Skip to main content

NOVISSEN

NOs VIllages Se Soucient de leur ENvironnement

Accueil
Statuts
Enquête publique 2015
Référé
Actions récentes
Actions marquantes
Pour adhérer et Dons
Comité de soutien
CR réunions
Argumentaires
Textes officiels
Historique
Documents divers
Prises de position
Médias
média 2017
Média 2016
Média 2015
Média 2014
Soutien Conf'
Fête des Anti-1000 V.
Médias2013
Manif du 28 sept. 2013
Manif du 3 mars 2013
Médias 2012
Good Food March
Manif 23 juin 2012
Manif 18 février 2012
Médias 2011
Démocratie participative
Livre Novissen
Articles de journaux et émissions suscités par le projet dit "des 1000 vaches"
 
 
 à partir de janvier 2013  
N.B. Les articles les plus anciens sont au bas de la page.
Le chargement de cette page peut demander quelques instants. Merci de patienter.

*******************************************************************************************

"La Baleine" (bulletin des Amis de la Terre) n°174 de décembre 2013   

"De la Surconsommation à l'économie de convivialité".
 

*******************************************************************************************

"Le Courrier Picard" du 17 décembre 2013



 
 *******************************************************************************************

Les anti-Mille vaches mobilisés devant le conseil régional

Une quarantaine de membres des anti-Mille vaches ont réclamé hier un moratoire afin de stopper le chantier en cours au Nord d'Abbeville. (Photo Fred DOUCHET)
Une quarantaine de membres des anti-Mille vaches ont réclamé hier un moratoire afin de stopper le chantier en cours au Nord d'Abbeville. (Photo Fred DOUCHET)

*******************************************************************************************

"Le Journal d'Abbeville " du 04 décembre 2013

 

*******************************************************************************************

"Le Courrier Picard" du 03 décembre 2013

Novissen demande des comptes

Par EMMANUELLE FAUQUET

| MILLE VACHES |

Dans cette association hostile à la construction d'une ferme industrielle, des questions sont posées,

des jalons aussi. Et les réactions restent vives.

 
Où allons-nous ? » « Avons-nous des chances d'aboutir ? » « Oui » , a répondu Michel Kfoury, président de Novissen, en ouvrant,
vendredi soir, à Drucat, l'assemblée générale de cette association hostile à la construction, en cours, d'une ferme de 500 vaches et
d'un méthaniseur à Drucat et Buigny-Saint-Maclou, près d'Abbeville. « La bataille est rude et longue, mais nous mettons toutes les
chances de notre côté et nous pouvons gagner. » Michel Kfoury a dressé le bilan de l'année : la colère d'avoir vu le permis de construire
être accordé et le chantier démarrer, celle de subir « une présence policière disproportionnée», lors des manifestations. A contrario,
il s'est félicité de la multiplication des soutiens, de l'élargissement de l'audience au niveau national et de la caution des experts prouvant
les dangers. « On commence à comprendre qu'à travers l'élevage industriel, c'est la santé de tous et l'emploi agricole qui sont bradés
au profit d'une logique financière », a souligné M. Kfoury.
Actions en cours
L'association engage les personnes se trouvant dans le rayon des nuisances à s'adresser à leur assureur dans le cadre de la protection
juridique. Cette démarche, qui n'entraîne pas de coût financier, a déjà été entreprise par 190 personnes. Novissen se rendra au c onseil
régional ce jeudi 5 décembre, à 10 h 30, son président n'ayant pas répondu à une demande de rendez-vous.

À partir de janvier, des manifestations seront organisées tous les 15 jours devant les préfectures de toute la France, par des opposants.
Des actions seront menées afin d'obtenir la suspension du permis de construire et d'attaquer l'autorisation d'exploiter. En février, l'association
prévoit de demander aux candidats aux élections municipales abbevilloises de « donner leur position ». Sylvain Vaquez, agriculteur à Hallencourt,
s'est déclaré « scandalisé. Le montant de nos primes, donc de vos impôts, va servir à l'enrichissement d'un seul homme. Il n'y a pas d'emplois
à la clef. Un jour , il n'y aura plus de petits paysans. Je ne comprends pas pourquoi les paysans ne bougent pas. On a quitté le bon sens commun,
le système est phagocyté par le fric » , a-t-il amèrement constaté. Un intervenant a demandé à élargir le débat au problème du méthaniseur :
« Les gens vont peut-être se réveiller si on parle des ordures ». Une autre personne estime que « si ce projet passe, c'est un basculement de toute
l'agriculture française ». Un habitant de l'Aisne a, quant à lui, parcouru 150 km pour venir et « s'attend à mener cette lutte chez lui. « On s'est aperçu
que les agriculteurs de chez nous sont pour ce type de projet.Ils se foutent des vaches, mais pas du pognon ! »

EMMANUELLE FAUQUET

*******************************************************************************************

"Inform'Action" du 29 novembre 2013

*******************************************************************************************

"Le Journal d'Abbeville" du 27 novembre 2013

*******************************************************************************************

"Blog des citoyens Diois" du 23 novembre 2013

***************************************************************************************************

"Picardie Nature" Communiqué de presse du 22 novembre 2013

*******************************************************************************************

"Le Courrier Picard" du 22 novembre 2013

http://www.courrier-picard.fr/region/ferme-des-1000-vaches-six-gardes-a-vue-apres-le-raid-nocturne-ia174b0n246261

*******************************************************************************************

"Agora Vox" du 21 novembre 2013

 

http://www.agoravox.tv/actualites/societe/article/polemique-des-elevages-geants-en-41900

 

*******************************************************************************************

"Toute l'actualité de la Picardie" du 21 novembre 2013

http://picardie.infosreg.fr/ferme-des-1000-vaches-sortie-de-garde-a-vue-pour-michel-kfoury-et-les-5-militants-de-la-confederation-paysanne/

*******************************************************************************************

"Reporterre" du 21 novembre 2013

http://www.reporterre.net/spip.php?article5039

 

*******************************************************************************************

"Le Courrier Picard" du 21 novembre 2013

(article en picard ou en français au choix)
interview de Brigitte Bardot :
Brigitte Bardot à la Une du journal :

******************************************************************************************

" France 3 Picardie " du 21 novembre 2013

 

http://picardie.france3.fr/2013/11/21/ferme-des-1000-vaches-sortie-de-garde-vue-pour-michel-kfoury-et-les-5-militants-de-la-confederation-paysanne-362505.html
*******************************************************************************************

"France 3 Picardie" Journal régional 19/20 du 21 novembre 2013

 

http://www.youtube.com/watch?v=nz21m9Ll1vA&feature=youtu.be (2'14")

*******************************************************************************************

"Le Journal d'Abbeville ", du 21 novembre 2013

http://www.lejournaldabbeville.fr/2013/11/21/novissenferme-des-1000-vaches-6-personnes-en-garde-a-vue/

à noter: la plainte "pour vol" a été muée en plainte "pour intrusion".

*******************************************************************************************

"La Confédération Paysanne", communiqué de presse du 21 novembre 2013

 

http://www.confederationpaysanne.fr/rp_article.php?id=2094

et Brèves de campagne- Envie de paysans n°5

1000 vaches : vaches contre matraques

À l'heure où le modèle agro-alimentaire breton s'effondre de toutes parts, que les empires financiers, ayant prospéré en suçant la Bretagne jusqu'à la moelle en éradiquant tous les paysans, s'enfuient maintenant

vers des contrées plus appétissantes, que le marché continue de broyer les hommes et l'environnement, l’État laisse Michel Ramery construire tranquillement son usine à lait.
Y-a-t-il un pilote dans l'avion ?


Tenaces, les vaches en colère se sont rendues au ministère de l'Agriculture, le 15 novembre dernier, pour mugir leur indignation. Revivez cette action en images !
https://www.facebook.com/media/set/?set=a.553479218064022.1073741848.467299666681978&type=3

Mais qui se cache derrière les 1000 vaches? Michel Ramery, 349ème fortune de France, philanthrope et sauveur de l'élevage laitier

http://enviedepaysans.fr/blog/2013/11/michel-ramery-lentrepreneur-en-btp-derriere-la-ferme-aux-mille-vaches/

*******************************************************************************************

"La Confédération Paysanne" - "Le fil paysan"- la Newsletter du 22 novembre 2013

1000 vaches : Ce ne sont pas des gardes à vue qui nous feront plier !

Un pas de plus a été franchi dans le bras de fer entre les opposants au projet de ferme-usine des 1000 vaches et son promoteur.

Ce jeudi 21 novembre, des militants de la Conf', dont le porte-parole, ont été convoqués à la gendarmerie d'Abbeville et immédiatement

 placés en garde à vue. Au même moment, le président de l'association de riverains Novissen était lui aussi entendu dans une autre

gendarmerie. 7h plus tard, tout le monde a été libéré.

On attend donc désormais de connaître les suites de cette affaire. Jusqu'où oseront-ils aller pour criminaliser une action syndicale

qui a permis de mettre en lumière l'industrialisation de l'agriculture et la menace qu'elle fait peser sur l'avenir des paysans ?

En tout cas, s'il s'agissait de faire taire la Confédération paysanne sur ce projet de ferme-usine, c'est peine perdue. Quelques jours

plus tôt, alors que les convocations étaient déjà arrivées, la Conf' et ses partenaires sont allés montrer leur détermination au ministère

 de l'Agriculture. Ils ont essayé en fait puisque les forces de l'ordre, très nombreuses, ne leur ont pas permis d'approcher (photo).

Mais nous étions là. Nous n'avons pas fui, comme nous ne reculerons pas devant les tentatives d'intimidation de Michel Ramery,

promoteur du projet. Ce symbole de l'industrialisation de l'agriculture, d'un « modèle » qui conduit à l'élimination des paysans, à la d

estruction de l'environnement, à la dégradation de l'alimentation, ne doit pas voir le jour.

*******************************************************************************************

"Le Figaro.fr" avec AFP, du 21 novembre 2013

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/11/21/97002-20131121FILWWW00618-ferme-des-mille-vaches-6-personnes-arretees.php

  • "Ferme des mille vaches": 6 personnes arrêtées.
  • Six opposants à "la ferme de 1.000 vaches", projet controversé de ferme laitière dans la Somme, ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête

    sur des dégradations du chantier, ont déclaré jeudi des sources concordantes.

    Cinq militants de la Confédération Paysanne étaient convoqués aujourd'hui à 9H00 à la gendarmerie d'Abbeville, avec parmi eux le porte-parole national.

    Le président de l'association Novissen d'opposants locaux au projet, Michel Kfoury, était lui à la gendarmerie de Gamaches, ont indiqué les gendarmes.

    "Ils étaient convoqués pour une audition, ils ont été placés en garde à vue immédiatement", a déclaré un juriste de la Confédération Paysanne.

    Dans la nuit du 11 au 12 septembre, une vingtaine de personnes se sont introduites sur le chantier de la ferme des 1.000 vaches à Drucat près d'Abbeville, pour immobiliser les engins de chantier et produire un immense tag de 250 m de long stipulant "Non aux 1.000 vaches", une action revendiquée par la Confédération

    *******************************************************************************************

    "CIWF", du 21 novembre 2013


    *******************************************************************************************

    "Le Courrier Picard", du 20 novembre 2013

    http://www.courrier-picard.fr/region/mille-vaches-novissen-et-la-confederation-paysanne-ia201b0n244519

    *******************************************************************************************

    "Blog France 3 Picardie, la mer", du 20 novembre 2013

    http://blog.france3.fr/picardie-la-mer/2013/11/20/ferme-des-1000-vaches-la-confederation-paysanne-convoquee-jeudi-a-la-gendarmerie.html

  • *******************************************************************************************

    "Le Journal d'Abbeville ", du 20 novembre 2013

    *******************************************************************************************

    "France 2" Journal Télévisé de 20 heures, du 18 novembre 2013(reportage de 4' 26)

    *******************************************************************************************

    "Newspress" - communiqué de la Confédération paysanne du 18 novembre 2013

    *******************************************************************************************

    "Le Courrier Picard", du 17 novembre 2013

    *******************************************************************************************

    "Le Parisien" du 16 novembre 2013

    *******************************************************************************************

    "Libération" du 16 novembre 2013

    Michel Ramery, l'entrepreneur en BTP derrière la ferme aux mille vaches

  • Sylvain MOUILLARD

     

    (Manifestation de la Confédération paysanne contre le projet de ferme des 1 00 vaches au siège du groupe Ramery, le 12 septembre 2013). (Photo Philippe Huguen. AFP)(voir la photo en cliquant sur le lien)

  • PORTRAIT

  • Ce patron nordiste, 369e fortune de France, porte le projet de ferme des mille vaches dans la Somme. Son profil inquiète les opposants.

  • Un symbole des dérives de «l’agrobusiness». C’est le principal argument des opposants au projet de ferme de 1 000 vaches qui doit ouvrir l’an prochain dans la Somme. Mais un autre facteur cristallise les mécontentements : la personne de Michel Ramery, l’homme qui finance cette étable géante et son méthaniseur. «Il n’a pas une démarche agricole. Et son image controversée n’arrange rien», souligne Barbara Pompili, députée (EE-LV) de la Somme.

    *******************************************************************************************

    "Libération" du 15 novembre 2013

    vidéo de Cécile Bourgneuf

    Une cinquantaine de manifestants, dont des membres de l’association de riverains Novissen et de la Confédération Paysanne, se sont rassemblés vendredi aux abords du ministère de l’Agriculture à ...

    PLUS

    Une cinquantaine de manifestants, dont des membres de l’association de riverains Novissen et de la Confédération Paysanne, se sont rassemblés

    vendredi aux abords du ministère de l’Agriculture à Paris. Mais le cortège a été bloqué par les forces de l’ordre. Les manifestants réclament un

    moratoire sur le projet de ferme géante alors que le chantier est en cours à Drucat dans la Somme. La plus grosse étable de France doit ouvrir au

    printemps. Plus de 1 000 vaches laitières y seront regroupées dans un hangar de 234 mètres de long sans voir la lumière du jour.

    Cécile BOURGNEUF

    Très bonne vidéo ! A voir !*******************************************************************************************

    et : http://dl.free.fr/qoBzM3S40>

    http://www.liberation.fr/video/2013/11/15/non-a-la-ferme-aux-1-000-vaches_947302

    *******************************************************************************************

    "L214" - photos de l'action du 15 novembre 2013

    http://animaux.l214.com/manifestations/2013/1000-vaches-en-colere-devant-le-ministere-de-l-Agriculture

  • *******************************************************************************************

    "Le Courrier Picard" du 15-16 novembre 2013

    http://www.courrier-picard.fr/region/le-chantier-se-poursuit-la-lutte-aussi-ia174b0n240424


    http://www.courrier-picard.fr/region/abbeville-mille-vaches-novissen-interpelle-le-ministre-ia201b0n239898

    Le chantier se poursuit, la lutte aussi

    De l'adhésif sur la bouche, les militants voulaient dénoncer le manque de dialogue.

    Une cinquantaine de membres de l'association Novissen, opposée à la ferme des Mille vaches, à Drucat et Buigny-Saint-Maclou, près d'Abbeville, s'est rassemblée, ce

    vendredi en fin de matinée, devant la sous-préfecture d'Abbeville.

    L'objectif était de remettre une lettre à Philippe Martin, le ministre de l'Écologie, demandant un rendez-vous avec ses services, ainsi qu'un moratoire, dans le but de faire

    cesser le chantier jusqu'à épuisement des recours devant la justice. C'est la troisième fois que Novissen interpelle M. Martin, lequel ne s'est jamais exprimé sur le sujet.

