Skip to main content

NOVISSEN

NOs VIllages Se Soucient de leur ENvironnement

Accueil
Statuts
Enquête publique 2015
Référé
Actions récentes
Actions marquantes
Pour adhérer et Dons
Comité de soutien
CR réunions
Argumentaires
Textes officiels
Historique
Documents divers
Prises de position
Médias
Démocratie participative
Livre Novissen

RAPPEL  DE  QUELQUES  ACTIONS  MARQUANTES

 

 

 

Quelques vidéos déjà anciennes... mais qui permettent une rétrospective rapide et vivante... 

   

A l'occasion de son 2000 ème adhérent, et d'une conférence que le Professeur Belpomme a donnée le 28 juin 2013, sur les risques sanitaires de l'élevage et de l'agriculture industriels, NOVISSEN a édité un clip de 9 mn relatant les temps forts de son combat contre le projet de ferme des 1000 vaches et de son méthaniseur industriel.(Vidéo publiée le 10 juillet  2013).

 

 

Cliquez pour regarder cette rétrospective ! ! 

http://www.youtube.com/watch?v=kyjBG_mT3pQ&feature=em-upload_owner (9 minutes)

 

 

 Pour retrouver un ensemble de vidéos concernant NOVISSEN, cliquez :

http://www.youtube.com/playlist?list=PLA5DFAE260580093A

 

 

Pour découvrir la modélisation en 3D de la ferme-usine, cliquez :

  http://youtu.be/OwSN8pecqQ0

(vidéo de 6' 37 - plus de détails, dans "Médias / Médias 2013 - " Prizdirect" au 27.09.13)

 

*******************************************************************************************************

Action "2000 lettres à Philippe Martin, Ministre de l'Ecologie"

Après le succès de notre manifestationdu 28 septembre 2013 sur le site des 1000 vaches, et le vaste écho médiatique qui s’en est suivi, poursuivons notre action et enfonçons le clou qui

mettra un terme définitif aux ambitions de M. Ramery ! Ensemble tout est encore possible ! Rien n’est joué !

Nous proposons à nouveau à tous les membres et sympathisants de notre association ainsi qu'aux membres des associations et partis qui nous soutiennent d'écrire une lettre à Monsieur

Philippe Martin, Ministre de l'environnement, et successeur de Madame Batho qui avait condamné ce projet.

Il s’agit :1. de soutenir l’action de Novissen qui vient de redemander officiellement (par la lettre ci-dessous, envoyée le 9 octobre)au Ministre de l’Ecologie un moratoire qui interdit

toute construction de ferme géante et arrête les travaux en cours tant que les décisions de justice n’auront pas été rendues et qu’une législation appropriée ne sera pas mise en place.

2. de demander que notre association de défense soit reçue au plus vite par le Ministère.

3. de montrer que Novissen est une force grandissante qui compte, plus que jamais forte de la détermination de ses membres, prête à continuer le combat contre ce projet dément !

ALORS NOUS COMPTONS ABSOLUMENT SUR VOUS POUR ECRIRE ET FAIRE ECRIRE !

Nous allons envoyer nos lettres au même moment pour en amplifier l'impact :

Elles sont à poster si possible pendant la semaine du 14 au 19 octobre 2013

en courrier simple ou en recommandé si vous voulez donner plus de poids !

Chaque adhérent ou sympathisant envoie une lettre au ministre, c'est le nombre qui compte !

ENVOYONS UN MAXIMUM DE LETTRES

Seule notre action commune fait notre force !

Ecrivez et faites écrire autour de vous, faites suivre cet appel sur internet, et des milliers de lettres parviendront au Ministère et montreront notre détermination !

Exemple de lettre: Monsieur le Ministre,

J'ai l'honneur de vous écrire en tant que membre/sympathisant de l'association NOVISSEN qui se bat depuis deux ans contre le projet insensé de la plus grande ferme-usine de France

appelée « Ferme-usine des 1000 vaches » à Drucat Le Plessiel et Buigny St Maclou (Somme).

Je suis entièrement d’accord avec la décision d’un moratoire qui empêche la construction de fermes-usines géantes en France et arrête tous travaux en cours tant que les décisions

de justice en cours ne sont pas rendues et qu’une législation adéquate n’est pas mise en place par le législateur.

Je vous demande donc de prendre rapidement cette décision d’un moratoire, comme pour les OGM, et de recevoir au plus vite notre association qui doit obtenir des réponses claires à ses

questions.

Comptant résolument sur votre action, veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de ma haute considération, et croire en mes sentiments les plus vigilants et les plus déterminés.

