit, bien sûr, est celui que je soutiens depuis longtemps, d’une exception agricole sur le modèle de l’exception culturelle à l’OMC. Pourquoi les artistes, le monde du cinéma se sont-ils protégés pendant qu’on laisse mourir nos paysans ? Tout simplement parce qu’ils vivent à Saint-Germain-des-Prés et qu’ils ont su peser sur le pouvoir politique qui craignait de perdre leur soutien médiatique. Si l’on veut redonner une dignité à nos agriculteurs, garantir la qualité des aliments que nos enfants mangent, permettre l’autosuffisance alimentaire de la France et de l’Europe à un prix stable, il faut bien sûr protéger nos marchés. Ce qui sera peut-être bien pour l’Europe, sera aussi très positif pour l’Afrique car nous ne maîtriserons les flux migratoires que lorsque le paysan africain pourra vivre de sa terre.

En espérant que ces précisions auront satisfaites votre demande, je vous joins mon programme détaillé pour l'agriculture.

http://www.terre-net.fr/ulf/TNM_Biblio/fiche_77624/4_pages_salon_agriculture.pdf

Bien cordialement,

Nicolas DUPONT-AIGNAN

Candidat à la présidence de la République

Député de l’Essonne – Maire de Yerres

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                

 

                                                                                             Association L214

Mail de BG du 13.03.12Luce Lapin a écrit un article que vous pouvez trouver sur la page animaux du site de Charlie Hebdo.
http://www.charliehebdo.fr/animaux Avec un dessin, fait spécialement pour l'occasion.

Réponse de PS le 17.03.12 : Merci pour ce nouveau soutien (obtenu grâce à vous) dans la presse satirique. Merci pour cet article clair et précis.

LA PUCE DE LA SEMAINE

L’usine des 1 000 vaches, c’est pas de la science-fiction

Mis en ligne le mardi 13 mars 2012

 Le 18 février 2012, un millier de personnes ont manifesté contre le projet d’une ferme usine à Abbeville, dans la Somme, devant accueillir un élevage de 1 000 vaches et 750 veaux et génisses, confinés dans des bâtiments pour toute une vie de misère. Plusieurs associations, dont L214, ont soutenu ce mouvement de protestation. Les objections à ce projet portent aussi bien sur la question animale que sur l'environnement, la santé publique ou le cadre de vie des riverains.
Sur les communes de Drucat et Buigny-Saint-Maclou, dans la Somme, il est projeté d'installer une ferme usine de 1000 vaches laitières, 750 veaux et génisses ainsi qu'un méthaniseur. Ce serait le plus grand élevage laitier français. Les habitants se sont mobilisés immédiatement contre ce projet, créant l'association NOVISSEN en novembre 2011 (qui compte aujourd'hui plus de 1000 membres). Leurs revendications concernent la question animale, l'environnement, la santé ou leur cadre de vie. Une enquête publique a été réalisée. Malgré l'opposition massive, le vote négatif du conseil municipal de Drucat et les points d'objection soulevés, le commissaire enquêteur a émis un avis positif. Le dossier est maintenant entre les mains du préfet, qui n'a pas encore communiqué sa décision. En élevage standard, les conditions de vie des vaches laitières et de leurs veaux sont déjà mauvaises. Les systèmes d'exploitation et la sélection génétique favorisent la production de lait au détriment de la santé des vaches laitières (mammites, boîteries, pathologies respiratoires ou digestives, difficulté de vêlage, infections bactériennes, affections articulaires, maigreur extrême). 
La production de lait implique de faire naître chaque année un veau qui sera rapidement séparé de sa mère : souffrance aussi bien pour le veau que pour sa mère. Les génisses sont écornées, pratique reconnue comme source aiguë de douleur.
L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) confirme de nombreux problèmes de bien-être animal dans la production de lait: «Le groupe scientifique a conclu que la sélection génétique exercée sur le long terme en vue d’augmenter la production de lait et la nature des systèmes d’élevage utilisés — c.à.d. les systèmes de stabulation et les équipements ainsi que les pratiques d’exploitation et de manipulation — constituent des facteurs majeurs qui affectent la santé des vaches laitières et d’autres aspects liés à leur bien-être.» La recommandation du Conseil de l'Europe concernant les bovins souligne que les animaux devraient avoir l'opportunité de sortir aussi souvent que possible, et en été de préférence chaque jour. Pour L214, les problèmes de bien-être animal en production laitière sont exacerbés dans un élevage intensif comme celui-ci. L'espace alloué à chaque animal sera réduit au minimum: le projet n'offrira vraisemblablement que 7 m2 à chaque vache, même pas de quoi leur permettre de se retourner !
De façon générale, l'élevage intensif va de pair avec le gigantisme des installations. En temps normal, les conditions de vie des animaux y sont déjà particulièrement pénibles. Au moindre problème, c'est le drame: il est impossible de secourir tous les animaux vu leur grand nombre (exemples: abandon d'un élevage de poules pondeuses à Kingersheim, incendie dans un élevage de Sessenheim, contamination dans un élevage de bovins en Mayenne). Aujourd'hui, nous savons que globalement, en France, nous consommons trop de produits d'origine animale: trop pour la santé (individuelle ou publique), pour l'environnement (GES, déforestation, pollution des eaux, ammoniac…) et pour le partage des ressources (en terre et en eau). Concernant les animaux, leurs conditions de vie se dégradent parallèlement à l'augmentation de la consommation.
L214 •
www.l214.com