    En l'absence de Jean-Claude Geney, la secrétaire générale de la sous-préfecture, Sophie Pagès, a reçu une délégation de Novissen. Dans le même temps, une centaine

    de militants de la Confédération paysanne et de L214 ont tenté de rallier le ministère de l'Agriculture, rue de Varennes, à Paris, « mais on a été barrés avant d'y arriver »,

    explique Marc Dupont, un des deux militants de Novissen qui avaient fait le déplacement. Ceux-là voulaient adresser un message à Stéphane Le Foll, ministre de

    l'Agriculture, après la présentation de sa loi d'avenir agricole, mercredi, en Conseil des ministres. « M. Le Foll ne cesse de prôner l'agroécologie, aux antipodes de ce que

    son ministère valide en autorisant la ferme des Mille vaches. Il faut arrêter le double langage », le somme Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne.

    Pour rappel, la bataille fait rage depuis deux ans entre riverains et promoteurs autour d'un projet de ferme laitière abritant 1 000 vaches allaitantes et un méthaniseur

    d'1,5 MW. Du jamais vu en France à ce jour.

    T.D.

    *******************************************************************************************

    "Beurk.com" du 15 novembre 2013

    *******************************************************************************************

    "France 3 Picardie" du 15 novembre 2013

    photo et commentaires :
    L'action de la Confédération Paysanne est évoquée au Journal télévisé du 12/13, et l'info est reprise, avec images au Journal du 19/20 (à partir de 10'46").

    *******************************************************************************************

    "La Confédération Paysanne" du 15 novembre 2013

    L'action en images:
    Le communiqué de presse:
    ELEVAGE Action 1000 vaches : Le ministère choisit la politique de l’autruche


    15.11.2013Ce matin, une centaine de manifestants comptaient se rendre devant le ministère de l'Agriculture pour montrer leur détermination à ne pas

    voir aboutir le projet de ferme-usine des 1000 vaches. Les forces de l'ordre étaient présentes en nombre impressionnant pour empêcher la mobilisation

    pacifique d'approcher du ministère. Ce n'est pas cette politique de l'autruche qui nous fera renoncer à exiger un coup d'arrêt clair et net à l'industrialisation

    de l'agriculture.

    Au même moment, d'autres manifestants se regroupaient devant la sous-préfecture de la Somme à Abbeville. Ces rassemblements pourraient se multiplier

    si l'Etat continue à expliquer qu'il ne peut rien faire pour empêcher les travaux de la ferme-usine des 1000 vaches de se poursuivre.

    Michel Ramery l'a dit à nos amis de l'association Novissen, « si François me le demande, j'arrête ! » Voilà une solution bien simple et qui aurait le mérite de rendre la politique

    menée cohérente. En effet, la Loi d'avenir agricole présentée cette semaine devrait remettre au goût du jour une règlementation qui ne permet pas que de telles installations

    soient possibles. Comment peut-on laisser faire d'un côté et empêcher de l'autre ?

    A l'heure où le « modèle » agro-alimentaire breton, basé sur la production de « minerai » voué à l'export, s'écroule, nos dirigeants le laissent se reproduire alors qu'ils en

    connaissent les conséquences sociales et environnementales. La Confédération paysanne continuera à se battre pour que cesse l'industrialisation de l'agriculture. Les

    paysans et la société ne laisseront pas cette ferme-usine voir le jour.

    Crédits photos : Mathieu Eisinger

    ********************************************************************************************

    "Ouest France" du 15 novembre 2013

    http://www.ouest-france.fr/manifestation-contre-le-projet-de-ferme-des-1000-vaches-1714401

    Paris. Manifestation contre le projet de ferme des 1000 vaches

    France -

    « Nous demandons un moratoire sur le projet de ferme de 1000 vaches », a déclaré Marc Dupont, secrétaire de l’association Novissen à Paris, le 15 novembre.

    Plusieurs dizaines de personnes de la Confédération paysanne, de l’association de protection animale L214 et de Novissen portant des masques de vache avaient

    l’intention de manifester devant le ministère de l’Agriculture en fin de matinée, mais la rue avait été bloquée par les gendarmes.

    « Le chantier a commencé, nous voyons les murs des bâtiments monter», soutient Laurent Pinatel, porte-parole national de la Confédération paysanne. Outre

    les revendications affichées contre le gigantisme du projet, les manifestants expriment leurs inquiétudes : « si le projet arrive à son terme, ce sont dix millions de

    litres de lait par an qui sortiront de la ferme. Le prix du lait va être entrainé à la baisse. Et la pression sur le foncier se poursuit. Comment les jeunes

    vont-ils pouvoir s’installer ? ».

    Car le projet porté par un industriel du BTP dans la région d'Abbeville prévoit aussi d’épandre le fumier des animaux sur 3000 hectares. Les trois associations attendent

    toujours une réaction de Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture. « Il a une « non-position »sur le projet. Nous voulons une réponse», rappelle Marc Dupont.

    ********************************************************************************************

    "France Inter " du 15 novembre 2013

    Journal de 13h – écouter après la 10e minute (de 10’26 à 11’55)- Action à Paris de La Confédération Paysanne, soutenue par L214, Agir pour l'Environnement...

    http://www.franceinter.fr/player/ecouter/?player=771956&date=1384516800

    *******************************************************************************************

    "Libération " du 31 octobre 2013

    (L'article est en double page centrale).

    http://www.liberation.fr/economie/2013/10/30/les-mauvais-comptes-des-mille-et-une-vaches_943529

    Les mauvais comptes des mille et une vaches

    Sylvain MOUILLARD Envoyé spécial à Drucat (Somme) 30 octobre 2013 à 20:46

    A Drucat, le magnat du BTP Michel Ramery entend installer, à terme, 1 000 vaches sur une surface de 5,7 hectares. (Photo Vincent Nguyen. Riva Press )

     

    La plus grosse étable de France va voir le jour dans la Somme. Une apologie du modèle intensif qui

    suscite l’ire des riverains.

    Maisons bien entretenues, pelouses impeccablement tondues : Drucat est un petit village de campagne cossu, posé à quelques kilomètres d’Abbeville, dans la Somme. Rien, a priori, n’indiqueque l’endroit est devenu l’épicentre de la résistance à l’agrobusiness, si ce n’est cette succession de pancartes jaune fluo accrochées au mobilier urbain ou aux grilles des bâtisses. Partout, lemême message : «Ferme-usine des 1 000 vaches : non !»

    Faux pas. Au printemps, la plus grosse étable de France doit ouvrir. A terme, 1 000 vaches laitières seront regroupées dans un hangar de 234 mètres de long, ouvert aux quatre vents. Chaque bête

    passera à la traite trois fois par jour, posée sur un tapis rotatif. Le reste du temps, pas question d’aller au pré : un espace de 10,5 m2 lui sera réservé, pas plus. Le projet ne s’arrête pas là : 750

    veaux et génisses seront également élevés sur le site de 5,7 hectares. Enfin, un méthaniseur de 1,5 mégawatt doit sortir de terre dans le bois d’à-côté. Objectif : traiter les déjections des bovins

    pour en faire de l’électricité. Le montant total des investissements se chiffre à 11 millions d’euros.

    L’homme à l’origine du projet n’est pas vraiment du cru. Il s’appelle Michel Ramery et a réussi dans le BTP. Nanti d’une fortune estimée à 120 millions d’euros, il est la 349e personnalité la plus

    riche de France, selon Challenges. Son pedigree a braqué les opposants, réunis au sein de l’association Novissen (1). Depuis deux ans, de tribunaux en manifestations, ils mènent la lutte. Francis Chastagner, ancien prof d’anglais de 62 ans, est un des historiques : «Ramery, en arrivant ici, ne pensait pas qu’il allait tomber sur une bande de retraités encore actifs.» Au début, les

    anti se mobilisent pour des raisons diverses : volonté de défendre leur cadre de vie, crainte des nuisances olfactives, souci du bien-être animal… «Mais, au fur et à mesure, on a approfondi

    notre connaissance du dossier et on en est arrivé aux choix de société et du modèle agricole», développe Francis Chastagner. A leurs yeux, le projet de Ramery multiplie les faux pas. Au

    niveau sanitaire, d’abord. L’étable sera située à 600 mètres des premières habitations, dans le hameau du Plessiel, «sous les vents dominants». Cette proximité inquiète les riverains, qui font

    remarquer que la concentration du bétail renforce les risques d’épizootie. «Les animaux seront bourrés d’antibiotiques préventivement», redoute Vincent Chombart, porte-parole de la

    Confédération paysanne dans la Somme.

    Le méthaniseur aussi sème le trouble. L’enquête publique a conclu à «un impact acceptable [des rejets] sur les populations en terme toxique et cancérigène». «Acceptable», le mot inquiète

    : «En Allemagne, une installation de cette puissance doit être située à au moins 2 km des premières habitations», signale Michel Kfoury, médecin et président de Novissen. Le

    traitement des déchets issus de la méthanisation - les «digestats» - pose aussi problème. Il faudra en gérer 40 000 tonnes par an. Or, pour l’heure, le groupe Ramery ne dispose pas des terres

    suffisantes pour épandre ces boues résiduelles. Sur les 2 700 hectares requis, il n’en aurait qu’un bon millier. La préfecture ne lui a donc accordé un permis d’exploitation «que» pour 500 vaches.

    Sauf que le permis de construire, lui, porte bien sur une installation pour 1 000 têtes. «Le véritable objectif de Ramery, c’est d’avoir suffisamment de bouses pour faire tourner son

    méthaniseur, affirme Michel Kfoury. Le lait, ça ne l’intéresse pas.» Il faut dire que cette technique de production d’électricité a des avantages. Fiscalité préférentielle, possibilité d’aides

    publiques… c’est bel et bien à un «dévoiement»des méthaniseurs agricoles que l’on assisterait, selon les opposants. D’autant qu’EDF assure au producteur le rachat de son électricité à un tarif subventionné (deux fois supérieur au prix du marché), et ce pendant quinze ans.

    Dégâts. Pour la Confédération paysanne, ce projet est la parfaite illustration de la dérive de l’agrobusiness. «Les éleveurs passeront d’un métier noble et complet à celui d’assistant-machine

    pour gérer le bon fonctionnement du robot de traite», estime le syndicat, qui pointe aussi les dégâts humains : «Pour obtenir les surfaces d’épandage nécessaires, il rachète les terres

    à prix d’or, explique Vincent Chombart. Les jeunes agriculteurs n’ont plus les moyens de s’installer.» Les emplois, eux aussi, sont menacés. Selon la Confédération, la ferme géante risque de «diviser l’emploi par quatre». Ramery ne prévoit en effet d’embaucher, à terme, qu’une quinzaine de salariés.

    Les défenseurs, de leur côté, fustigent le combat «d’arrière-garde» des opposants. «Les exploitants sont à bout. S’ils ne s’associent pas, ils arrêtent le lait», explique un agriculteur associé

    à Ramery. Le groupe de BTP insiste aussi sur la totale «légalité» des procédures, signalant que tous les recours en justice ont été rejetés. Sur place, les travaux avancent bon train, une manière

    de mettre les autorités devant le fait accompli. L’espoir des opposants repose désormais sur une intervention du ministère de l’Ecologie, qui a hérité du dossier. «Le projet Ramery, c’est quand

    même le grand écart avec les engagements de Hollande en faveur d’une agriculture durable», remarque Francis Chastagner. Au cabinet de Philippe Martin, on s’avoue impuissant : «Ce

    projet respecte toutes les réglementations, même si ce n’est pas le modèle que nous défendons.»

     

    (1) Nos villages se soucient de leur environnement.

    Photos Vincent Nguyen. Riva Press

    Sylvain MOUILLARD Envoyé spécial à Drucat (Somme)

    *******************************************************************************************

    "FR3 Picardie - "La voix est libre " du 19 octobre 2013

    http://picardie.france3.fr/emissions/la-voix-est-libre/actu/jean-claude-buisine-depute-socialiste-de-la-somme-invite-de-la-voix-est-libre-samedi-19-octobre.html-0

    (Le sujet commence à 5 minutes 25)

    *******************************************************************************************

    "Agoravox " du 18 octobre 2013

    http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/mille-vaches-sur-un-plateau-ou-142236

    Mille Vaches sur un Plateau ou comment faire de la Transition écologique… productiviste ?

    L’affaire des mille vaches picardes avait déjà pointé son nez dans les médias dès la fin de l’été 2011 avec l’annonce d’un projet de ferme laitière géante dite des

    « Mille vaches » associée à un méthaniseur industriel de 1,5MW en Somme dans les communes de Drucat-le-Plessiel et Buigny-Saint- Maclou, membre des

    Communautés de Communes d'Abbeville et de Nouvion.

    L’association de défense Novissen -acronyme de NOs VIllages Se Soucient de leur Environnement- est créée en novembre 2011 regroupant des habitants des

    deux communes concernées et tous ceux que la dimension industrielle du projet inquiète.

    ADVERTISEMENT

    On peut lire dans le Site de l’association Novissen les raisons de cette inquiétude :

    • Raisons environnementales concernant les risques sanitaires et la pollution liés à la concentration excessive du bétail et aux résidus du méthaniseur
    • Risques encourus par l’agriculture régionale : pression sur le foncier, dumping sur le prix du lait, disparition de petites exploitations, généralisation de ce modèle

    d’agro business.
    • risques particuliers liés au complexe industriel méthaniseur-centrale électrique : incendie, explosion, odeurs, évacuation et épandage des 40000 tonnes/an des

    boues liquides.

    L’ avis positif a été accordé par le Préfet de Région (absent !) le 9 août 2011 ; la phrase suivante n’est cependant pas très rassurante :

    « Concernant le méthaniseur, une évaluation des risques sanitaires induits par les rejets de la combustion du biogaz et du traitement de l'air vicié du bâtiment

    process a été menée. Elle conclut, malgré des hypothèses majorantes, à l'impact acceptable sur les populations des rejets du méthaniseur (méthane,

    hydrogène sulfuré, monoxyde de carbone, composés organiques volatils...) en terme toxique et cancérigène. »

    Novissen a obtenu la réduction du nombre de vaches allaitantes à 500 (plus les génisses de réserve, au moins 350) car les 3000 ha d’épandage n’étaient pas réunies

    et le permis de construire a été signé finalement en mars 2013.

    Agoravox s’est d’ailleurs fait l’écho de ce projet dans un article paru le 6 mars 2013. Le chantier a commencé dans les jours suivants.

    Depuis, des manifestations diverses ont eu lieu, le 12 septembre avec la Confédération Paysanne qui a occupé le chantier, puis le 28 septembre une grande

    manifestation unitaire sur le site avec participation de représentants syndicaux, politiques divers.

    Un recours en justice a été mené mais le dossier reste bloqué et la partie civile n’a même pas eu tous les éléments techniques à sa disposition. Une pétition sur

    internet a obtenu 41000 signatures.
    L’ironie de l’histoire veut que la SCEA (Société civile d’exploitation agricole) porteuse du projet s’intitule « La côte de la Justice », comme quoi la justice est toujours

    un long chemin de croix.

    Aussi l’association Novissen a-t-elle lancé depuis le 11 octobre une action-moratoire par l’envoi d’au moins 2000 lettres au Ministre de l’Ecologie Philippe Martin ; pour

    participer à cette action on peut en trouver les modalités sur le Site de l’association Novissen.

    On peut trouver Sur le site Reporterre un excellent article du non moins excellent ex-journaliste-essayiste du Monde, Hervé Kempf, qui nous rappelle tous les dessous

    de cette affaire d’agro sous.

    On apprend ainsi :

    • comment le commanditaire du projet est un magnat local du BTP, propriétaire du groupe Ramery,
    • comment il s’est associé contre finance avec des éleveurs du secteur sous forme de SCEA afin de transférer leur quota laitier à la SCEA gérante, produire
    • des céréales pour le bétail et accessoirement épandre les boues résiduelles (il a réuni ainsi plus de 1000 ha, l’objectif final étant 3000ha nécessaires pour
    • l’épandage du projet complet et ses 1800 têtes),
    • comment la rentabilisation du projet basée d’abord sur les subventions de la PAC et de l’électricité obtenue par cogénération permettrait d’obtenir huit millions
    • de litres de lait/an à 270€ la tonne contre 350 pour une exploitation de 50 vaches,
    • comment M.Ramery entend faire de cet ensemble un projet pilote qu’il pourrait ensuite reproduire et commercialiser,
    • comment le groupe Ramery, très influent dans la Région, a même vu son nom cité dans les affaires récentes de financement occulte à la mairie de
    • Hénin-Beaumont et comment, dans le projet, le maire de la commune de Buigny est également l’architecte en charge de la construction de la ferme de près
    • de 250 m de long !