Lettre à adresser (sans oublier vos coordonnées, le lieu, la date et votre signature !! ) à :Monsieur Philippe Martin, Ministre de l'Ecologieet du Développement durable, 246, boulevard Saint-Germain75007 Paris
N.B. Cette action « 2000 lettres » a pour objectif d’appuyer, par un rappel quotidien,massif et pendant toute une semaine, la « pétition-moratoire » qui, elle, sera remise en une seule fois.

Donc, si vous avez encore des feuillets de cette pétition (lancée au printemps), merci de les envoyer très vite ! (à Mme Gamain - 225 rue de Brutelette – 80132 Drucat).

Grand MERCI à ceux et celles qui ont déjà collecté les 2233 signatures qui nous sont parvenues. Elles vont servir ! !

Courage à tous !Le CA de Novissen, 10.10.13

*******************************************************************************************************

Lettre à Monsieur Philippe MARTIN, Ministre de l'Ecologie - 9 oct. 2013

NovissenCopiesadresséesà:

Michel Kfoury PrésidentMonsieur Le Foll ministre de l'Agriculture

385, rue du LevantMadame Touraine ministre de la Santé

80132 DrucatMadame Pompili

maïl: novissen@free.frMadame Boitard, députée

Monsieur JV Placé, sénateur

à

Monsieur Philippe Martins/c Monsieur le Sous-Préfet d’Abbeville

Ministrede l'Ecologies/c Monsieur le Préfet de la Somme

246, boulevard St Germain

75007 PARISLe8 octobre 2013

Objet:demande de moratoire concernant les fermes usines géantes

Monsieur le Ministre,

Nous nous adressons aujourd’hui à vous sous couvert de Monsieur le Sous-Préfet dAbbeville et de Monsieur le Préfet de la Somme, le climat devenant extrêmement tendu entre le promoteur

du projet des « 1000 vaches» M.Ramery et la population locale qui ne comprend pas le silence des plus hautes autorités de lEtat dans ce conflit.

Nous avons dé eu l’honneur devous écrire le12 juillet dernier pour attirer votre attentionsur le projet de la plus grande ferme-usine à lait de France appelée «Ferme-usinedes1000 vache

 à Drucat Le Plessiel et Buigny St Maclou et nous vous demandions alors votre intervention décisive dans ce dossier déterminant pour l’avenir de notre agriculture et la qualité de notre

environnement en décidant d’un moratoire.

Nousvenons solennellementparce courrier renouvelernotredemande carcetteintervention n’a malheureusement paseulieuet nousledéploronsd’autant plusvigoureusement quelepromoteur

du projet, lentrepreneur deBTP M.Ramery,continuesestravaux commesi derien n’était,totalement indifférent aux différentsrecoursen justice et àlarévoltedelapopulation locale exacerbéepar

le méprispermanent dont ellefaitl’objet.

Notre association, Novissen, forte aujourd’hui de plus de 2000 membres,a donc une nouvelle fois agi en organisant une grande manifestation sur le site même du projet. Tout a été fait pour

réduire au maximum l’impact de cette manifestation: tracas administratifs de dernière minute,contestation du lieu choisi, présence policière dissuasive,hélicoptères de nuit et de jour,fouille

 des véhicules, contrôles d’identiet fichage.., voies d’acsinterdites tout autour du site, en pleine campagne!Certaines personnes qui voulaient manifester n’ont pas pu se rendre sur lesite!

Malg cela, et la couverture médiatique nationale dont nous avons bénéficié leprouve, le succès a été total:entre800 et 1000 personnes ont dénoncé ceprojet absurde, inutile et dangereux.

Les chaines de télévision, la presse locale, régionale, nationale, y compris d’investigation (Mediapart,LeCanard Enchaîné)se sont emparées du sujet et lesvéritables questions commencent à

 être posées.

Vous le savez, rien dans ce dossier n’est défendable: il menace l’emploi, la santé, détruit le bien-être animal et humain. Le montage financier est secret bien que bénéficiant de nombreuses

subventions publiques. Un entrepreneur de BTP cherche simplement à tirer parti d’une fiscalité agricole avantageuse. Bref, nous sommes dans l’agrobusiness!

La réponse du promoteur Ramery est simple: mon projet est réglementaire!Sauf que notre législation est complètement inadaptée à ce type d’élevage industriel et surtout à lapuissance du

méthaniseur dont le bilan carbone dans le cas présent est catastrophique!

Assez d’hypocrisie!

Nous disons aujourd’hui haut et fort que cela suffit. Assez de paroles, nous voulons des actes!