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

 

 

 

                                                                         Jean-Pierre TETU

Extrait de "La Feuille", n°11 mars 2012 - La lettre de votre Conseiller Général du canton Amiens sud-ouest et Pont-de-Metz, Jean-Pierre Tétu.

Billet d'humeur : Mille vaches, mille raisons de s’énerver !

Plus c’est gros, plus ça passe.

Sous le couvert nauséabond de la liberté d’entreprendre, un « roi » du bâtiment du Pas-de-Calais a décidé de venir jouer au paysan près d’Abbeville.

Enfin, au paysan… à l’industriel du lait, au pape de la machine à traire,au Bill Gates de l’ensilage maïs !

Même le président de la Chambre d’Agriculture soutient, de loin, le combat de Novissen, l’association de riverains, mais pas seulement, qui lutte contre ce projet aberrant qui a déjà échoué près d’Airaines.

Et c’est le plus réconfortant dans l’histoire. Des personnes se sont regroupées pour lutter et faire comprendre qu’il n’est pas possible de faire n’importe quoi, n’importe où !

Les écologistes, dont j’étais, ont apporté leur soutien, et ce fut trèsagréable de constater que l’environnement, le respect des animaux et l’agriculture à taille humaine sont des valeurs partagées par beaucoup

dans l’Ouest de la Somme.

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

 

 

                                                   Nathalie ARTHAUD (candidate à la Présidence de la République 

 

réponse reçue le 22 mars 2012

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    

 

 

 

                                                Philippe POUTOU (candidat à la Présidence de la République)

Mail daté du 03.04.12  : 

 Bonjour.Veuillez trouver ci-joint la réponse du NPA à votre courrier.  Cordialement, Jean-Marc Bourquin.

Nouveau Parti Anticapitaliste – poutou2012.org – contact@poutou2012.org

Nouveau parti anticapitaliste

2, rue Richard Lenoir

93 100 Montreuil

contact@poutou2012.org

Tel : 01 48 70 42 30

Montreuil le 2 avril 2012

à l' Association NOVISSEN

385 rue du Levant

80132 DRUCAT

novissen@free.fr

Monsieur,

Votre courrier du 29 mars 2012 a retenu notre attention.

Votre lettre porte à notre connaissance ce projet, à notre avis totalement démentiel, d’une « usine de production laitière » de 1000 vaches allaitantes et de 750 génisses.

Ce projet caractéristique de la dérive productiviste de la politique mise en oeuvre par la PAC.

Une telle concentration animale est une aberration biologique, source de risques sanitaires qui ne pourront êtres éventuellement maîtrisés que par un usage massif de produits médicamenteux (antibiotiques) favorisant l’émergence de souches résistantes.