    La démesure du projet nous interpelle d’autant plus qu’il se pare de l’un des plus beaux habits de la transition agricole, la récupération des déchets, leur valorisation

    pour la production d’énergie et l’obtention de fertilisants.

    Par ailleurs, les tenants du projet se réclament habilement du modèle écologique allemand que nos amis écologistes nous donnent si souvent en exemple ; ils se réfèrent même à des fermes semblables du nord de l’Allemagne : coopérative Milchquelle à Stüdenitz, au nord-ouest de Berlin, héritée de la RDA avec :

    23 associés, • Main-d’œuvre : 40 UTH (dont 23 détenteurs de parts sociales) et 4 apprentis dont 24 personnes affectées aux 2040 bovins, • SAU : 1388 ha dont 395 ha de maïs ensilage, 393 de prairies naturelles, 190 ha de blé, 174 ha de seigle, 95 ha de colza, 89 ha de triticale, 24 ha d’orge. • Cheptel : 1030 Prim’holstein et leur suite, soit 984 jeunes bêtes
    • Quota : 8 984 565 litres • Référence : 39,7 de MG. Et un méthaniseur de 500 KW.

    Vous vous demandez ce qu’est la UTH ? : unité de travail humain ; et la SAU ? :surface agricole utile. J’ai découvert ces termes en lisant les comparatifs de différentes exploitations agricoles bio dans une revue professionnelle.

    L’Allemagne a effectivement un temps d’avance sur nous en matière d’écologie et d’agriculture –bio compris-mais tout est loin d’être aussi rose que cela au pays des Verts. Leur bilan carbone global en atteste d’ailleurs : 9,1t CO2/h en Allemagne contre 5,6 en France.

    Pourtant des fermes durables utilisant le système herbager d’ André Pochon dans le Nord de la France obtiennent sur des surfaces très moyennes des ratios comparables à la ferme des Mille vaches :

    37 ha de polyculture-élevage, 10 ha de céréales (blé, escourgeon, avoine/orge), 3 ha de maïs ensilage,4.5 ha de prairies de fauche (ray-grass hybride / trèfle violet), 19.5 ha de pâtures (ray-grass anglais / trèfle blanc). Environ 2 ha de blé vendus. 136 500 litres de quota laitier pour 30 vaches

    laitières. L’exploitant annonce même un excédent brut d’exploitation EBE de 40% sur lequel le MEDEF ne cracherait point !

    Je suppose qu’il intègre dans ce calcul le montant des subventions européennes de la PAC qui doivent bien avoisiner les 20000 €/an mais que perçoivent aussi de

    manière proportionnelle les grosses fermes. On peut discuter du principe de la PAC et de la fixation des prix mais c’est un autre débat, et encore faudrait il connaitre

    la distribution de ces aides européennes.

    Le service telepac nous donnait accès jusqu’en 2011 au montant des subventions reçues, mais suite à des demandes de la FNSEA cet accès public est depuis lors

    très réduit ; ainsi en 2011 le montant des subventions perçues par une structure comparable à la SCEA « Cote de la justice » de l’époque devait être voisin de

    115000 euros.

    Je connais un exploitant en élevage bovin-viande bio avec auto production de céréales et maïs irrigué sur une quarantaine d’hectare qui touchait alors 54000 €/an.

    Pour clore les infos sur la PAC on peut rappeler également que l’agriculture rapporte 11,2 Milliards au commerce extérieur de la France (2012) et que c’est à peu de

    chose prés le montant perçu de la PAC.

    En conclusion quelle peut être la dimension et le mode optimal pour une exploitation agricole ?

    Les fermes usines ne peuvent en aucun cas être la bonne solution car dans tous les domaines, social, environnemental, sanitaire, énergétique, la balance

    avantage/risque penche du mauvais côté.

    Les enjeux énergétiques futurs et la conservation des sols doivent nous orienter vers l’agriculture bio plus économe en intrants externes si elle est bien conçue. La

    dimension optimale dépend alors du type d’exploitation et de la structure foncière locale. Il faut savoir que l’agriculture bio a largement dépassé maintenant le stade

    expérimental et qu’elle approche voire dépasse dans certains cas les rendements des méthodes classiques mais elle nécessite des apprentissages et des

    connaissances précises.

    J’ai eu l’occasion très récemment (18 septembre 2013) de visiter le plus grand salon européen des techniques et méthodes des agricultures bio et alternatives

    Tech & bio, à Valence capitale de la bio-vallée de la Drome. Ce fut pour moi l’occasion de constater toute la richesse et toute la diversité de ces filières arrivées

    maintenant à maturité ; tout comme l’agriculture actuelle l’agriculture bio ne sera pas non plus homogène.

    Il y avait, représentées dans le salon, des structures allant de 4 à 200 ha (avec 2 associés +1 salarié CDI). Pour l’instant les fondamentaux de l’esprit bio semblent bien

    ancrés : le respect de la terre, l’équilibre des relations avec l’environnement personnel, social et professionnel, la coopération, la recherche de circuits courts, la volonté

    d’évolution technique et de connaissances.
    Les problèmes du foncier agricole, de l’installation des jeunes et de la pression de l’agro-business resteront cependant les sempiternelles ornières

    à éviter.

     

    *******************************************************************************************

    "Le Courrier Picard" du 16 octobre 2013

    ******************************************************************************************

    "Le Courrier Picard" du 14 octobre 2013

    Le Pays des trois vallées, l'association de préfiguration du parc naturel régional (PNR) et le schéma de cohérence territoriale (Scot) sont officiellement

    réunis au sein du syndicat Baie de Somme - 3 Vallées, validé par un arrêté préfectoral du 20 juin 2013. Depuis lundi, cette nouvelle structure est présidée

    par Nicolas Dumont, maire d'Abbeville et ex-président du Pays des 3 vallées. Ses membres (un de la Région et du Département, huit des communes

    du territoire du syndicat, deux des intercommunalités partiellement inclues dans le périmètre d'étude du parc naturel régional) ont également été élus.

    Pour l'heure, les contours du PNR englobent les territoires intercommunaux de l'Abbevillois, d'Ailly-le-Haut-Clocher, de la Bresle maritime, de la région

    d'Hallencourt, des régions du Vimeu industriel et vert, du Nouvionnais, de la Baie de Somme sud et d'Authie-Maye. Une partie de la communauté de

    communes interrégionale de Blangy, de la Bresle maritime et de la région d'Oisemont et du Bernavillois pourrait également être intégrée au sein du PNR.

    Ce Parc naturel régional de la baie de Somme aura pour vocation de protéger et mettre en valeur les zones rurales habitées. Il devra également préserver

    et valoriser les milieux naturels et le patrimoine culturel. Pour l'heure, l'Hexagone compte moins de cinquante PNR.

    Le 20 septembre dernier, Nicolas Dumont, Christian Manable, président du Département, Jean-Claude Buisine, député de la Somme, et Annie Roucoux,

    présidente de l'Association de préfiguration du PNR, ont été auditionnés par la commission du conseil national de la protection de la nature, au ministère de

    l'Écologie. Un avis intermédiaire est attendu fin novembre suite à ces échanges. In fine, le ministère de l'Écologie tranchera.

    A. B.

     

    ******************************************************************************************

    "Les Amis de la Terre " du 13 octobre 2013

    http://www.amisdelaterre.org/NON-aux-usines-a-vaches.html

    *******************************************************************************************

    "Le Courrier Picard" du 12 octobre 2013

    *******************************************************************************************

    "FR3 Picardie-la mer " - Le blog du 11 octobre 2013

    *******************************************************************************************

    "Egalité et réconciliation " du 09 octobre 2013

    http://www.egaliteetreconciliation.fr/Elevage-intensif-manifestation-dans-la-Somme-contre-la-ferme-des-1000-vaches-20635.html


    *******************************************************************************************

    "La Confédération paysanne" - Envie de Paysans ! Brèves de campagne #3 - du 02 octobre 2013

     

    http://enviedepaysans.fr/blog/2013/10/1000-vaches-pourquoi-le-projet-ne-doit-pas-se-faire/

     

    http://us7.campaign-archive1.com/?u=1044c0374e5f3d86ab4b89ad1&id=63801f93a6&e=f112f49f2b

    Pour voir l'infographie pédagogique ! ! !

    http://enviedepaysans.fr/blog/2013/10/tout-comprendre-aux-1000-vaches/

    https://www.facebook.com/media/set/?set=a.532382320173712.1073741839.467299666681978&type=3

    http://enviedepaysans.fr/non-aux-1000-vaches/#.UlF24C1OIif

    LE FIL PAYSAN : LA NEWSLETTER DE LA CONFÉDÉRATION PAYSANNE [# 0024] 04 octobre 2013 (extrait)

    1000 vaches en colère à Drucat

    La mobilisation ne faiblit pas contre le projet de ferme-usine de Michel Ramery en Picardie. Samedi 28 septembre, 1000

    personnes affublées de masques de vaches se sont regroupées sur le chantier pour manifester encore une fois leur opposition

    au projet.

    Voilà deux ans que l'association de riverains Novissen se bat contre ce projet. Depuis l'action coup de poing de la

    Confédération paysanne le 12 septembre, la préoccupation est devenue nationale. C'est ce qu'on a pu constater lors de

    cette manifestation de 1000 vaches où nombre d'associations et de partis politiques étaient représentés.

    On entend aussi de plus en plus parler des 1000 vaches dans les médias. A chacune de ses interviews, Stéphane Le Foll e

    st interrogé sur le sujet, et botte en touche.

    Autre conséquence de l'action du 12 septembre, Michel Ramery a porté plainte, contre la Confédération paysanne et contre

    le président de Novissen. Mais cela ne nous arrêtera pas. Nous ne laisserons pas ce projet arriver à terme !

    *******************************************************************************************

    "Le Monde" - blog "Biosphère" du 02 octobre 2013

    *******************************************************************************************

    "FR3 Picardie-la mer " - Le blog du 11 octobre 2013

    *******************************************************************************************

    "Egalité et réconciliation " du 09 octobre 2013

    http://www.egaliteetreconciliation.fr/Elevage-intensif-manifestation-dans-la-Somme-contre-la-ferme-des-1000-vaches-20635.html


    *******************************************************************************************

    "Le Courrier Picard" du 30 septembre 2013

    Novissen a bien le son et l'image

    | MILLE VACHES |

    Si le chantier suit son cours, la manifestation des anti-Mille vaches

    a montré leur capacité, grandissante, à exister dans le paysage audiovisuel national.

    Michel Kfoury, président de Novissen, entouré de caméras, samedi.

    Ils ont perdu la bataille administrative - le préfet ayant autorisé le projet -, n'ont pas remporté

    la joute juridique - deux recours sont toujours en suspens -, mais les membres de Novissen

    sont peut-être en train de remporter la bataille de la communication.

    En témoigne l'écho trouvé par leur manifestation de samedi, dans les médias, dimanche.

    Le Monde, Le Parisien, BFM, RTL, France Info... La plupart des médias nationaux relataient

    à l'heure des croissants, ce dimanche, la principale revendication des anti-Mille vaches :

    « Obtenir un moratoire sur l'élevage industriel comme ça a été fait pour les OGM, par exemple ».

    Depuis quelques semaines, d'autres médias se sont aussi emparés du sujet : Mediapart, Politis ou

    encore Reporterre ; sans parler de l'agitation sur les réseaux sociaux.

    Le renfort de la « Conf »

    Dans cet affrontement, le renfort de la Confédération paysanne semble avoir servi. Connue pour

    ses actions chocs et ses positions tranchées, la « Conf » a su attirer à nouveau l'attention, alors

    même que le chantier semblait sur les bons rails.

    L'action de nuit menée le 12 septembre (tags et dégradations sur le chantier) et l'occupation du siège

    du groupe Ramery, qui a suivi, a fait son petit effet. Samedi, les forces de l'ordre, en nombre, les

    attendaient avec une pointe d'inquiétude. Vendredi soir déjà, un hélicoptère de la gendarmerie tournait

    au-dessus du site. Au cas où...

    L'autre victoire des anti-Mille vaches, c'est l'interview de Stéphane Le Foll, jeudi sur France Info :

    « La question c'est, quand ça existe, combien il y a d'agriculteurs derrière ? », a dit le ministre de

    l'Agriculture, sortant de son silence sur le sujet avant de passer le bébé à son homologue de

    l'Environnement. Philippe Martin, successeur de Delphine Batho, ne s'est pour l'heure pas exprimé.

    Dès sa nomination, Novissen l'a sollicité. M. Martin a joué la montre en renvoyant les militants chez le

    sous-préfet. « Mais nous sommes en contact avec son cabinet », indique Michel Kfoury, le président

    de Novissen. Parviendront-ils à peser suffisamment pour infléchir les choix du gouvernement en matière

    de politique agricole ? L'idée semblait absurde il y a deux ans, elle ne l'est plus tout à fait. Quoi qu'il en soit,

    Michel Kfoury, plus déterminé que jamais, a prévenu samedi : « M. Ramery boira son lait sur place, parce

    qu'il ne sortira pas d'ici ». Le promoteur espère produire son premier litre de lait au printemps 2014.

    En janvier, le Parlement entamera les discussions sur la loi d'orientation agricole, qui porte notamment sur

    la performance économique et environnementale, la protection des terres agricoles ou encore la politique

    nationale sur l'alimentation.

    T.D.

    ********************************************************************************************
    " Prizdirect" du 27 septembre 2013 - Laboratoire du documentaire

    Lien montrant la modélisation en 3D de la Ferme-Usine que veut installer M. Ramery. Vidéo de 6'37 par Hakim GRIB

    http://youtu.be/OwSN8pecqQ0

    ********************************************************************************************

    "France Info" du 27 septembre 2013


    http://www.franceinfo.fr/politique/le-plus-france-info/quand-le-projet-de-ferme-laitiere-tourne-au-vinaigre-1155707-2013-09-27

    ********************************************************************************************

    "France Info" du 26 septembre 2013

    http://touch.dailymotion.com/video/x156npl_florange-le-foll-defend-hollande_news?start=258

    Interviewde Stéphane Le Foll sur France Info, le jeudi 26/09/2013 à 8h20 (extrait concernant les 1000 vaches)

    Question du journaliste :

    Je vais prendre l'exemple qui a frappé beaucoup d'auditeurs, l'exemple de la ferme des 1000 vaches, projet de ferme laitière géante près d'Abbeville, ce chantier a beaucoup

    d'opposants, êtes-vous pour ou contre ce projet ?

    Réponse du ministre :

    D'abord il y avait 1000 vaches, on en est à 500 aujourd'hui, ce qu'il faut dire aux auditeurs c'est que 500 vaches ou 1000 vaches ça existe, la question est de savoir, quand ça

    existe, c'est combien d'agriculteurs il y a derrière, et là ce projet …,

    Le journaliste le coupe :

    "C'est un projet d'usine, est-ce qu'on peut dire les choses comme ça, et, est-ce que vous acceptez cela" ?

    Réponse du ministre :

    Non, non, pour moi, je dis, le projet ce n'est pas le problème des 1000 vaches, c'est 1000 vaches pour combien d'agriculteurs, il y a aujourd'hui des GAEC (ndlr : Groupement

    agricole d'exploitation en commun), des organisations collectives, qui ont cette capacité des 1000 vaches, mais derrière il y a 4 ou 5 agriculteurs, voilà, pour moi c'est les hommes

    qui comptent, c'est ça le message, il est très simple, et c'est pourquoi, je le rappelle, à l'échelle européenne, on a garanti ce qu'on appelle la transparence des GAEC, c'est-à-dire

    d'organisations collectives d'agriculteurs !