Nous nous tournons une nouvelle fois vers vous puisque M.LeFoll, Ministre de l’agriculture, a récemment déclasur FranceInfo être contre ce ty pe d’élevage et quel’interdiction de ce

projet dépendait du ministère de lenvironnement et de l’énergie.

Nous vous demandons donc à nouveau un acte politique fortcar notre associationen est aujourd’hui convaincue:le dossier des «1000vaches » est un dossier avant tout politique et non pas

technique ou réglementaire.

Comme pour les OGM, cet acte politique fort ne peut être quunmoratoire à prise d'effet immédiat sur la construction de fermes géantes ave carrêt des travaux encours, la législation

 actuelle étant inadaptée à cegenre de projet,ce dont sait précisément profiter M.Ramery au détriment de l'intérêt général.Une opportunités’offre à vous dans le cadre de la prochaine loi

d’avenir de l’agriculture.

Notre association se tient naturellement à votre disposition pour vous exposer en détail tous les graves probmes posés par ce projet rejeté par la population locale et de trèsnombreuses personnes

et associations en France et même dans le monde.

« Qui ne dit mot consen

Cet adage trouve sa pertinence dans la situation présente: ce moratoire est indispensable pour affirmer la suprématie du politique sur le lobbying, pour donner à la justice le temps nécessaire à

ses décisions, pour donner à la démocratie le temps nécessaire à la réflexion en promulguant de nouvelles lois adaptées à ces nouveaux projets hors normes sils doivent jamais voir le jour, ce dont

 nous sommes très loin d’être convaincus.

Nous savonsque ce type de projet de ferme industrielle ne vous convient pas. Nouscomptons donc fermement sur vous, Monsieur leMinistre, pour signer ce moratoire et dire ainsi votre mot

dans ce dossier essentiel quant à l’avenir de notre agriculture et de notre environnement.

Cela relève sans doute du courage politique et bien sûr rien nest facile!

Mais ce courage politique doit pondre au courage civique de ces milliers de personnes engagées dans ce combat contre un projet démentiel depuis deux ans et qui, croyez-le bien, sont bien

déterminées à continuer la lutte, encouragées par des soutiens chaque jour plus nombreux.

Veuillez croire, Monsieur le Ministre, en nos sentiments les plus déterminés et les plus respectueux.

Pour NOVISSEN

Le CA et son Président Michel Kfoury

*******************************************************************************************************

Lettre ouverte à Monsieur Michel Ramery - 8 oct. 2013

Drucat-Le Plessiel, le 08 octobre 2013.

Objet : Lettre ouverte.

L’association Novissen s’adresse à Monsieur Michel Ramery.

Monsieur Ramery,

Vous êtes un entrepreneur, et il vous faut du rentable.

Actuellement, une question simple mérite d’être posée : poursuivre, envers et contre tout, le projet des 1000 vaches, est-ce vraiment rentable pour vous ?

Vous avez misé sur la passivité des gens, ce fut une erreur. Vous avez misé sur leur lassitude, nouvelle erreur. C’est même le contraire qui se produit : le mouvement s’amplifie au niveau

national. Ne dites pas que vous n’entendez rien ! Ne misez pas sur la stupidité des gens en essayant de déguiser votre projet en œuvre humanitaire, ni sur la possibilité d’arriver à vous imposer par

la force. Car installer toutes les protections possibles, cela finit par être coûteux, et recourir à la Gendarmerie ne défendra pas votre ferme. Pour preuve, la récente manifestation du 28 septembre.

La foule voulait entrer dans votre propriété et se coucher sur votre bitume. Elle a calmementmontré que sa volonté l’emporte sur la vôtre. Car malgré un déploiement hors normes des forces de

Police, vous avez été contraint d’accepter : une altercation aurait tourné en votre défaveur. A quoi donc a servi pareil déploiement de force ?Oui, il y a des choses plus subtiles que la matraque et le

fusil.

Vous répétez que vous êtes dans la légalité, car vous avez eu toutes les autorisations nécessaires. Vous savez très bien que vous démarrez ce chantier à vos risques et périls, les

autorisations en question ne deviendront effectives que lorsque tous les recours seront épuisés. Si, vite fait, on parvient à obtenir qu’un dossier soit signé les yeux mi-clos, c’est plus difficile

d’obtenir des autorisations lorsque les irrégularités sont révélées.

Le buzz qui se fait autour de cette affaire nuit évidemment à votre image de marque. Vous pourriez fort bien voir des marchés vous échapper pour la seule raison que vous

n’inspirez plus confiance. Pour ce « détail » de Drucat, mettrez-vous votre entreprise en difficulté ?