Cet élevage ne sera possible que par le recours important aux aliments protéinés importés comme le soja OGM, et occasionnera probablement un risque environnemental majeur.

Une telle initiative vise probablement à réduire le coût de production du lait au seul bénéfice des industriels laitiers et qui sera une arme de destruction massive des producteurs laitiers à taille humaine.

Enfin une telle « usine » ne peut s’envisager qu’en stabulation, les conditions imposées aux animaux sont évidemment contraires au minimum d’exigence quant au respect de la condition animale.

Pour conclure, le NPA et son candidat Philippe Poutou sont CONTRE ce projet.

Recevez, Monsieur le Président, l’expression de nos sentiments distingués.

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              

 

 

                                          Nicolas SARKOZY (candidat à la Présidence de la République)

 

 

Courrier postal adressé à Michel Kfoury, Président de Novissen, reçu le 16.04.12.

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

 

 

 

 

 

Lettre adressée par Novissen le 28 février 2012 à tous les candidats à la Présidence de la République, par voie postale:


 

Lettre Ouverte aux candidats à l’élection pour la

Présidence de la République Française

en Avril et Mai 2012

 

Objet : Projet d’une ferme laitière de 1000 vaches (une première en France) associée à un méthaniseur porté par la SCEA de la Côte de la Justice sur les communes de Buigny-St-Maclou et Drucat Le Plessiel dans la Somme.

            Madame, Monsieur,

A l’aube d’un nouveau quinquennat, pendant cette période de présentation des programmes des candidats, et pendant la semaine où la « plus grande ferme de France » se réunit, comme chaque année pendant le Salon de l’Agriculture, il nous a paru essentiel de connaître votre avis sur ce type de ferme et d’une façon générale votre projet politique concernant l’avenir de l’Agriculture.

Le contexte : Une enquête publique a alerté l’opinion sur ce projet d’une ferme de 1000 vaches et d’un méthaniseur de 1.4 MW à côté d’Abbeville et aux portes des villages voisins.

Devant les risques sanitaires, environnementaux, sécuritaires et pour les métiers de l’agriculture, une association de riverains : NOVISSEN (NOs VIllages Se Soucient de leur ENvironnement) s’est crée il y a 3 mois et compte aujourd’hui 1250 adhérents (cotisants nommément impliqués).

De nombreuses actions, réunions,  rencontres de professionnels, d’élus et de responsables politiques ont eu lieu, jusqu’à la manifestation de 800 à 1000 personnes à Abbeville, le 18 février dernier, regroupant de nombreux soutiens : associations, politiques et bien sûr la population.

Nous avons constaté très vite que le sujet est passé d’un échelon local, puis régional à un niveau national, en particulier depuis les commentaires multiples de toute obédience sur un tel projet et depuis le large relais dans les media nationaux.

Ce regroupement de ferme laitière et d’un méthaniseur, s’est rapidement révélée être une véritable usine sur une zone industrielle, dénoncée par la profession agricole et le monde de l’écologie.

C’est donc bien la conception de l’agriculture pour les années futures, l’avenir de la ruralité et du monde paysan dont il est question à travers ce projet.

Notre association est apolitique mais rassemble, en dehors de ses 1250 adhérents, des milliers de sympathisants et bien davantage à l’échelon national, qui sont des électeurs, ont des sensibilités différentes et ont besoin d’être éclairés sur ce sujet.

Nous voulons donc connaître votre avis sur un tel projet : êtes-vous POUR ou CONTRE ?

Nous voulons à partir de cet exemple, vous lire sur votre conception de l’agriculture de demain.

Sans réponse de votre part nous considérerons que vous êtes favorable à ce type de projet.

 

Merci d’adresser votre réponse au  385 rue du Levant 80132 Drucat

ou à notre adresse électronique : novissen@free.fr

et de consulter notre site : www.novissen.com

**************************************************************************************************************************

Au nom de l'association NOVISSEN, je vous adresse par mail la copie de la lettre ouverte déjà adressée par voie postale, à votre site de campagne.

Nous souhaitons une réponse de votre part à cette question assez rapidement.