    Question du journaliste :

    Qu'allez-vous faire dans ce cas précis ?

    Réponse du ministre :

    Dans ce cas précis, j'indique tout de suite que juridiquement, le projet qui a été déposé relève des établissements classés, c'est-à-dire du ministère de l'environnement et pas du

    ministère de l'agriculture.

    Question du journaliste :

    Vous vous en lavez les mains ?

    Réponse du ministre :

    Non je ne m'en lave pas les mains, je vous le dis clairement, je ne suis pas là pour vous raconter des histoires, si j'avais les moyens de dire "j'interdis ça, je répète, pour moi ce n'est

    pas le problème des 1000 vaches, ce n'est pas la question qui est posée, c'est combien il y a d'agriculteurs,quand je parle de lait, autour de 1000 ou de 500 vaches; je rappelle

    d'ailleurs qu'il est passé de 1000 à 500 vaches.

    Enregistré puis écrit par le Secrétaire de l'association Novissen, le 26 septembre 2013, 9h00.

    "Le Canard Enchaîné" du 25 septembre 2013(....le canard vient au secours des vaches !.... Ah....la solidarité animale !...)

    Texte repris dans "Altermonde-sans-frontières" le lundi 30 septembre
    Vive la ferme-usine !
    C’est par une lettre du maire que les 975 habitants de Drucat, petit village de la Somme, ont appris la bonne nouvelle. Une ferme-usine de 1 000 vaches couplée au méthaniseur agricole le plus puissant d’Europe allait être construite sur leur commune.

    Ni une ni deux, les riverains ont monté une association. La bataille dure depuis près de deux ans, au grand dam de l’entrepreneur, Michel Ramery, qui ne comprend pas pourquoi son gigantesque élevage moderne ne fait pas l’unanimité. Un bâtiment de 250 mètres de longueur. Des bêtes de concours sélectionnées pour donner jusqu’à 8 millions de litres de lait par an. Et ne mettant jamais les naseaux dehors. Un espace de 7 m² pour chacune. Un collier électronique qui, trois fois par jour, les avertit que c’est l’heure de la traite. Laquelle est bien sûr robotisée.

    Et pour faire fonctionner tout ça (la salle de traite, les trois bâtiments prévus pour accueillir la progéniture des vaches, qui doivent mettre bas une fois par an pour faire du lait, le méthaniseur, capable de fabriquer avec le lisier de l’électricité pour 1 000 foyers), pas besoin de plus de 13 salariés ! D’ordinaire, il faut deux personnes pour gérer une exploitation de 50 vaches. Autre grumeau dans le lait : au lieu des 2 700 hectares nécessaires pour étaler dans les règles la montagne de lisier traitée par le méthaniseur, la ferme-usine n’en dispose que de 1 500.

    Ce qui a motivé Delphine Batho, quand elle était ministre de l’Écologie, à n’autoriser que 500 vaches. Bizarrement, le permis de construire initial, qui porte sur 1 000 vaches, a été accordé comme une fleur par la préfecture. Le 10 septembre, l’association a déposé un recours contre le permis de construire au tribunal administratif d’Amiens, qui a été rejeté de mardi 24. Étrangement, la préfecture refuse toujours, malgré un avis favorable de la Commission d’Accès aux Documents Administratifs, de fournir les plans des 19 500 m² de bâtiments…

    Qu’importe ! La direction du groupe est sûre de son coup : « À terme, nous obtiendrons ce permis d’exploitation pour 1 000 vaches : le ministère de l’Agriculture nous soutient ! » Le plus vache dans l’histoire, c’est que cet élevage laitier géant va s’installer dans un département en surproduction laitière. Au milieu du futur parc naturel régional de la baie de Somme… Et qu’il devrait bénéficier d’aides publiques grâce au rachat obligatoire, à prix d’or, par EDF de l’électricité issue de la méthanisation !

    Michel Ramery, qui a prospéré dans le BTP et dont la fortune familiale occupe la 349ème place dans le classement de Challenges, a le sens des affaires.Et, en plus, d’évidence il aime les bêtes !...

    Le Canard Enchaîné N° 4848 du 25 septembre 2013

    *******************************************************************************************

    "Le Courrier Picard" du 25 septembre 2013

     

    ********************************************************************************************

    "News Press" du 20 septembre 2013(communiqué de la Confédération Paysanne)

    http://www.newspress.fr/Communique_FR_271160_235.aspx

    ********************************************************************************************

    "Le Courrier Picard" du 19 septembre 2013

    http://www.courrier-picard.fr/region/semaine-de-treve-avant-la-manifestation-du-28-septembre-ia174b0n189869

    ********************************************************************************************

    "Quiéry à venir" du 19 septembre 2013

    *******************************************************************************************

    "Agence News Press" du 19 septembre 2013 (communiqué du Parti de Gauche)

    http://www.newspress.fr/Communique_FR_271106_4878.aspx

    ********************************************************************************************

    "Le Nouvel Obs" du 19 septembre 2013

     

    ********************************************************************************************

    "Agriculture " - Communiqué du groupe EELV * du 18 septembre 2013

    https://elus-picardie.eelv.fr/communique-des-elus-regionaux-eelv-du-nord-ouest-non-a-lelevage-industriel-2/

    * c'est-à-dire les élus régionaux du Nord-Pas-de-Calais, de Basse-Normandie, de Picardie et de Bretagne.

    ********************************************************************************************

    "Générations Futures " du 18 septembre 2013

    http://www.generations-futures.fr/mobilisation/dites-non-a-la-ferme-des-1000-vaches/

    ********************************************************************************************

    "La Confédération Paysanne" du 18 septembre 2013

    http://www.confederationpaysanne.fr/actu.php?id=1918&PHPSESSID=lnik2aunmh0lbfrmbcathkla07

    http://www.confederationpaysanne.fr/actu.php?id=1918&PHPSESSID=4pa20do6qfi01eqg07883tno94

    Un site à visiter ! !http://enviedepaysans.fr/

    ********************************************************************************************

    "Le Journal d'Abbeville" du 17 septembre 2013

    http://www.lejournaldabbeville.fr/2013/09/17/ferme-des-1000-vaches-la-video-du-raid-nocturne/

    ********************************************************************************************

    "La France Agricole" du 17 septembre 2013

    Lait/Ferme des 1.000 vaches - 7 internautes sur 10 y sont défavorables (sondage)

    Publié le mardi 17 septembre 2013 - 18h08

    71 % des internautes ayant répondu à notre sondage en ligne se déclarent défavorables à des projets du type Ferme des 1.000 vaches. A l'inverse, 25 % y sont

    favorables.

    Consulterles résultats complets du sondage.

    1.114 personnes ont participé à ce sondage réalisé du vendredi 13 au mardi 17 septembre 2013.

    N.B. : Les résultats d'un sondage en ligne ne sont qu'indicatifs dans la mesure où les internautes qui y participent ne constituent pas forcément un échantillon

    représentatif des exploitations agricoles françaises.


    En savoir plus sur http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/lait-ferme-des-1-000-vaches-7-internautes-sur-10-y-sont-defavorables-sondage-77426.html#SP0Oo5fHQykh0Ldc.99

    ********************************************************************************************
    Agir pour l'Environnement - "Courriel'Hebdo" du 16 septembre 2013

    Extrait du Petit Livre Noir : Non à la ferme-usine dite des 1000 vaches !

    Agir pour l'Environnement vous invite à une grande manifestation le samedi 28 septembre 2013 à 14h près de l'emplacement de la future ferme-usine
    des 1 000 vaches de Drucat, et à cette occasion vous présente en exclusivité un extrait du "Petit livre des grands projets inutiles" consacré à ce projet.

    alt

    Le projet de ferme-usine dite des 1000 vaches, situé à Drucat-Le Plessiel dans la Somme (80), fait partie des grands projets inutiles présentés

    dans le Petit livre noir des grands projets inutiles paru aux éditions du Passager Clandestin.

    Ce projetest à l'élevage ce que le projet d'aéroport de Notre-Dame des Landes est aux infrastructures de transport : inutile, contestable

    et contesté.

    ---------------------

    Projet Ramery des 1000 vaches

    EN PROJET

    Cinq cent à 1000 vaches laitières, plus de 750 génisses, un méthaniseur producteur d'électricité de forte puissance (1,489 MW)... c'est ce que

    prévoit, entre autre, le projet agro-industriel Ramery dit « des 1000 vaches » dans la Somme. Le tout pour la modique somme de 13 millions

    d'euros.

    Si les élus locaux, la ministre de l'Ecologie et son collègue de l'agriculture ou encore l'entreprise de BTP Rameny sont tout à fait favorables au

    projet, son inutilité n'en reste pas moins criante.

    Un tel complexe agro-industriel n'a en effet aucune justification économique puisque la production de lait est suffisante en France, que les

    pâturages sont encore nombreux et que rien ne justifie une grande concentration d'animaux en milieu « hors sol » sans accès extérieur. L'élevage

    industriel engendre tout à la fois une maltraitance animale inadmissible et une malbouffe non moins scandaleuse ! Pourquoi s'embourber dans une

    folie des grandeurs quand on sait que d'autres modes d'élevage garantissent à l'éleveur des prix justes et permettent la viabilité d'exploitations de

    taille raisonnable. Pourquoi s'acharner quand on sait que de tels projets n’ont qu'un effet : accélérer la désertification rurale. Ces mégaprojets n’ont

    d’agricoles que le nom. Ce sont avant tout des pompes à subvention qui ont pour conséquence de détruire les emplois locaux.

    Il semble alors incompréhensible qu'à l'heure de la transition énergétique et alors que l'équivalent d'un département en terres agricoles disparaît

    tous les 7 ans en France, un tel projet destructeur et climaticide puisse être mis en place.

    Pourtant, il y a bien une raison qui pousse les décideurs politiques et économiques à réaliser ce projet des 1000 vaches : l'argent et la course

    effrénée aux profits. Pendant qu'un petit nombre maximise les profits, la création d'un tel projet agro-industriel entraîne de terribles conséquences

    sur l'environnement avec une pollution de l'eau due aux rejets de nitrate, d’énormes quantité de tourteaux de soja transgénique et autres maïs

    ensilages pour les animaux, l'utilisation de pesticides ou encore les risques réels d'explosion du méthaniseur installé à moins de 600 m des

    habitations etc.

    Les vaches, considérées comme de simples machines à produire du lait industriel de piètre qualité, ne voient même pas leurs besoins

    fondamentaux respectés, engendrant détresses et maladies. Si l’univers concentrationnaire dans lequel « vivent » les animaux a pour conséquence

    un état sanitaire précaire, il en est de même pour celui des populations locales. Ces dernières seraient exposées, selon le promoteur du projet,

    aux risques de cancers « acceptables », à une pollution de l'air par le méthane et une contamination des terres et des eaux par les 4000 tonnes de

    résidus à épandre chaque année.

    Face à ces risques et aberrations, Novissen, association locale de 2000 membres ayant le soutien d'une quarantaine d'associations est devenu le

    gros caillou dans la chaussure de M. Ramery qui l'empêche de courir encore et toujours plus vite ! La mobilisation locale reste également forte

    malgré une autorisation partielle à 500 vaches de la part du Préfet de la Somme.

    De nombreuses manifestations notamment à Abbeville, Amiens, Paris (durant le Salon de l'agriculture), Bruxelles ont eu lieu et la population se

    rassemble également sur le terrain pour entraver les travaux et marquer son opposition.

    La commune de Drucat Le Plessiel est clairement engagée contre le projet Ramery alors que les deux présidents de communautés de communes

    concernées ne se sont jamais prononcés contre !
    Pourtant, de nombreux élus rencontrés se sont retranchés derrière la décision du préfet... Au niveau politique, seuls les Verts et le Front de Gauche

    se sont engagés dès le début clairement contre le projet et ont agi pour son abandon.

    Comme ce projet ne peut pas prétendre être d'intérêt général, Novissen réclame aujourd'hui un moratoire sur la construction de ces fermes-usines

    géantes qui méritent un débat public et ouvert. Une législation adaptée et précise doit contrôler voire interdire ces dérives insupportables de

    l'agro-industrie qui engagent l'agriculture de demain et compromettent le développement d'une agro-écologie respectueuse de l'environnement,

    des animaux et des hommes.

    ----------------------

    Commandez le petit livre noir des grands projets inutiles sur la boutique en ligne d'Agir pour l'Environnement
    Réservez une place dans le car au départ de Paris pour la manifestation d'opposition à la ferme-usine de Drucat

    ********************************************************************************************

    La Confédération Paysanne - Envies de Paysans ! Brèves de Campagne #2 du 17 septembre 2013

    Nous vous recommandons la "vidéo de l'action" (durée 3'18) contenue dans cet article.

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=pXtQOrdC7Rs

    NON aux 1000 vaches !
    Les dernières nouvelles de la campagne qui fait bouger les politiques agricoles !
    Vous n'arrivez pas à voir cet email ?
    Visionnez-le dans votre navigateur.

    La Confédération paysanne entre en désobéissance civile contre les 1000 vaches

    Devant le laxisme des pouvoirs publics et leur incapacité à protéger les hommes et l’environnement de la cupidité de certains, les paysans de la Confédération paysanne n’ont eu d’autre choix que de mettre leur liberté en jeu pour dénoncer l’aberration économique, écologique et sociale de cette ferme-usine emblématique de l’industrialisation de l’agriculture.

    Ainsi, dans la nuit de mercredi à jeudi dernier, la Confédération paysanne a stoppé le chantier des 1000 vaches. Tous les engins de chantier ont été démontés et mis hors d’état de nuire. Un peu plus tard dans la matinée, les mêmes paysans ont occupé le siège social du porteur de projet, rapidement rejoints par plus de 300 personnes pour dire non au projet des 1000 vaches.

    Les 1000 vaches ne doivent pas voir le jour !

    Appel aux dons

    Pour aider les paysans à défendre l’emploi, l’environnement, l’alimentation, la vie des territoires et soutenir leur résistance,

    Pour contrer ce type de projet délétère qui va à l’encontre de la transition écologique et sociale pourtant si urgente,
    Pour nous permettre d'endiguer la mise à mort silencieuse de nos campagnes,
    Pour contribuer au déploiement d’une agriculture à taille humaine, faite par les hommes, pour les hommes et dans le respect de l’environnement,

    Nous avons besoin de votre soutien, votre aide est essentielle pour faire grandir le mouvement !

    Je soutiens la Confédération paysanne

    Prochaine mobilisation contre les 1000 vaches

    C’est l’heure de vérité pour la ferme-usine des 1000 vaches, celle aussi d’un choix de société. C’est le moment de se mobiliser pour empêcher l’agro-industrie de gagner une nouvelle fois. L’heure est grave et requiert que toutes les consciences indignées se lèvent et expriment leur refus d’un tel projet.
    Ce ne sont pas les hommes qu’il faut adapter au système, mais bien le système qu’il faut adapter aux hommes.

    La Confédération paysanne appelle à mobilisation pour stopper le projet :
    TOUS à Abbeville le 28 septembre pour empêcher l’usine des 1000 vaches de voir le jour !

    Appel à mobilisation de Novissen.

    Envie de Paysans !
    La campagne qui fait bouger les politiques agricoles

    Pendant un an, les paysans de la Confédération paysanne vous invitent à les rejoindre pour changer les politiques agricoles.

    Celles-ci sont au cœur de notre quotidien et ont
    un impact sur ce que nous mangeons, sur notre environnement et sur la vie de nos territoires.
    Refusons l'industrialisation croissante de l'agriculture et défendons une alternative réaliste, porteuse d'espoir et d'emploi : l'agriculture paysanne.