Bien que vous soyez la figure visible de ce projet, il est très probable que de gros intérêts se cachent derrière vous. Il est peut-être temps de ne plus en être le jouet. Vous nous avez

dit : « Si François me dit d’arrêter, j’arrête tout ». Eh bien, qu’attendez-vous pour dire à François : « Hé ! je vais y couler ma boîte dans cette histoire ! Donne-moi l’ordre d’arrêter ! »

L’affaire est maintenant entre les mains de la Justice, qui peut donc enquêter sur vos affaires. Et divers journaux d’investigation s’intéressent à vous. Tenez-vous à ce qu’on regarde

de très près comment vous gérez votre patrimoine ? Certaines personnalités qui vous étaient proches commencent à penser que cela pourrait ne pas être très bon pour la suite de leur carrière.

Monsieur Welter avec ses 300 vaches trouvera facilement de la place dans les fermes de l’Est de la Somme que vous avez rachetées, en y répartissant éventuellement son cheptel.

Nous lui conseillons d’ailleurs de se convertir au Bio, valeur montante, et sans aucun problème d’acceptation du public. Si sa ferme d’Airaines est quasiment en faillite, comme il l’a déclaré

lui-même, il y a sans doute un problème de gestion, et on peut se demander comment il arrivera à faire mieux avec 1000 bêtes s’il a des difficultés avec 300.

Bref, « Lait positif » pourrait devoir changer d’appellation en « Lait négatif », ce qui ne sonne pas très bien, n’est-ce pas ? Plutôt que la colère qui vous fait perdre le contrôle de vos

paroles, nous vous souhaitons de réfléchir posément aux risques que présente à l’heure actuelle la poursuite de votre projet.

Si, malgré cette réflexion, Monsieur Ramery, vous estimez qu’il est bénéfique pour vous de continuer, sachez que de notre côté, nous avons des raisons extrêmement solides qui

nous feront maintenir la lutte jusqu’au bout de nos possibilités.

NOVISSEN, association de 2094 adhérents.

*******************************************************************************************************
Etat des travaux au 05 et au 12 octobre 2013
Vues aériennes partielles du chantier à une semaine d'intervalle.

*******************************************************************************************************

La manifestation du 28 septembre 2013

Son organisation a été difficile : le lieu initialement choisi pour le rassemblement ne convenait pas aux autorités, car il fallait traverser la D928. Nous avons trouvé un second lieu, qui évitait

cette traversée, mais il ne convenait pas non plus, car il y avait des tas de terre pouvant servir de projectiles ! En fait, nous devions absolument nous éloigner du chantier, ce qui n'était pas

notre objectif. Comme le second lieu était une parcelle agricole privée, et que nous avions l'accord de son propriétaire, la manifestation ne pouvait pas être interdite. Elle a donc été

légalement autorisée la veille, en début d'après-midi.

Sans prévenir, dans le courant de la nuit et le lendemain matin, un important déploiement de forces de l'ordre a mis un vaste périmètre sous haute surveillance. A cause du labyrinthe des

routes et des chemins interdits, parvenir jusqu'au lieu du rassemblement devenait difficile. A l'entrée, il y avait contrôle complet d'identité (conducteur et passagers), et inspection des

coffres à la recherche d'armes et d'alcool. Par suite de la protestation du Président de Novissen et du Président Départemental de la Ligue des Droits de l'Homme, ces contrôles ont cessé.

On a pu compter sur le parking 400 voitures et un car venu de Paris. Vu le co-voiturage fréquent, il est très probable que les manifestants étaient, non pas 800 (chiffre officiel), mais aux

environs de 1000.

Les organisateurs avaient proposé de se déguiser éventuellement en vaches (photo de gauche), et le cortège s'est avancé, au son des slogans, mais de façon pacifique, vers le chantier. Un

hélicoptère dans le ciel, et des gendarmes surveillaient l'ensemble. Sur une plate-forme, près de l'entrée du chantier, les personnalités présentes ont pu prendre la parole. Même si des

participants ont dû alors nous quitter pour diverses raisons, un cortège encore conséquent est entré comme prévu sur l'étendue bitumée du chantier (photo de droite, avec au premier plan :

le socle d'un poteau). Et une bonne partie s'est couchée sur le sol. Ce "lying" exprimait un triple message : les vaches mortes dans cette trop grande concentration animale, le refus

inébranlable des humains qu'il faudra venir déloger un par un si le projet voit le jour, et la démonstration que la volonté du grand nombre arrive calmement à ses fins quand bien même on

lui oppose un énorme déploiement de force.