Toutes les réponses seront rendues publiques.

Une non réponse sera également communiquée et considérée comme un accord avec ce type de projet

Dans l'attente de vous lire.

Bien cordialement.
 
 
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         
 
 
 
 
 
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         
 
Yann ARTHUS-BERTRAND
 
 
 
 
 
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         
 
Jean-Claude RENAUX, Maire de Camon, candidat du Front de Gauche dans la 1ère circonscription
 
 
 
 
 
 
 
 
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         
 
 

Stéphane DECAYEUX, Conseiller Municipal, candidat UMP dans la 1ère circonscription 

Abbeville Mag' n°124-juin 2012

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Débat radiodiffusé entre Stéphane DECAYEUX

et Pascale BOISTARD

pour le 2ème tour des élections législatives

http://dl.free.fr/qN155rUin/FranceBleuPicardieDébatPBoistardSDecayeuxles1000vaches14-6-12.mp3 

(Débat sur France Bleu Picardie du 14-06 2012)

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Pierre LAURENT, Secrétaire National du PCF, Conseiller régional de l'Ile-de-France 

 
Pierre Laurent
Secrétaire national du PCF
Conseiller régionaI de l'Ile-de-France

                                                                Monsieur Stéphane Le Foll 
                                                                Ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt
                                                                Madame Delphine Batho
                                                                Ministre de I'Ecologie, du Développement durable et de I'Energie
 
                                                                                                                                        Paris le, 22 juin 2012
Madame, Monsieur les ministres,
Je tiens à appeler votre attention sur le projet dit de ferme-usine des 1 000 vaches dont j'ai eu connaissance
lors d'un de mes déplacements à Abbeville au cours du mois de juin.
 
Ce projet, premier du genre sur le territoire national, suscite de vives inquiétudes et la légitime colère des
habitants des communes de la Somme sensées accueillir son implantation. Ils devraient d'ailleurs se retrouver très
nombreux demain samedi 23 juin en manifestation à Amiens.
 
La « ferme-usine des 1 000 vaches » est un projet d'élevage laitier industriel, le plus grand de France,
subventionné par des fonds publics qui prévoit l'installation d'un méthaniseur et le confinement en bâtiment de
près de 2 000 bêtes (1 000 vaches laitières et750 veaux et génisses) dans un espace réduit à 7m2 par animal -c'està-
dire insuffisant pour se mouvoir et ce, au mépris des règlementations nationales et européennes, de l'EFSA ou du
Conseil de I'Europe.
 
Les impacts d'une telle entreprise sur l'environnement, la question animale, la santé, le sort de nos
agriculteurs seront dramatiques. Elle engagerait notre pays dans un modèle industriel de production laitière
particulièrement inquiétant.
 
Les habitants de Drucat et Buigny-Saint-Maclou se sont immédiatement mobilisés contre ce projet et ont
alerté les pouvoirs publics. La population s'est dotée d'une association, Novissen, qui rassemble aujourd'hui plus de
1 000 membres. Le conseil municipal de Drucat s'est prononcé par un vote contre la ferme-usine. Mais leurs avis
et recommandations ne sont pas pris en considération et 20 des 24 membres du CODERST ont voté pour un projet
dont le permis de construire n'a, à ce jour, toujours pas été rendu public.
 
Aussi bien la teneur de ce projet que les conditions dans lesquelles il est imposé à la population de la
Somme sont alarmantes.
 
C'est pourquoi, Madame, Monsieur les ministres, je vous demande de bien vouloir intervenir pour surseoir
à son exécution en recevant les représentants de I'association Novissen, en convoquant une table-ronde qui
éventuellement sur la base d'une seconde enquête publique, dont les qualités d'impartialité devront être garanties
par l'État, devra contraindre à la révision du projet.
 
Je vous remercie de l'attention portée à cette requête et vous prie de croire, Madame, Monsieur les
ministres en l'expression de mes salutations distinguées.
 
Pierre Laurent
 
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        
      

L 214 - Association de protection animale 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                

 Christiane DELANNOY, Maire d'Estrées-lès-Crécy 

 

 

 

2013