    Ne laissons plus les agro-managers décider de notre quotidien !
    Agissons et assumons notre envie de paysans!
    Retrouvez la campagne de la Conf' qui fait bouger les politiques agricoles sur ENVIEDEPAYSANS.FR

     

    ********************************************************************************************

    La Confédération Paysanne Nord-Pas-de-Calais du 16 septembre 2013

    COMMUNIQUE DE PRESSE

    1000 vaches : « plutôt 10 millions pour un fond d'aide à l'installation ? »

    Afin que le capital de Michel Ramery ne dorme pas, nous lui proposons d'utiliser intelligemment la somme qu'il avait prévu d'investir dans le

    grand projet inutile et nuisible d'usine à vaches qu'il doit abandonner. La Confédération paysanne est prête à l'accompagner dans la mise

    en place d'un fond d'aide à l'installation en élevage laitier dans la Somme.

    C'est une sortie de crise constructive que nous proposons à un entrepreneur qui sera, sans aucun doute, sensible à une telle opportunité de « renvoyer

    l'ascenseur ». Quand on a fait fortune avec de l'argent public, on doit se sentir redevable de transmettre son goût d'entreprendre et de donner un petit

    coup d'pouce financier à un moment où les banques accordent plus difficilement des crédits.

    Après les actions menées la semaine dernière contre le projet de Michel Ramery, il va sans dire que nous attendons également impatiemment cette semaine

    la réaction du ministre de l'agriculture, du gouvernement, du Président et du groupe parlementaire écologiste. Rappelons-le : le gouvernement peut et

    doit légiférer pour favoriser les installations et faire vivre des projets d’agriculture tournés vers l’emploi, le territoire et l’environnement.

    Nous ne laisserons pas le territoire se couvrir de fermes-usines.

    Nomain, le 16 septembre 2013
    Contacts :
    Antoine JEAN, porte parole

    Mathieu Glorian, animateur

    ********************************************************************************************

    "Médiapart" du 16 septembre 2013

    ********************************************************************************************

    "Médiapart" du 14 septembre 2013

    Agrobusiness : le créneau des mille vaches

    Agrobusiness : le créneau des mille vaches

    | Par Jade Lindgaard

    Une méga-ferme de mille vaches, couplée à une centrale électrique alimentée par les déjections du bétail. Cauchemar agro-industriel ? Non, projet en création en Picardie,

    malgré les engagements du gouvernement. Des opposants manifestaient ce jeudi matin contre cette « usine à vaches ».

    Un millier de vaches passant leurs journées sous hangar, sans sortir, à ruminer des grains de maïs, du soja et des pousses de luzernes. Dix mètres carrés par bête, dans une atmosphère contrôlée scientifiquement. Trois traites de lait quotidiennes pour produire jusqu’à 8,5 millions de litres par an. Sans oublier, la valorisation du lisier en électricité par le truchement du plus gros méthaniseur jamais construit en France (1,5 mégawatt). Un remake de Terminator à la campagne ? Non, une ferme picarde en cours de construction sur le lieu-dit du « bout du monde », au pays des céréales, de la betterave et de la bière.

     

    Action de la Confédération paysanne contre la ferme des mille vaches, 12 septembre 2013.

    L’exploitation agricole que le groupe de BTP Ramery développe aujourd’hui dans la Somme convoque une rencontre du troisième type : d’un côté, la traditionnelle activité de

    production laitière, emblématique de la paysannerie française, et de l’autre, l’échelle industrielle et la culture de la maximalisation des profits. « Si c’est un gros mot de dire qu’on

    fait cette ferme pour gagner de l’argent... », ironise Michel Welter, directeur du projet pour Ramery, et lui-même ancien agriculteur, pour qui « l’intérêt, c’est de garder de la

    valeur ajoutée dans le département. C’est un projet économique global. Est-ce qu’on peut se priver de la ressource économique et de la rentrée de devises que peut être

    l’agriculture ? ». Le groupe prévoit de traire la première vache d’ici huit à dix mois, soit d’ici l’été prochain, et de salarier quinze personnes pour s’en occuper.

    Alors que le secteur laitier peine à se sortir d’une crise endémique, et que Jean-Marc Ayrault est attendu le 12 septembre au salon de la production agricole (Space), à Rennes,

    la « ferme des mille vaches » cristallise les passions. Une coalition inédite de riverains, d’écologistes et de militants de la Confédération paysanne dénonce « l’usine des mille vaches »

    et l’industrialisation de l’agriculture. « Au début, je n’étais pas contre, cela pouvait donner du boulot au village », raconte le président de l’association Novissen, Michel Kfoury,

    médecin. Mais après étude du dossier, lors de l’enquête publique, il s’inquiète des effets sanitaires de l’élevage de masse, dangereux en cas d’épizootie, et du ballet de camions

    chargeant et déchargeant le lisier et les déchets verts destinés au méthaniseur : « 40 % de la surface d’épandage se trouve au-delà de 25 km du centre de la ferme. »

    Affiche célébrant les 40 ans du groupe Ramery, en 2012.

    Le trafic lié à l’activité laitière représentera en moyenne deux camions et quinze véhicules utilitaires par jour. Il y a aussi l’enjeu de l’eau : le pompage a déjà été interdit dans le passé

    en certains endroits à cause de la présence excessive de pesticides. « C’est ce qui nous inquiète le plus. » L’élevage de mille vaches nécessiterait 40 000 mètres cubes par an. « L’enjeu

    majeur du projet est la protection de la qualité des eaux superficielles et souterraines en lien avec le site d’élevage intensif », analyse l’Autorité environnementale.

    Maire de Drucat, 900 habitants, la commune concernée par le méthaniseur, Henri Gauret se soucie, lui, de la proximité de la ferme avec les premières maisons de l'agglomération,

    à 600 mètres environ : « S’il y a de l’odeur, des mouches, des insectes, ce sera pour nous. » Les surfaces bâties et bitumées s’étendront sur 7,5 hectares. C’est la plus grosse ferme

    jamais construite en France.

    Une manifestation doit se tenir le 12 septembre. La Confédération paysanne veut l’ériger en cause de mobilisation nationale, alors que l’Union européenne vient d’entériner la réforme

    de la politique agricole commune (PAC) et que doit maintenant se discuter sa mise en œuvre à l’échelon national. Pour Stéphane Le Foll, le ministre de l’agriculture, même si ce projet ne correspond pas à ses priorités, il « s’appuie sur des méthodes et technologies innovantes, dont les résultats,

    s’ils sont vérifiés, pourraient être exploités dans le cadre de projets collectifs », explique-t-il dans une lettre aux opposants. Il ne faut pas se priver de voir ce que donnera cette

    méthode, du moment qu’elle respecte le cadre légal, ajoute son entourage, selon qui les petites exploitations ne sont pas forcément plus écologistes que les très grosses. La section départementale de la FNSEA, le puissant syndicat agricole, saute d’un pied sur l’autre, visiblement tiraillée : « Un apporteur de capitaux externes au monde agricole

    développe un projet autour de sa force de frappe, dans lequel les agriculteurs associés ne sont pas décideurs, cette gouvernance ne nous plaît pas », explique François Magnier,

    directeur de la FDSEA de la Somme. Pour autant, la taille « n’est pas un problème en tant que telle, elle n’est pas liée à la mécanisation. La robotisation des salles de traite démarre

    à 60 vaches ». En moyenne, les exploitations du coin regroupent 50 vaches laitières. Véritable puissance industrielle régionale, le groupe Ramery est un familier des marchés publics.

    En janvier 2012, son président du directoire, Philippe Beauchamps, a été mis en examen pour recel d’abus de biens sociaux et corruption privée pour un prêt de 4 millions d’euros

    consentis au président du club de foot RC Lens, Gervais Martel (voir ici).

    « Technologies innovantes »

    François Hollande au salon de l'agriculture, le 28 février 2012 (Reuters).

     

    Enlisé sous la présidence Sarkozy, le projet de plus grosse ferme de France a refait surface après l’élection de François Hollande – interpellé à la télé sur le sujet pendant sa campagne

    électorale. Delphine Batho y était plutôt opposée lorsqu’elle était encore ministre. Son successeur Philippe Martin ne s’est pas prononcé sur le sujet. En février 2013, la préfecture

    autorise l’exploitation du méga-site, mais le plafonne à 500 vaches car il manque au porteur du projet 1 500 hectares de terre pour épandre tout le lisier de ses bêtes.

    Sauf que c’est bien une installation pouvant accueillir 1 000 bovins qui est en cours de construction, conformément à son permis de construire, attribué en mars dernier. En réalité,

    le groupe Ramery ne cache pas être en capacité d’utiliser 3 000 hectares, soit la quantité nécessaire pour atteindre le cap des 1 000 vaches. « Et s’il le faut, on en a 5 000 au vu des

    engagements des agriculteurs. » Soit, de quoi rassembler 1 700 bêtes. « L’objectif est toujours de monter une ferme de 1 000 vaches », confirme Michel Welter. Il fixe le point

    d’équilibre économique de sa future exploitation entre 800 et 850 laitières. « Nous avons longtemps parlé du projet des 999 vaches, comme il existe des jeans à 9,99 euros »,

    ajoute-t-il, provocateur.

    Plusieurs recours juridiques ont été déposés contre le permis de construire et l’autorisation d’exploitation. Petite affaire dans l’affaire : Éric Mouton, le maire de Buigny-Saint-Maclou

    (540 habitants), qui accueille la ferme, est aussi l’architecte qui en a conçu et dessiné les plans. Conflit d’intérêts ? « Je ne suis pas juge et partie, je n’ai pas participé au vote

    municipal », assure-t-il à Mediapart. Ce contrat lui a rapporté la somme rondelette de 30 à 40 000 euros, alors qu’il ne possède pas d’expertise particulière en bâtiment d’élevage

    d’animaux. Ramery n'a pas lésiné sur le lobbying pour convaincre la puissance publique. En 2011, le groupe a convié une quarantaine d’élus (maires et conseillers généraux) et

    responsables, dont le sous-préfet, à visiter une ferme de 800 vaches dotée d’un méthaniseur en Allemagne.

    Manifestation contre la ferme des mille vaches à Amiens, 23 juin 2013 (Novissen).

    Le monde rural n’est pas que le théâtre de faillites financières, de désertion agricole et de désespoir paysan. Il est aussi la cible d’investissements lucratifs, portés par de nouveaux

    acteurs attirés par les promesses de retombées financières de l’agrobusiness. « Ce projet élimine les paysans et détruit l'agriculture : ce n'est plus de l'agriculture mais de

    l'exploitation industrielle du vivant, au détriment de l'environnement, de la biodiversité, et du bien-être animal », dénonce Pierre-Alain Prévost, coordinateur de la campagne

    Envie de paysans, pour la Confédération paysanne. Une forme d’accaparement des terres, comme on en voit dans les pays pauvres. « Ramery est en train de concentrer tout l’élevage du département : faire dans la Somme ce qui

    s’est fait en Bretagne avec les porcs », s’inquiète Michel Kfoury, de Novissen. Mais pour Michel Welter, en charge du projet, rien ne sert de pleurer sur un monde paysan révolu :

    « Aujourd’hui, la moitié du lait UHT vient d’Allemagne car il est moins cher. On est dans un marché européen. Si nous ne faisons pas tout pour abaisser les coûts de production,

    d’autres le feront. »Entre 1990 et aujourd’hui, « le prix du lait n’a pas bougé alors que celui du fioul a été multiplié par 4,5, la main-d’œuvre par deux et que la ferraille a aussi augmenté », a-t-il

    calculé. Selon lui, le coût moyen de la production laitière en France se situe autour de 392 euros par mètre cube. Il se vend entre 330 et 340 euros. C’est intenable. « Si je pouvais

    gagner 1 500 euros net avec 30 vaches laitières en travaillant 70 heures par semaine, je serais peut-être plus heureux. Mais ça n’est plus possible. Mes parents élevaient

    25 vaches et ont pu élever trois enfants. Avec 25, je ne pourrais pas payer les études de mes trois filles. Les producteurs laitiers sont en voie de disparition. C’est un métier

    de chien. » Entre 2000 et 2010, plus du tiers des élevages laitiers ont disparu en Picardie. « Un groupe de mille vaches, c’est fondamentalement différent, considère François Magnier, de la FDSEA. Quand vous en avez 70, vous les connaissez toutes. Si l’une tousse,

    vous le voyez. Vous faites la traite, les soins, tous les métiers sont en vous. On ne peut pas être seul avec mille vaches, ce n’est pas la même attention humaine. » De son côté,

    le maire de Buigny-Saint-Maclou, l’architecte, tranche : « On est tous pour les pâquerettes, mais faut s’adapter, pas rester sur des modèles de l’ancien temps. »Pour Pierre-Alain Prévost, de la Confédération paysanne, « deux modèles s’affrontent. Où trace-t-on la limite ? 1 000, 5 000, 20 000, 50 000 vaches ? ». Michel Welter rentre

    tout juste d’un voyage aux États-Unis, où il a visité une ferme de 25 000 vaches, Fair Oaks farm, dans l'Indiana. Encore éberlué et admiratif, il décrit cette salle dévolue au public

    de visiteurs pour qu’ils puissent assister en direct à la traite de l’énorme troupeau. Une véritable salle de spectacle.

    ********************************************************************************************

    "Le Courrier Picard" du 14 septembre 2013

    Rencontre fortuite et tendue entre Ramery et Kfoury

    Publié le 14/09/2013

    Par T.D

    On pensait avoir tout dit des événements du jeudi 12 septembre.Du raid nocturne de la Confédération paysanne en passant par la manifestation

    au siège du groupe Ramery dans le nord, la plainte du promoteur, le préjudice subi etc. Raté. Il manquait l'épilogue de cette folle journée dans

    le feuilleton Mille vaches.

    Jeudi après-midi, à son retour d'Erquinghem-Lys (Nord), Michel Kfoury, président de Novissen, s'est rendu à proximité du chantier de la ferme des

    Mille vaches, à Drucat, au nord d'Abbeville, où il avait rendez-vous avec des journalistes de France 3.

    « On a voulu me faire peur »

    En chemin, le président de Novissen tombe nez à nez avec Michel Ramery. À partir de là, les versions divergent. M. Kfoury estime qu'on lui a bloqué

    le passage : « Il est venu toucher ma voiture avec son 4x4, puis il en est descendu. » S'est ensuivi une discussion houleuse autour, notamment, de

    l'intervention musclée de la Confédération paysanne. « On a voulu me faire peur, estime l'urgentiste et opposant au projet de ferme hors-normes.

    Michel Ramery m'a même lancé : "si ça continue, je débarque chez vous avec mes gars". »

    « C'est faux, rétorque l'entrepreneur. Je lui ai demandé si ça lui plairait qu'on débarque chez lui pour tout casser comme la Confédération paysanne l'a

    fait chez moi. Il ment. » Michel Ramery était accompagné de Michel Welter, chef du projet Mille vaches : « Il n'y a eu aucune menace, assure ce dernier.

    Il était seul. Il a eu la trouille, c'est tout. » Des gendarmes en patrouille sont intervenus. Michel Kfoury a porté plainte contre Michel Ramery pour

    menaces, lequel avait porté plainte contre Michel Kfoury quelques heures plus tôt pour incitation à la violence, estimant que Novissen est responsable

    de l'intervention de la Confédération paysanne. Michel Kfoury assure qu'il l'a appris à la radio. De son côté, le procureur général d'Amiens, Bernard

    Farret, assure que les enquêtes nécessaires seront menées et les protagonistes entendus. De multiples plaintes ont déjà été classées sans suite dans

    ce dossier. Celles-ci feront-elles exception ? T.D.