Des gâteaux étaient offerts avant de se séparer, et la manifestation s'est dispersée sans le moindre incident.

Le dispositif de sécurité, totalement disproportionné a laissé plus d'un perplexe quant à sa signification, et plus encore, son coût. La question que nous nous posons: QUI a donné l'ordre

d'un pareil déploiement de force?

D'autres (très bonnes !) photos vous sont aimablement proposées par Pierre ROSE via le lien :

http://www.grosfichiers.ch/index.php?option=com_grosfichiers&cid=rc25cbtdichjs03cug4ekqku06&task=resultat

(cliquez surDrucat 130928.zip sous le mot "NOM" pour y accéder)

Et pour articles, photos et vidéos, reportez-vous à la rubrique "Médias - Manif du 28 sept 2013"

*******************************************************************************************************

Le chantier au 12 septembre 2013 -Action de la Confédération Paysanne

Des membres de la Confédération Paysanne sont venus pendant la nuit inscrire en lettres géantes (environ 20m x 250m):

NON AUX 1000 VACHES

(Se reporter à la rubrique "Médias 2013" pour articles et photos sur cette journée du 12 septembre)
Pour l'action au Siège Social de l'entreprise Ramery à Erquinghem-Lys,
voici deux diaporamas de photos, créés par Pierre ROSE le 12 septembre, et qu'il nous a aimablement transmis :
(lorsque le 1er diaporama est terminé, cliquer pour mettre le second en route)
La vidéo de la Confédération Paysanne raconte et explique cette action (3'18) :

*******************************************************************************************************

ACTION du 6 septembre 2013: distribution de TRACTS

en riposte à la reprise des travaux
Le vendredi 06 septembre, entre 17h et 19h, nous étions entre 60 et 70 personnes au rond-point situé entre Intermarché et la D928 qui se dirige vers Le Plessiel. Un nombre important
 de dépliants intitulés: "Pourquoi NOVISSEN dit NON aux 1000 vaches - les 10 questions qui fâchent", ainsi que des tracts annonçant la prochaine manif du 28 septembre, ont été
distribués aux automobilistes, nombreux à cette heure-là. Les distributeurs se sont affairés pour que la circulation reste fluide malgré tout, tandis que diverses infos circulaient entre
les personnes présentes. Une autre banderole avait été déployée à l'entrée même du chemin qui mène au chantier.
(pour bien lire la vidéo mettre la qualité 360).

*******************************************************************************************************

Reprise des travaux le 26 août 2013

Début septembre, le hangar de stockage de la paille est installé.

*******************************************************************************************************

Evolution du chantier entre le 9 et le 24 juillet 2013

 

 

Cette photo aérienne montre l'état d'avancement du chantier au 29 juillet 2013, et peut être

comparée à celle du dessous qui date du 9 juillet.

Il s'agit ici d'une vue partielle : le grand rectangle de terre qui se trouve à l'avant de la photo

du 9 juillet est resté inchangé.

En revanche, on voit de grandes surfaces nouvellement goudronnées, sans doute prêtes pour

le bétonnage.

Les taches claires et irrégulières sur le bitume sont des flaques d'eau.

Les travaux paraissent momentanément arrêtés depuis le 24 juillet. D'après Monsieur Ramery

 lui-même, ils devraient reprendre "à la rentrée" (sans doute veut-il parler du début septembre).

L'avenir le dira.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette vue aérienne montre l'état d'avancement du chantier au 9 juillet 2013.

On voit sur la droite la longue piste de l'aérodrome.

Près du creux vert en forme de haricot, sont prévus les bâtiments administratifs et

la salle de traite.

La chaux est répandue et malaxée pour préparer le sol avant bétonnage.

Ce chantier ne concerne que la ferme : l'emplacement du méthaniseur est le triangle

 vert clair, bordé de bois plus sombres, en bas à gauche de la photo.

 

*******************************************************************************************************

ACTION dite "des 4 jours" (9 au 12 juillet 2013)

Nous sommes le 9 juillet 2013.

Il était prévu que nous nous réunirions de 10h à 12h dans le chemin qui mène au chantier.

Une cinquantaine de personnes ont répondu à l'appel.

Arrivés en trois voitures, 6 gendarmes nous surveillent...certains avec sérénité, comme le montre la photo.

A un moment, un tracteur entre dans le chemin et se dirige vers le chantier.

La banderole, déployée en travers du chemin, nous sert à l'arrêter.

Bien entendu, il stoppe aussi près de nous qu'il lui est possible. Le groupe ne recule pas.