    ****************************************************************************************

    "Ouest - France" du 13 septembre 2013

    La ferme des mille vaches occupée dans la Somme

    Une vingtaine de militants de la Confédération Paysanne ont investi, dans la nuit de mercredi à jeudi, la ferme dite des mille vaches, à Abbeville

    (Somme). 300 agriculteurs ont ensuite occupé le siège social du commanditaire du projet à Erquinghem-Lys (Nord). Une délégation a finalement été

    reçue à la préfecture. Le projet, limité à 500 vaches laitières, est financé par le fondateur d'une entreprise de BTP Les opposants craignent qu'elle

    reçoive 1000 vaches, auxquelles s'ajouteraient 750 veaux.

    ********************************************************************************************

    "France Info" du 13 septembre 2013 (durée 1'39)

    http://www.youtube.com/watch?v=STLcmkmISRc&feature=youtu.be

    ********************************************************************************************

    "La Confédération Paysanne" du 13 septembre 2013

    http://www.confederationpaysanne.fr/actu.php?id=1907&PHPSESSID=4pa20do6qfi01eqg07883tno94

    ********************************************************************************************

    "Le Courrier Picard" du 13 septembre 2013

     
    **********************************************************************

    "La Voix du Nord" du 13 septembre 2013

    ********************************************************************************************

    "L'Alsace" du 13 septembre 2013

    http://www.lalsace.fr/actualite/2013/09/13/operation-contre-la-ferme-des-1000-vaches

    ********************************************************************************************

    "La France Agricole" du 13 septembre 2013

     

    Au Salon Space à Rennes...
    ********************************************************************************************

    "Antifa. CA - Indymedia Paris-île-de-France" du 12 septembre 2013

     
    ********************************************************************************************

    "La France Agricole" du 12 septembre 2013

    http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/ferme-des-1-000-vaches-la-confederation-paysanne-manifeste-pour-s-opposer-au-projet-77236.html

    Les événements du 12 septembre...

    ********************************************************************************************

    "Politis" n°1268 du 12 septembre 2013

    Non à la ferme aux mille vaches !

    Dans la baie de Somme, une association réunissant plusieurs villages se mobilise contre l’installation d’un gigantesque élevage bovin industriel et d’un méthaniseur

    surpuissant.

    Dans les rues de Drucat, village résidentiel de 900 âmes à quelques kilomètres au nord d’Abbeville, en baie de Somme, les pancartes ont fleuri : « Ferme-usine des 1 000 vaches, NON ! »

    La mobilisation contre l’installation d’une gigantesque ferme d’élevage hors sol et d’un méthaniseur a essaimé bien au-delà du département. « C’est un projet hors norme, du jamais vu ! »,

    assure Claude Dubois, vice-président de l’association "Nos villages se soucient de leur environnement" (Novissen). Il nous rejoint sur le chantier après avoir traversé les riches terres agricoles

    des communes de Drucat-le-Plessiel et de Buigny-Saint-Maclou au volant de sa petite voiture électrique.

    « Depuis une semaine, ça y va ! Ils ont monté un hangar en peu de temps », raconte Henri Gauret, maire de Drucat, qui affirme n’avoir « rien signé du tout. On n’a pas le droit à la parole !

    Le préfet a signé le permis de construire et l’autorisation d’exploitation de 500 vaches laitières, soit plus de 800 bêtes hors sol avec les génisses et les veaux. Et ce n’est qu’une étape ».

    À la suite d’actions menées par Novissen, les travaux ont cependant été retardés. Ils n’ont débuté qu’en avril dernier alors que « l’enquête publique est arrivée en plein mois d’août 2011,

    poursuit Henri Gauret. Cela nous a troublés, alors on a mis un courrier dans chaque boîte aux lettres pour avertir la population et on a demandé une prolongation de quinze jours, qu’on

    a obtenue. Il y a eu par la suite des réunions houleuses ». Malgré les recours de Novissen et de la mairie, une pétition de 37 000 signatures, des lettres aux élus et aux ministres de l’Écolo

    gie et de l’Agriculture, le chantier avance à grands pas. Sous un soleil de plomb, les ouvriers manœuvrent les pelles mécaniques du groupe Ramery, propriétaire des lieux, pour achever le

    gros œuvre sur près de 3 hectares. Une étable de plus de 200 mètres de long doit bientôt voir le jour, explique Claude Dubois, plan en main.

    Michel Ramery, industriel du BTP dans le Nord-Pas-de-Calais (voir encadré), a en effet obtenu en février dernier l’autorisation d’exploiter sur le territoire de la commune un élevage bovin

    d’une capacité de 1 000 vaches laitières, auquel est associé un méthaniseur de 1,5 mégawatt. Soit « treize fois plus puissant que les méthaniseurs agricoles ordinaires. Il serait interdit

    en Allemagne, car trop proche des habitations ! », s’inquiète Novissen. Pour les quelques membres de l’association réunis à la mairie de Drucat, la « ferme des 1 000 vaches » présente

    « un risque majeur au niveau environnemental, sanitaire et social ». Pourtant, « Michel Ramery s’appuie sur un décret de 2011 qui vise à favoriser le développement de la production

    et de la commercialisation de biogaz dans les exploitations agricoles », souligne Marc Dupont, secrétaire de Novissen. Sollicité par l’association, Philippe Mauguin, directeur de cabinet

    de Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, reconnaît que « ce projet demeure très éloigné du modèle d’exploitation familiale traditionnellement développé sur le territoire qu’[il] entend

    défendre prioritairement ». Mais il estime qu’il « s’appuie sur des méthodes et technologies innovantes, dont les résultats, s’ils sont vérifiés, pourraient être exploités dans le cadre de

    projets collectifs ». « Nous sommes en quelque sorte des cobayes. La ferme est à moins de 600 mètres des premières maisons du Plessiel ! », s’exclame Claude Dubois, pilote, qui

    a réalisé des photos aériennes du site. « Et la ferme est sous les vents dominants », ajoute Henri Gauret, retraité de Météo France. « La loi française n’a pas prévu le cas de fermes de

    plus de 1 000 vaches hors sol », s’inquiète Michel Kfoury, médecin urgentiste, chef du pôle « anesthésie-réanimation » de l’hôpital d’Abbeville et président de Novissen. Ce formateur

    aux risques de la grippe aviaire, qui a travaillé avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), affirme que celle-ci « recommande d’éviter les concentrations d’animaux, source de

    maladies infectieuses avec des risques de transmission à l’homme. Un élevage en masse, doit être loin des habitations pour éviter la proximité entre l’animal et l’humain ».

    Comment Ramery fait son beurre.

    Le propriétaire du site de la ferme usine des Mille vaches, Michel Ramery, est la 349e fortune de France, et le chiffre d’affaires de son groupe (540 millions d’euros) en fait la dixième fortune

    du BTP. « Si Michel Ramery a fait son ascension dans le monde du BTP, c’est en s’inspirant du milieu agricole, dont il est issu », explique la biographie mise en ligne sur le site du groupe.

    À partir de 2006, Michel Ramery se découvre un vif intérêt pour le secteur de l’environnement et du tri des déchets. Le groupe se fait connaître pour ses nombreux achats d’entreprises

    agricoles du nord de la France, tout en poursuivant des activités de promotion immobilière à Paris. Cette double casquette consolide l’implantation de Michel Ramery en Picardie, en Haute-

    Normandie et dans le Nord-Pas-de-Calais. Le groupe a en effet remporté plus de 700 marchés publics depuis 2007 dans ces régions, contre 74 pour Bouygues, pourtant numéro un mondial

    du BTP. L’initiateur de la ferme des Mille vaches est devenu un interlocuteur incontournable pour les collectivités locales. Son nom apparaît aussi dans plusieurs enquêtes judiciaires,

    notamment sur les conditions du prêt concédé au président du club de football le RC Lens. Dans une autre enquête, le nom du groupe est cité dans le cadre du présumé financement occulte

    du Parti socialiste dans le Nord-Pas-de-Calais.

    Dans son exploitation d’Hallencourt, au sud d’Abbeville, le producteur céréalier Sylvain Vaquez, un des rares agriculteurs à s’exprimer sur le projet, est très critique : « La prévention des

    maladies, c’est l’enfer dans ces mégastructures ! » En ce qui concerne les résidus du méthaniseur, il est catégorique : « Jamais je ne prendrai l’épandage de cette ferme. On sait que,

    dans les déjections, on a toujours des reliquats d’antibiotiques. Je n’ai pas envie d’épandre ces reliquats sur mes parcelles. » Marc Dupont sort une carte du département : « Il faut savoir

    que la zone d’épandage prévue concerne 24 communes, et à terme 50. Cela représente 40 000 tonnes de résidus à épandre sur une courte période, sans parler du transport ». Or,

    précise Michel Kfoury, « dans le projet, seulement 50 % des déchets sont agricoles. Le reste, ce sont des déchets alimentaires et industriels. Le promoteur annonce des “risques

    acceptables de cancer” pour la population locale ». Pour Vincent Chombart, producteur et porte-parole de la Confédération paysanne dans la Somme, les petits producteurs de lait sont en

    outre menacés de disparition : « L’industriel est en mesure de vendre le lait à un prix inférieur à celui du marché car son projet s’équilibre avec la vente de l’électricité produite par le

    méthaniseur ainsi que la vente des résidus de déchets. » Où est l’intérêt général ?, lance Novissen. L’association a déposé une requête en excès de pouvoir contre le permis de

    construire, et déployé le 6 septembre une banderole à l’entrée du chemin qui mène au chantier. Avant bien d’autres actions

    ********************************************************************************************

    "France Bleu" du 12 septembre 2013

    ********************************************************************************************

    "Le Courrier Picard" du 12 septembre 2013

     

    http://www.courrier-picard.fr/region/drucat-80-mille-vaches-les-militants-ont-leve-le-camp-ia201b0n182919

    http://www.courrier-picard.fr/region/drucat-la-confederation-paysanne-a-stoppe-le-chantier-ia201b0n182624

    ********************************************************************************************

    "La Confédération Paysanne" du 12 septembre 2013

    http://www.confederationpaysanne.fr/actu.php?id=1899&PHPSESSID=j48kv8obnci5ubnp13qlbo23p1

    ********************************************************************************************

    "La Voix du Nord" du 12 septembre 2013

     

    http://m.lavoixdunord.fr/region/la-confederation-paysanne-manifeste-au-siege-de-ramery-ia11b49729n1536125
    ********************************************************************************************

    "Le Monde" du 12 septembre 2013

    ********************************************************************************************

    "Gazette networkvisio /Confédération Paysanne " du 12 septembre 2013

    ********************************************************************************************

    "Le Journal d'Abbeville" du 12 septembre 2013

    ********************************************************************************************

    "FR3 Picardie" du 12 septembre 2013

    à midi : http://www.youtube.com/watch?v=vfAfDcRFB5E&feature=youtu.be

    à 19h : http://www.youtube.com/watch?v=b5s-mLt5FBg&feature=youtu.be

    ********************************************************************************************

    "FR3 Nord-Pas-de-Calais" du 12 septembre 2013

    ********************************************************************************************

    "Blog FR3 Picardie" du 12 septembre 2013

    ********************************************************************************************

    "Reporterre" du 12 septembre 2013

    ********************************************************************************************

    "La Voix du Nord" du 11 septembre 2013

    DirectVoir votre journal régional en di

    http://www.lavoixdunord.fr/region/erquinghem-lys-la-confederation-paysanne-mobilise-contre-ia11b49729n1534556

    ********************************************************************************************

    "Le Journal d'Abbeville" du 11 septembre 2013

     

    ********************************************************************************************

    "Le Courrier Picard" du 07 septembre 2013

    Publié le 06/09/2013 : ABBEVILLE (80) Des membres de Novissen ralentissent la circulatiion.

    ********************************************************************************************
    "Le Journal d'Abbeville" du 26 avril 2013
     
    Article, photos et vidéo :
    http://www.lejournaldabbeville.fr/2013/04/22/1000-vaches-le-chantier-de-nouveau-bloque/
    ***
    "Le Courrier Picard" du 26 avril 2013
    Novissen chez le sous-préfet
    http://www.courrier-picard.fr/region/novissen-chez-le-sous-prefet-ia174b0n65840     Novissen chez le sous-préfet

    Une trentaine de manifestants ont déployé une banderole contre l'agriculture intensive et l'élevage industriel dans la cour de la sous-préfecture d'Abbeville.

    Une trentaine de manifestants ont déployé une banderole contre l'agriculture intensive et l'élevage industriel dans la cour de la sous-préfecture d'Abbeville.

     sans avoir de rendez-vous. Les manifestants souhaitaient remettre une lettre au sous-préfet afin d'obtenir un arrêt des travaux sur le site de la future exploitation laitière et un rendez-vous
    avec le sous-préfet d'Abbeville et le préfet de région.

    Après une heure d'attente et de prises de paroles, une petite délégation a été reçue par la secrétaire générale de la sous-préfecture. La lettre remise, les manifestants ont obtenu que leurs doléances
    soient entendues, lors d'un prochain rendez-vous avec le préfet de Picardie. Aucune date n'a été fixée.

    Dans cette missive remise au représentant de l'État, les opposants rappellent qu'ils ont interpellé le président de la République ainsi que les ministres de l'Agriculture et de l'écologie, sans avoir, pour
    l'heure de réponses. « Nous demandons un arrêt des travaux dans l'attente des décisions de justice. M. Ramery ne doit pas passer en force », a insisté Francis Chastagner, membre de Novissen.

    Peu avant midi, les manifestants sont repartis dans le calme.

    A. B.

    L'association Novissen s'invite à la sous-préfecture d'Abbeville (80)Une quarantaine d'adhérents de l'association Novissen, opposée au projet de ferme des 500 vaches à Drucat et Buigny-St-Maclou dans la Somme, s'est invitée ce jeudi matin à la sous-préfecture d'Abbeville (80).

    Après une manifestation sur le site du projet lundi dernier, Novissen interpelle l'Etat.

    Par Jennifer Albert - Publié le 25/04/2013 | 11:42, mis à jour le 25/04/2013 | 12:08

     
    © France 3 Picardie/Arrantxa Belderraïn
    L'association a remis au sous-préfet d'Abbeville une lettre dans laquelle elle réclame que les travaux de construction de la ferme des 500 vaches à Drucat et Buigny-Saint-Maclou dans la Somme soient interrompus jusqu'à ce que tous les recours juridiques pour arrêter le projet soient épuisés.

    Novissen a par ailleurs demandé des rendez-vous auprès des ministres de l'agriculture et de l'écologie.
    ********************************************************************************************
    "Le Journal d'Abbeville" du 24 avril 2013
    *******************************************************************************************
    "Le Courrier Picard" du 24 avril 2013
    Envisagée le 6 mai à Abbeville, la rencontre entre les porteurs du projet des mille vaches, dont Michel Ramery, et ses opposants n'aura finalement pas lieu. Michel Kfoury, président de l'association Novissen, l'a annoncé hier soir. Et Michel Welter, l'un des responsables de la future ferme, a confirmé. La décision a été prise après un échange téléphonique entre les deux hommes, chacun disant avoir été appelé.

    Ils auraient jugé leurs divergences trop importantes pour trouver un intérêt à cette réunion. « C'était un dialogue de sourds, raconte l'agriculteur. Il est convaincu qu'ils sont dans leur bon droit, que nous ne faisons pas du bon travail. » L'exploitant précise pourtant que le projet est parfaitement au point. Michel Kfoury réclame aussi l'arrêt des travaux. Le chantier a en effet débuté entre Buigny-Saint-Maclou et Drucat, près d'Abbeville.

    Le site a été de nouveau envahi, hier matin, par une cinquantaine d'adhérents de Novissen, qui ont perturbé le chantier (notre édition d'hier). Une occupation constatée par un huissier et des gendarmes, venus rappeler aux manifestants qu'ils étaient dans l'illégalité. Également présent, exaspéré par ces intrusions répétées, Michel Welter rappelle qu'une plainte sera déposée pour violation de propriété privée et entrave au travail.

    Cependant, les opposants affirment qu'ils sont prêts à recommencer et même à durcir leurs actions. Michel Kfoury note aussi qu'un recours sera déposé contre le permis de construire, la semaine prochaine. « Et nous devrions avoir un rendez-vous avec Mme Batho, ministre de l'Environnement. »
    X. T.
     
     
     
     
     
     
    ********************************************************************************************
    "Le Courrier Picard" du 23 avril 2013
     
     
    Même si les travaux ont commencé, le dossier des mille vaches est loin d'être refermé. Hier, vers 10 heures, une cinquantaine d'opposants au projet, membres de l'association Novissen, ont pénétré sur le site de la future ferme - entre Drucat et Buigny-Saint-Maclou, au nord d'Abbeville. C'était la troisième action menée sur place, avec chaque fois un peu plus de monde. Celle-ci avait été décidée en début de matinée et mobilisait surtout des retraités, plus disponibles.

    Très vite, les manifestants ont déployé des banderoles puis lancé des slogans : « Stop aux travaux, un moratoire » ; « M. le préfet, on veut le dossier » ; « Vaches exploitées, riverains méprisés ». Ils se sont dirigés vers les engins de terrassement, dont les conducteurs ont aussitôt stoppé les moteurs. Le petit groupe a ensuite défilé à travers le terrain. Un huissier de justice, mandaté par le porteur du projet, Michel Ramery, a constaté l'occupation du terrain. Des officiers de gendarmerie sont également venus à la rencontre des opposants pour leur rappeler qu'ils enfreignaient la loi et leur demander « d'évacuer les lieux ».« Vous avez affaire à des citoyens paisibles et responsables », a répliqué un des manifestants. Le groupe est finalement parti vers midi.

    Michel Ramery devrait cette fois porter plainte pour violation de propriété privée et entrave au travail. Les opposants, eux, réclament un rendez-vous avec le préfet et avec les ministres concernés. Et leur avocat s'apprête à déposer un recours contre le permis de construire.
    X. T.
    Texte publié sur "Région - Picardie Express" le 22.04.13
    Une cinquantaine de membres de Novissen, association d'opposition au projet de ferme dite des mille vaches, ont de nouveau manifesté hier matin sur le site en travaux, à Drucat, village aux portes d'Abbeville. Pénétrant sur les terrains appartenant à Michel Ramery, porteur du projet, ils ont déployé des banderoles et se sont placés devant les engins de terrassement, perturbant l'avancée du chantier pendant près de deux heures. L'ambiance était plutôt bon enfant et aucune violence n'a été commise. Plusieurs gendarmes sont venus rappeler aux manifestants qu'ils étaient sur une propriété privée. Un huissier a également constaté l'intrusion. Cette fois, Michel Ramery devrait porter plainte pour violation de propriété privée et entrave au travail. Les opposants eux, s'apprêtent à déposer un recours.
    ********************************************************************************************
    "FR3 Picardie" du 22 avril 2013
    (Le reportage concernant Novissen est en début de journal).
    ********************************************************************************************
    "France Bleu Picardie" du 22 avril 2013
    (cliquer sur : "Réécouter cette émission")
    ********************************************************************************************
    "Le Courrier Picard" du 16 avril 2013
    Novissen interpelle François Hollande
    L'association Novissen, opposée au projet de ferme des Mille vaches, à Drucat et Buigny-Saint-Maclou, vient d'expédier un courrier à l'Elysée, dans lequel elle rebondit sur l'affaire Cahuzac. Elle demande au président de la République, François Hollande, d'appliquer « jusqu'au niveau local », la république exemplaire et irréprochable qu'il appelle de ses vœux. L'association estime que l'administration, dans le dossier qui la concerne, fait preuve d'opacité. « La préfecture refuse de donner le dossier complet à notre avocat, peut-on lire. Nous sommes obligés de faire appel à la CADA (ndlr : commission d'accès aux documents administratifs) pour l'y contraindre. »

    Novissen établit en ce moment le dossier qui servira son recours contre l'arrêté préfectoral, publié le 1 er février, et qui autorise la SCEA Côte de la Justice à créer une exploitation laitière de 500 vaches allaitantes, plus un méthaniseur, au nord d'Abbeville. Novissen dispose d'un an pour déposer ce recours et de six mois à compter de la mise en activité de l'exploitation, parce qu'il s'agit d'une installation classée. De son côté, le promoteur, Michel Ramery, a lancé le chantier. Autant de points qui seront sans doute évoqués lors de la prochaine réunion publique de Novissen, jeudi 18 avril, à 20 heures, salle polyvalente de Drucat.

    T.D.

    ********************************************************************************************
    "Le Courrier Picard" du 14 avril 2013
    Novissen tente le coup de l'action discrète

    Une quinzaine de membres de l'association d'opposants à la ferme des Mille vaches, Novissen, a squatté le chantier de la SCEA Côte de la justice, porteuse du projet, pendant plus d'une heure, hier matin à la sortie nord d'Abbeville. « On est arrivés en milieu de matinée. On a discuté avec les ouvriers avant de nous installer devant leurs engins de chantier pour ralentir leur travail. Très vite, Michel Ramery et Michel Welter sont arrivés sur place », explique Annie Guillochon, une des militantes de Novissen. La discussion s'est alors engagée entre Michel Ramery, le promoteur, Michel Welter, son bras droit, et les riverains opposés à leur projet d'exploitation laitière, qui regroupera 500 vaches allaitant es et un méthaniseur d'1,5 MW.

    « Il y avait de la véhémence mais le ton est resté correct, estime Michel Welter. Avec certains, on peut dialoguer, avec d'autres, c'est compliqué. » Le promoteur ne donnera pas de suite à cette intrusion sur sa propriété. Cette entrevue peut sembler anodine. C'est pourtant la première fois depuis septembre 2011 et une réunion publique sous haute tension que les deux clans se rencontrent. La méthode employée par Novissen ce vendredi dénote aussi un changement de cap. Ni la presse ni les autorités n'ont été prévenues de cette opération de blocage. « On a oublié », a dit l'un ; « On avait peur qu'il y ait des fuites et que la gendarmerie soit prévenue », a osé l'autre. Dont acte. Moins épisodique, Novissen travaille actuellement à des recours contre l'arrêté préfectoral, en date du 1 er février, qui autorise la création de l'exploitation.

    T.D.

    ********************************************************************************************
    "Le Courrier Picard" du 12 avril 2013
    ********************************************************************************************
    "Le Journal d'Abbeville" du 10 avril 2013
    ********************************************************************************************
    "Le Courrier Picard" du 9 avril 2013
    Le clan Ramery ferme les yeux sur l'intrusion
    La manifestation de Novissen, avec intrusion sur le terrain de la future exploitation des 1 000 vaches au nord d'Abbeville, vendredi (le Courrier picard du 6 avril), ne devrait pas se terminer au tribunal d'Amiens. Malgré cette violation d'un terrain privé, Michel Welter, bras droit du promoteur du projet Michel Ramery, ne devrait pas porter plainte si « aucun dégât n'a été commis ». L'éponge est donc passée pour cette fois-ci. « On ne va pas rentrer dans la surenchère », indique Michel Welter.

    Le manque de communication entre les deux camps depuis l'automne 2011 et la création de l'association opposante au projet, Novissen, est déplorée par le clan Ramery. Mais depuis l'autorisation du projet pour 500 bêtes début février et le lancement du chantier annoncé voilà quelques semaines, Novissen a durci son action, notamment en évoquant des menaces de blocage des travaux débutés « avant les délais de recours contre l'installation classée et le permis de construire », a déploré, vendredi, Michel Kfoury, président de Novissen.

    Afin de nouer le contact, M. Welter a appelé M. Kfoury en fin de semaine dernière et lui a proposé une rencontre. « M. Kfoury m'a rappelé ce week-end (ndlr : le week-end dernier). Nous allons essayer de nous voir début mai. Ce n'est pas la première fois que nous le proposons. Je vais voir cela avec Michel Ramery », a indiqué Michel Welter.

    Ce face-à-face risque d'être mouvementé tant les deux parties ont une vision opposée du célèbre dossier des 1 000 vaches.

    A. B.

     
    ********************************************************************************************
    "FR3 Picardie" blog de Sabine Godard du 5 avril 2013
    Drucat-Le Plessiel, le 5 avril 2013. Photo Sabine Godard
    À l’appel de Novissen, les opposants au projet de ferme industrielle de Michel Ramery se sont réunis aujourd’hui à Drucat. Près de 150 personnes, masquées de blanc, ont formé une chaine humaine sur le terrain sur lequel doit très prochainement s’ouvrir le chantier de construction de la ferme et du méthaniseur qui y sera associé. Ils étaient habillés de bleu, de blanc ou de rouge, pour symboliser le respect des institutions, mais aussi le combat, dans les règles du droit pour empêcher ce projet d’aller à son terme.
    Drucat-Le Plessiel. Chaine humaine, le 5 avril 2013. Photo Sabine Godard.
    L’association a engagé la constitution de recours juridiques contre le permis de construire accordé le 1er février dernier par la préfecture de région. L’autorisation de l’Etat porte sur une exploitation de 500 vaches et de leurs veaux. Un accord qui limite le projet initial de moitié, eu égard aux surfaces d’épandage disponibles présentées par le promoteur.
    Michel Ramery avait fait apposer les panneaux de permis de construire de son exploitation le 14 mars dernier. Le chef d’exploitation, Michel Welter, espère voir la première vache traite à la fin de l’hiver prochain.
    Ambiance sonore à l’occasion du rassemblement :
    Drucat, chaine humaine, le 5 avril 2013. Photo Sabine Godard
    Michel Kfoury, président de Novissen était en direct dans le journal de France 3 Picardie, le 5 avril à 19h.
    ********************************************************************************************
    Veuillez vous reporter à la rubrique spéciale "Rassemblement du 5 avril" pour d'autres documents (vidéo, photos, textes) - non transmis par les médias - mais réunis par des membres de l'association Novissen.
    ********************************************************************************************
    "FR3 Picardie" du 5 avril 2013

    ********************************************************************************************
    Communiqué de presse de "La Confédération Paysanne du Nord-Pas-de-Calais" du 4 avril 2013

    Saint Laurent Blangy, le 4 avril 2013

    Élevage : Stop à la FOLL fuite en avant !

    4 500 porcs à Heuringhem, 500-1000 vaches à Drucat-le-Plessiel (Somme) et demain, peut-être 100 000 poulets à Airon-Saint-Vaast ... La liste des élevages industriels recevant une autorisation préfectorale ordonnée par notre Ministre sous l'emprise du méthane s'allonge. Comme la représentation politique locale, la population et tous ceux qui ont espéré un changement, notre syndicat paysan ressent déjà une certaine désespérance face à ce gouvernement et à tant de compromission.

    Le 29 mars dernier, le Préfet du Pas-de-Calais convaincu de la dangerosité du projet mais rappelé à l'ordre par le pouvoir central revenait sur son opposition à la création d'une porcherie de 4 500 places non loin de Saint-Omer dans un secteur très sensible en matière de pollution des eaux de surfaces et sous-terraines. C'est une nouvelle illustration de la capacité de la FNSEA de faire encore plier jusqu'à l'Élysée sur ces dossiers comme sur la directive nitrate européenne quite à mettre la France à l'amende et à s'asseoir sur l'intérêt général. Pourtant, ce syndicat ne représente plus qu'environ 30 % des agriculteurs (37 % en région). Lorsqu'on lui ajoute le poids de ses alliés de l'agro-industrie, de l'industrie agro-alimentaire et de la distribution, cela donne un pouvoir financier suffisant pour que des « socialistes » y perdent leur Nord et rentrent dans le rang de la cogestion à l'oeuvre depuis 60 ans à droite comme à « gauche ».

    Sans chercher à voir en Le Foll un lobbyiste verreux déguisé en Ministre comme Cahuzac a pu l'être pour l'industrie pharmaceutique, nous nous refusons, comme de nombreux autres y compris au PS, à accepter le modèle d'agriculture duale auquel le Ministre semble croire. Lancer un plan 1 000 méthaniseurs pour 2020 sans s'attaquer aux problèmes de l'élevage, lever les verrous à l'industrialisation de l'agriculture en sacrifiant des territoires et leurs populations d'un côté et se donner bonne conscience en soutenant ça et là une agriculture génératrice d'emploi, de lien social, respectueuse de l'environnement et productrice d'aliment et de services de qualité de l'autre, ça ne suffira pas pour faire avaler profondément la couleuvre aux citoyens. En effet, ils ne pourront même plus boire l'eau du robinet ! Sans parler des nouvelles pertes d'emplois agricoles liées à la restruscturation continue du secteur agro-alimentaire qui pourrait pourtant, si on le voulait vraiment, être bien plus générateur d'emploi qu'il ne l'est. Tandis que le prix du lait payé au producteur oscille sans jamais atteindre les 450€/1 000 l qu'il faudrait pour préserver des éleveurs nombreux, un environnement de qualité et la qualité des produits, le prix du porc est si bas qu'il rend la spirale de l'industrialisation quasi-inévitable pour qui veut rester éleveur.

    Dans la mesure où le gouvernement n'a pas et n'entend pas se donner d'autre projet politique agricole et alimentaire que celui des lobbys, la Confédération paysanne en appelle à l'application du principe de précaution. FAUDRA-T-IL EN ARRIVER, COMME POUR LES OGM, À UN DÉMONTAGE PRÉVENTIF ET SYSTÉMATIQUE DES CHANTIERS D'ÉLEVAGES INDUSTRIELS AINSI QU'AU BOYCOTT DES FILIÈRES OÙ LES PRODUITS DE CES USINES IRONT ? Demain, une manifestation non-violente est organisée sur le chantier de l'usine des 1000 vaches du groupe Ramery près d'Abbeville.

    Antoine Jean, porte-parole régional

    ********************************************************************************************
    "France Bleu Picardie" du 5 avril 2013
    ********************************************************************************************
    "Le Courrier Picard" du 5 avril 2013
    ********************************************************************************************
    "Le Courrier Picard" du 4 avril 2013
    « S'ils dégradent, on porte plainte »

    ublié le 04/04/2013.

    Le responsable du projet Mille vaches, Michel Welter, est tombé de sa chaise en apprenant, hier, que Novissen, l'association opposée à son projet, organise, vendredi, une chaîne humaine sur le site de la future ferme laitière hors normes (le Courrier picard du 3 avril). « Il ne faut pas confondre droit de recours et interdiction de travailler, estime M. Welter. Ils s'apprêtent à manifester sur une propriété privée. Si des dégradations sont constatées, on n'hésitera pas à porter plainte. »

    La situation se tend à nouveau entre les deux camps, alors que le président de Novissen, Michel Kfoury avait consenti à rencontrer le clan Ramery. « Si c'est pour discuter, ma porte est toujours ouverte », tempère Michel Welter.
    ********************************************************************************************
    "Le Courrier Picard" du 3 avril 2013
    Novissen organise une chaîne humaine sur le chantier vendredi

    ublié le 03/04/2013.