Occupés par ce tracteur, nous ne voyons pas tout de suite la manœuvre d'un autre, qui, venu du chantier, arrive vers nous en marche arrière. Son but est de prendre les manifestants en sandwich et.... de les asperger d'eau !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques-uns d'entre nous ont vu à temps le tracteur muni d'un réservoir d'eau.

Ils veulent l'arrêter, s'avancent vers lui, crient dans sa direction.

La vanne d'eau est alors ouverte, mouillant plusieurs personnes.

Le chauffeur du tracteur s'entête à reculer encore ! !

Enfin, il cède, et retourne sur le chantier, laissant le chemin inondé.

L'autre tracteur remonte alors le chemin en marche arrière, pour prendre un autre accès.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toujours le 9 juillet 2013, le groupe est revenu vers la route.

Un camion veut sortir de la cour de M. Ramery.

Le groupe s'y oppose un moment. Un huissier est là, et constate les faits.

Le lendemain, le "Courrier Picard" rapportera les propos de M. Welter à notre sujet :

"Ils sont hors-la-loi. Ce sont des procédés de voyous".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 10 juillet 2013, nous sommes entre 25 et 30 personnes.

Les gendarmes sont plus nombreux que la veille, et d'emblée, nous interdisent l'entrée du chemin.

C'est un chemin privé, paraît-il, qui appartient à M. Ramery, et il en interdit l'accès.

Nous demandons alors que cela soit vérifié sur le cadastre, et en attendant, nous nous asseyons en rond.

Nous écoutons la lecture de la lettre qui va être envoyée à Philippe Martin, nouveau Ministre de l'Ecologie (voir ci-dessous), puis de

divers autres textes.

Enfin, l'information arrive : l'accès nous est permis.

En avançant, nous apercevons que se tient une réunion dans le bungalow de M. Ramery !

Nous plaçons la banderole sur les fenêtres, les volets roulants sont alors précipitamment baissés.

Une dame crie : "Vous êtes le Diable ! " - grave insulte que les personnes à l'intérieur du bungalow signaleront à la Presse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous continuons notre chemin, et un camion apportant de la chaux arrive.

Comme la veille, le groupe arrête le camion, banderole déployée.

(Elle est ici momentanément retournée pour les besoins de la photo !).

Le Chef de Chantier demande au chauffeur d'avancer quand même : le groupe ne bouge pas.

Les quelques paroles échangées montrent la nervosité évidente du personnel de M. Ramery.

Les gendarmes se font alors plus insistants pour que nous ouvrions le passage.

La situation évolue en quelques instants: le chauffeur de camion descend, et commence à installer des tuyaux qui vont

permettre de décharger sur place la chaux dans un autre camion situé sur le chantier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le déchargement de la chaux va créer un nuage de poussière irritante pour les poumons.

Le Chef de chantier apporte des masques de protection, qu'il distribue au personnel.... et...aux gendarmes !

Ceux-ci vont les mettre, mais "oublient" totalement de signaler aux autres personnes le dégagement imminent de ce nuage blanc.

La scène est fort mal perçue : le premier souci d'un gendarme est-il de se protéger lui-même ?

Fait surprenant, se voyant photographiés, certains retirent leur masque !

L'arrivée de Sabine et Bernard Godard de "FR 3 Picardie" est saluée par des applaudissements.

Ils filment la scène, recueillent des témoignages. Puis les manifestants prennent le chemin du retour.

L'un d'eux propose à Bernard Godard de survoler le chantier pour des prises de vue aériennes.

Celles-ci seront diffusées le soir même aux actualités régionales.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 11 juillet 2013, le créneau horaire 10h-11h30 a été, dans le chemin, d'un calme total. Une seule voiture de gendarmes était là à 10h. Elle a disparu assez vite. Aucun tracteur... aucun camion... Le groupe, qui accueillait Elodie Héren des Verts, s'est donc promené.

Mais en fin d'après-midi, la nouvelle est tombée : Francis Chastagner (l'un des membres du CA de Novissen) est convoqué le lendemain à 10h à la Gendarmerie, dans "le cadre d'une enquête ouverte pour entrave à la circulation sur la voie publique".

Rapidement, les adhérents sont informés qu'au lieu de se retrouver sur le chemin, c'est devant la Gendarmerie qu'ils sont attendus ! !

Le 12 juillet 2013, à 10h, Francis est donc entendu pendant un peu plus d'une heure. Sur le trottoir, une soixantaine de personnes l'attendent, en exprimant leur solidarité.