    L'association opposée à la ferme des Mille vaches, Novissen, appelle au rassemblement, ce vendredi 5 avril, à 17 heures. Rendez-vous est donné aux abords du chantier, route d'Hesdin, entre Abbeville et Le Plessiel, hameau de Drucat.
    En cause, cette fois, les bungalows de chantier, arrivés il y a quelques jours sur le site, symboles, selon Novissen, de la volonté du promoteur de démarrer les grandes manœuvres. Point sur lequel Michel Welter, le chef du projet, ne faisait pas de mystère, le jour où sont arrivées les cabines : « On attend que la terre sèche et on y va ». « Ulcérés, exaspérés » par ce qu'ils estiment être de la provocation, les membres de Novissen invitent tout un chacun à se présenter le jour « J » muni d'un vêtement bleu, blanc ou rouge, symbole de la « justice et de la légalité » qu'ils réclament. Opposée au projet d'exploitation laitière depuis l'enquête publique - en 2011 - l'association considère que le promoteur aurait dû attendre la fin du délai de recours (un an dans le cas d'une installation classée), après que le préfet a autorisé par arrêté (le 1 er février) la SCEA Côte de la Justice à construire une exploitation d'une capacité de 500 vaches allaitantes, accompagnée d'un méthaniseur.
    ********************************************************************************************
    Journal "La Brique" du 26 mars 2013
    Lire aussi cet article paru en octobre-novembre 2012:
    ********************************************************************************************
    "Le Courrier Picard" du 20 mars 2013
    ********************************************************************************************
    "FR3 Picardie" du 15 mars 2013
    ********************************************************************************************
    "Le Courrier Picard" du 15 mars 2013
    Hier matin, le permis de construire a été affiché sur le site de la future ferme dite des mille vaches, finalement autorisé par le préfet pour 500 têtes, près d'Abbeville, le long de la D928 (Abbeville-Hesdin). Un panneau est visible de la route, les deux autres marquent l'emplacement de la ferme (20 000 m2) et du méthaniseur à venir sur ce terrain de 26 hectares.

    Cette pose est un geste symbolique mais aussi le premier acte concret annonçant la construction. De quoi satisfaire le porteur du projet, Michel Ramery. Un huissier de justice, M e Éric Dallennes, a constaté que les panneaux étaient en place. Cette démarche n'a rien d'exceptionnel, explique-t-il, et permet d'éviter un éventuel litige. En tout cas, à partir de cette date, les opposants au projet ont deux mois pour déposer un recours.

    « La phase administrative étant terminée », Michel Ramery a écrit à l'association Novissen pour proposer une rencontre : « Nous comprenons parfaitement que par votre méconnaissance de l'évolution de la production laitière de ces 30 dernières années, vous ne puissiez comprendre les améliorations globales apportées par notre projet pour l'ensemble des éleveurs, des consommateurs, pour l'environnement et aussi pour les animaux. » Il souhaite « présenter le projet techniquement et échanger sur l'impact socio-économique de notre projet sur l'élevage laitier et l'évolution de l'espace agricole dans la Somme ».

    Pour l'instant, il n'a pas eu de réponse.
    Maître Dallennes, huissier de justice à Abbeville, a constaté que les
    panneaux d'affichage du permis de construire étaient bien en place.
    ********************************************************************************************
    "Les Echos" du 13 mars 2013

    Levée de boucliers contre la ferme des 1.000 vaches

    Par Guillaume Roussange | 11/03 | 07:00

    Un industriel du nord de la France veut implanter une exploitation laitière géante. Un investissement controversé de 11 millions d'euros

    La ferme dite des « 1.000 vaches » continue de faire scandale dans la Somme. Une fois n'est pas coutume, élus locaux, militants écologistes, riverains et agriculteurs semblent s'accorder pour dénoncer l'installation, à cheval entre les communes de Drucat et Buigny-Saint-Maclou, au nord d'Abbeville, d'une exploitation géante calibrée pour mille vaches laitières et leur génisses (750 environ). Le tout adossé à un méthaniseur de 1,3 MW qui produira de l'électricité presque exclusivement (72%) à partir des résidus de l'élevage.

    Porté par Michel Ramery, un industriel nordiste du BTP, ce complexe nécessite un investissement de 11 millions d'euros minimum, dont la moitié environ pour la construction des bâtiments abritant les génisses et les veaux, une stabulation de 950 places, des silos et des plates-formes de stockage. Le solde serait employé à la construction du méthaniseur, dont la mise en service pourrait être effective dès 2015.

    Même si les opposants ont reçu le soutien de personnalités comme José Bové ou Yann Arthus Bertrand, rien ne semble stopper le projet. Après l'avis favorable du conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires (CODERST) et le feu vert du commissaire enquêteur, l'accord d'exploitation a été accordé par la préfecture le 1 er février dernier. Pour l'heure, celui-ci reste toutefois limité à 500 vaches laitières et leurs génisses, l'exploitant ne disposant pas des surfaces d'épandage suffisantes pour éliminer ce qui reste après l'action du méthaniseur, ce que les professionnels appellent le digestat. L'installation, encore inédite en France, est loin des standards nationaux. Selon les professionnels du secteur, la moyenne des élevages français est de 44 têtes et seulement 2% d'entre eux comptent plus de 100 animaux. Le projet s'inspire des fermes géantes déjà présentes en Allemagne, au Danemark et, à moindre échelle, aux Etats-Unis.

    « Aberration écologique »

    C'est donc bien ce modèle « ultra-intensif » que les opposants locaux, regroupés sous la bannière de l'association Novissen (« Nos villages se soucient de leur environnement »), entendent contester. Ils ont défilé en masse lors du Salon de l'agriculture, dénonçant ce qu'ils considèrent comme une « aberration écologique », qui aura des retombées sur la santé des riverains, les réserves locales en eau et plus particulièrement pour la Baie de Somme. De son côté, l'exploitant s'est exprimé à plusieurs reprises pour garantir l'absence d'impact de son installation

    ********************************************************************************************
    "Le Journal d'Abbeville" du 6 mars 2013
    ********************************************************************************************
    "Agoravox" du 6 mars 2013
    ********************************************************************************************
    "Le Courrier Picard" du 5 mars 2013
    ******************************************************************************************
    ******************************************************************************************
    ******************************************************************************************
    Une vidéo du 4 mars 2013
    ******************************************************************************************
    ========================================================================================================================
    Une rubrique spéciale a été consacrée à la manifestation du 3 mars 2013. Merci de vous y reporter.
    =========================================================================================================================
    ******************************************************************************************
    "Le Huffington Post" du 2 mars 2013
    François Veillerette, José Bové et Barbara Pompili :
    *****************************************************************************************
    *****************************************************************************************
    "Le blog des éco-sapiens" du 1er mars 2013
    *****************************************************************************************
    "L'AFP" du 1er mars 2013

    La ferme des 1.000 vaches au coeur des débats sur l'agriculture française


    ABBEVILLE (France) - Quel est le meilleur modèle pour l'agriculture française? Le combat acharné des habitants d'un village picard proche d'Abbeville (Somme) contre le projet de ferme laitière géante dite des 1.000 vaches, cristallise les enjeux de ce débat.

    Une trentaine d'organisations --de la Confédération paysanne à la fondation Brigitte Bardot en passant par les Amis de la Terre-- ont appelé à manifester dimanche 3 mars, dernier jour du salon de l'Agriculture, de la gare Montparnasse à la porte de Versailles. Dans leur collimateur: le gigantisme de l'élevage industriel intensif et la mainmise de la finance sur l'agriculture.

    Les militants contre la malbouffe et la maltraitance animale font ainsi corps avec les partisans d'une agriculture plus bio et familiale, comme le député européen EELV José Bové ou le promoteur du développement durable Yann Arthus-Bertrand.

    Malgré le feu vert donné le 1er février au projet par les autorités, la majorité des 870 résidents de Drucat-Le Plessiel, --qui ont créé l'association Novissen (Nos villages se soucient de leur environnement) pour s'y opposer--, ne désarment pas.

    L'arrêté préfectoral, qui limite à 500 le nombre de laitières tant que la surface d'épandage des boues résiduelles ne sera pas suffisante, a tenu compte, avec les nombreux contrôles qu'il a prescrits, des remarques de Novissen, reconnaissent ses membres.

    Néanmoins, outre une dépréciation de leur patrimoine immobilier dans une commune très résidentielle, ses habitants continuent d'appréhender d'innombrables nuisances (bruit, odeur, mouches, dangers d'explosion du méthaniseur jugé --à 600 mètres- trop proche, épuisement et pollution des nappes phréatiques, congestion du trafic routier etc.).

    Nous demandons un moratoire sur tous les projets du même type en France, en attendant qu'une loi soit débattue encadrant cette course au gigantisme, a indiqué à l'AFP Francis Chastagner, de Novissen.

    Le ministère de l'Agriculture est peu disert sur ce sujet. Mais le gouvernement se préoccupe du recul de la France, passée en quelques années de la première à la quatrième place dans le classement mondial des exportateurs agroalimentaires, derrière notamment l'Allemagne.

    Quant au ministère de l'Ecologie, il ne pouvait bloquer le projet, faute de bases légales, mais seulement l'encadrer.

    Ce qui a débouché sur un arrêté qui, à force d'accumuler les contraintes de suivi réglementaires, a fini par inquiéter la Chambre d'agriculture de la Somme, soucieuse de ne pas corseter les regroupements d'exploitants laitiers.

    Chez certains syndicats agricoles, c'est en effet plus son financement par un industriel qui gêne, que le fond du projet, a confié à l'AFP le patron de l'Organisation des producteurs de lait (OPL) de la Coordination rurale, Daniel Condat.

    A la FNSEA, le syndicat majoritaire, le président de l'Union des producteurs de lait de Picardie (UPLP), Dominique Dengreville, a noté que l'on pouvait s'inquiéter de la capacité des jeunes à s'installer dans l'agriculture si des financiers s'en mêlent.

    L'équation est simple pour Michel Welter, le futur chef d'exploitation du projet de Buigny/Drucat: Depuis les années 1980, les coûts unitaires (fioul, main d'oeuvre) ont quadruplé, voire sextuplé, en monnaie constante. La taille des exploitations doit suivre.

    Nous ne prétendons pas créer un modèle, mais un exemple, a cependant insisté M. Welter.

    En attendant, la parole est à la justice et les passions vont rester vives. Novissen va intenter un recours devant le tribunal administratif et son président, Michel Kfoury, est convoqué le 4 mars au commissariat d'Abbeville, suite à une plainte au pénal pour outrage du sous-préfet Philippe Dieudonné, qui s'estime diffamé par un courrier de l'association.


    (©AFP / 01 mars 2013 07h10)

    ********************************************************************************************

    "Charlie Hebdo" du 28 février 2013

    http://www.charliehebdo.fr/news/manif-elevage-744.html

    ********************************************************************************************

    "Opinionway" du 22 février 2103- sondage réalisé les 20 et 21 février 2013

    Sondage : les Français rejettent l'élevage intensif et ne sont pas dupes du Salon de l'agriculture - 90% des Français opposés à l'élevage intensif

    http://www.l214.com/communications/20130222-manifestation-contre-elevage-industriel

    ********************************************************************************************
    "Le Courrier Picard" du 19 février 2013
    ********************************************************************************************
    "France Bleu Picardie" du 18 février 2013
    ********************************************************************************************
    "Le Courrier Picard" du 13 février 2013
    ********************************************************************************************
    "Le Courrier Picard" du 9 février 2013
    ********************************************************************************************
    "FR3 Picardie" du 6 février 2013 (interview de José Bové)
    ********************************************************************************************
    "Le Journal d'Abbeville" du 6 février 2013
    ********************************************************************************************
    "Le Courrier Picard" du 4 février 2013
    ********************************************************************************************
    "Le Courrier Picard" du 3 février 2013
    ********************************************************************************************
    "Le Courrier Picard" du 2 février 2013
     
    ********************************************************************************************
    "FR3 Picardie" du 2 février 2013: aux actualités de 19h.
     
     
    ********************************************************************************************
    "La France Agricole" du 1er février 2013

    Ferme des 1.000 vaches

    Dans la Somme, le préfet donne son feu vert pour 500

    Publié le vendredi 01 février 2013 - 18h23

    Le préfet de la Somme a autorisé le 1er février 2013 la création d'une « ferme aux 1.000 vaches ». En réalité l'autorisation court pour une exploitation de 500 vaches laitières associées à un méthaniseur, près d'Abbeville (© Watier)

    Après plus de dix-huit mois d'instruction, le préfet de la Somme a signé vendredi, l'arrêté qui autorise la SCEA Côte de la Justice, à créer un élevage laitier associé à un méthaniseur, sur les communes de Drucat et de Buigny-Saint-Maclou près d'Abbeville.

    L'autorisation ne porte cependant que sur 500 vaches laitières, alors que le porteur du projet Michel Ramery avait fait une demande pour 1.000. Elle s'accompagne également de mesures précises en ce qui concerne le bruit, les odeurs, les rejets, la consommation d'eau...

    La préfecture précise que le cheptel a été limité à 500 vaches et leur suite, compte tenu des capacités d'épandage présentées par le porteur du projet.

    « Après quatre ans d'effort et de patience pour monter ce dossier, nous sommes satisfaits d'obtenir cet avis favorable du préfet, commente Michel Welter, en charge du projet. Nous aurions bien sûr préféré qu'il passe dans sa version de 1.000 vaches, mais nous pouvons enfin lancer notre élevage en nous contentant de 500 vaches. Nous monterons ensuite en puissance progressivement lorsque nous aurons prouvé que notre élevage fonctionne bien. »

    Blandine Cailliez

    ********************************************************************************************
    "France Bleu Picardie" du 14 janvier 2013:
    ********************************************************************************************
    "FR3 Picardie" du 12 janvier 2013: aux actualités, à 12h et à 19h.
    ********************************************************************************************
    "Réussir Lait" du 10 janvier 2013
    Dans la Somme, le projet « 1000 vaches » plafonné à 500

    Quelle issue pour le projet picard de très grand troupeau ? © T. Guillemot

    10/01/13

    Dans la Somme, le projet « 1000 vaches » plafonné à 500

    Dans la Somme, le projet « 1000 vaches » est digne d’un feuilleton. Aujourd’hui encore, impossible de dire ni quand ni sous quelle forme, ce projet sortira de terre. Petit rappel des épisodes précédents. Le projet, inédit dans le paysage laitier français, porte sur la construction d’un bâtiment pour 1000 vaches près d’Abbeville, et d’un méthaniseur de 1,5 MW. Fin 2011, suite à l’enquête publique, le commissaire enquêteur a rendu un avis favorable à l’autorisation d’exploiter, de même que le Codherst(1) en avril dernier. Depuis, le feu vert du préfet de la Somme est toujours attendu…

    Le dossier n’est pas en dormance pour autant. Ces dernières semaines, il prend même une tournure politique, depuis que le ministère de l’Écologie est monté au créneau. À Paris, les négociations vont bon train. Le point d’achoppement porte sur les surfaces d’épandage qui ne sont pas en adéquation avec la taille du projet final. Les porteurs de projets ne détiennent à ce jour que 1500 hectares de surface d’épandage, contre les 2 700 nécessaires. « C’est pourquoi le projet que nous avons présenté lors de l’enquête prévoit bien une augmentation progressive du nombre de vaches sur cinq ans, se défend Michel Welter, en charge du projet pour le compte de Michel Ramery, industriel du BTP. Nous n’aurons pas de mal à compléter le plan d’épandage, avec la multiplication de cessations d’activité laitière au profit des céréales dans le secteur. »

    Le ministère de l’Écologie propose trois scenarios alternatifs

    Toujours est-il que le ministère a proposé trois alternatives au projet initial : un atelier de 1 000 vaches laitières sans unité de méthanisation, une unité de méthanisation sans atelier de vaches laitières, et un atelier de 500 vaches avec unité de méthanisation. Le camp Ramery ne se résoud à aucune de ces solutions. La réalité économique du projet est tout autre. Il faut 850 vaches pour parvenir à l’équilibre de ce projet chiffré à 12 millions d’euros. « Nous voulons continuer à négocier pour trouver une sortie par le haut », poursuit Michel Welter, en n’excluant pas un nouveau rebondissement si la normalisation et l’homologation du digestat de méthanisation aboutit. « Dans ce cas, nous pourrions commercialiser le digestat comme produit fertilisant, sans être tenus de tout épandre. » À suivre…

    (1) Conseil départemental de l’environnement et des risques technologiques.

    ********************************************************************************************
    "Le Journal d'Abbeville" du 2 janvier 2013 pour la rétrospective de l'année 2012:
    *********************************************************************************************
    "Le Courrier Picard" du 6 janvier 2013
    P
    *********************************************************************************************
    "Le Courrier Picard" du 4 janvier 2013