Après tout, dans cette avenue du Général Leclerc très fréquentée, nous sommes beaucoup plus visibles que là-haut, dans les champs !

*******************************************************************************************************

Lettre à Philippe MARTIN, Ministre de l'Ecologie

NovissenCopies adressées à:

Michel Kfoury, PrésidentMonsieurLe Foll ministre de l'Agriculture

385, rue du LevantMadameTouraineministre de laSanté

80132 Drucat

mail: novissen@free.fr

à

Monsieur Philippe Martin Ministrede l'Ecologie

246, boulevard St Germain

75007 PARISLe 12 juillet2013

Monsieur le Ministre,

L'association NOVISSEN quicompte aujourd'hui plus de 2000 adhérents et qui se bat depuis bientôt deux ans contre

le projet de la plus grandeferme-usine deFrance appee«Ferme-usine des1000 vaches» à Drucat LePlessiel et

BuignySt Maclou al'honneur devous écrire pour demander votre intervention décisive dans ce dossier déterminant

pour l'avenir de notre agricultureet la qualité denotre environnement.

Nousavons pu rencontrer Madame Batho qui nous aapporté unsoutien clair etnousa indiquévouloir suivre cetteaffaire

de très près; après votre nomination, nous comptons sur vouspour quece projet insensésoit définitivement abandonné.

Comme vous le savez, un arrêté préfectoral adonnéautorisationd'exploiter pour500vaches etdéjà lepromoteur M.Ramery

demandeuneextensionà1000vaches,salle detraite et thaniseurétant déjà prévus pour!

Les travauxdeterrassement sont commencés et se poursuivent malgré les multiplesrecours en justicede la mairie de Drucat,

de Novissen,d'associations de défensedel'environnement.Unecourse contrelamontre est lancée, l'entrepreneurdeBTP

Michel Ramery veut passer enforce!

La manifestationcontre l'élevageindustrieldu 3 mars à Paris aréuniprèsde 2000personnesauSalondel'Agriculture,de très

nombreux courriersont déjà étéadressés à votre minisreenfaveurd'une autre agriculture,le28 juindernier uneconférence

duProfesseur Belpomme sur l'élevageindustriel et les risquessanitaires associés (cancers,maladie d'Alzheimer, autisme...)

organisée àDrucat aréuni plusde300 personnesdont de nombreux médecins...,l'INSERM vient de publier un rapport sur les

dangersdes pesticidespour lasantéhumaine.., desbovinspositifs à la tuberculose de GBsont distribués en France... Tout

indique que ce «fleuron»del'agro-industrie quel'onveut nous imposer est unnon-sens absoluetqu'il doitêtrecombattu

vigoureusement à tousles niveaux,y compris levôtre.

C'estpourquoi nous vous demandons solennellement de recevoir au plus vite notre associationqui doit pouvoir vous

exposer tous les gravesproblèmesposésparceprojet et obtenir desréponses clairetoutessesquestions.

Nous vousdemandonsinstamment un moratoire à prise d'effet immédiatsur laconstructiondefermes géantes lagislation

actuelle étant inadaptée àcegenre de projet, cedontsaitmalheureusementprofiter M.Rameryau détriment del'inrêt général.

Notre démarches'inscrit dans lerespect dû à la populationlocaleetàses repsentants qui sesentent, par cet arrêté, profondément

prisés.Leprincipede précautioninscrit dans notre Constitution pourcequi concerne la santé est bafoué pourunesimple question de

profit: cela esttotalement inacceptableet la population localeestdéterminée àdéfendre ses droits.

Enespérant vivement vousrencontrerrapidement dans un esprit loyalet constructif,

veuillez croire,Monsieur leMinistre,ennos sentiments les plus déterminés et les plus respectueux.

Pour NOVISSEN

Le CAet son Président Michel Kfoury

*******************************************************************************************************

CONFERENCE - DEBAT avec le Professeur BELPOMME

Cette conférence a eu lieu en présence de plus de 300 personnes. Heureusement, la Salle Polyvalente de Drucat-Le Plessiel avait été prolongée par un chapiteau. Les vues ci-dessous, bien que partielles, donnent une idée de la nombreuse assistance. Au moment du débat, plusieurs agriculteurs ont pu exprimer leur point de vue.

 

 

*******************************************************************************************************

ACTION "DECORATION" de CHANTIER

Le 3 mai 2013, à 19h, une soixantaine de personnes se retrouvent pour accrocher, aux fils de fer barbelés qui entourent le chantier, des panneaux et des tissus, sur lesquels sont notés des slogans de protestation. Cliquez sur le lien ci-dessous pour apercevoir (en musique !) quelques-uns de ces messages flottant dans le soleil et le (grand) vent. L' effet d'ensemble était impressionnant ! ...Mais cette "décoration" n'a pas dû être appréciée...Quoique très bien accrochée, elle avait disparu le lundi suivant (6 mai).

http://www.youtube.com/watch?v=EwhSvYumJdE&feature=youtu.be

****************************************************************************************************

ACTION - TRACTS

500 tracts ont été distribués à l'occasion du "Festival de l'Oiseau" le samedi 27 avril au soir à Abbeville, et au cours de" la Fête de la Vapeur" le dimanche 28 avril à Noyelles-sur-Mer.

Au cours de cette distribution, un dialogue très vivant pouvait s'installer avec les personnes présentes !

****************************************************************************************************

ACTION à la SOUS-PREFECTURE

Le 25 avril 2013, à 10h et pendant 1h 30, dans la cour de la Sous-Préfecture d'Abbeville, nous sommes une quarantaine d'adhérents pour demander : 1) L'arrêt des travaux tant que les recours en Justice ne sont pas épuisés. 2) Un moratoire jusqu'à ce que soient votées des lois adaptées à des fermes de cette taille et attentives à l'intérêt général. 3) Des rendez-vous avec M. le Sous-préfet, M. le Préfet et les Ministres M.Le Foll et Mme Batho. Une délégation de 4 personnes est reçue par Mme la Secrétaire Générale de la Sous-préfecture. Des rendez-vous pourraient être obtenus rapidement avec M. le Préfet, et avec M. le Sous-préfet dans les deux semaines à venir.

*******************************************************************************************************

ACTIONS "BLOCAGE de CHANTIER"

2ème action :

Le 22 avril 2013, de 10h à 12h, après avoir réuni une cinquantaine de personnes, nous avons bloqué les engins, puis nous avons défilé sur le terrain avec pancartes et banderoles. Le groupe a été rejoint par 5 gendarmes, ainsi qu'un huissier qui a constaté les faits, et M. Welter. Il semblerait que M. Ramery, cette fois, envisage de porter plainte.

*******************************************************************************************************

1ère action :

Le 12 avril 2013, à 10h, nous étions 14 personnes sur l'emplacement de la future ferme. Nous avons bloqué le chantier pendant plus d’une heure, notre objectif étant de commencer

modérément puis d' augmenter les actions progressivement.

M. Ramery et M. Welter sont venus peu de temps après notre arrivée (cette rencontre n'était pas prévue). Deux groupes se sont formés : l'un pour "discuter" avec MM. Ramery et Welter, qui tentaient de nous convaincre

du bien-fondé de leur projet (un dialogue de sourds, bien entendu….mais nous gagnions du temps ! ). L'autre groupe, installé devant un engin, bloquait le travail. Nous n'avons pas vu les gendarmes.

******************************************************************************************************

 

 

 

 

Lettre ouverte à M. François Hollande, Président de la République

 *******************************************************************************************************

***********************************************************************************************************

ACTION :« PETITION - MORATOIRE »

(close le 15 octobre  2013)

 

 Cette "pétition-moratoire", ciblée sur un point précis, avec signatures manuscrites, ne fait pas double emploi avec la pétition en ligne.

                                                   Voici son texte:                               Projet de ferme industrielle des 1000 vaches

Pétition pour un moratoire

adressée aux Ministres de l'Ecologie et de l'Agriculture

 

Suite  à la décision du Préfet de la Région Picardie d'autoriser l'exploitation

de la ferme industrielle de Drucat-Le Plessiel et Buigny-Saint-Maclou

dite "des 1000 vaches", nous exigeons

la suspension de cet arrêté et la mise en place d'un moratoire

assorti d'une législation interdisant les fermes laitières géantes

et les méthaniseurs industriels en zones agricoles.

            

                               Cette pétition a été lancée en mars 2013.

                                                  Elle n'a pas pu être envoyée à Mme Delphine Batho, qui a quitté ses fonctions de Ministre de l'Environnement le 2 juillet 2013, remplacée par Philippe Martin.

                                                  Comme le 26 septembre 2013, M.Le Foll, Ministre de l'Agriculture, faisait savoir que le dossier relevait du Ministre de l'Environnement, c'est donc à

                                                  Philippe Martin que cette pétition a été envoyée le 16 octobre 2013. Elle était signée par 2.540 personnes.      

*******************************************************************************************************

***********************************************************************************************************

ACTION :« 2000 LETTRES AUX MINISTRES »

L'arrêté préfectoral est signé. Vous ne l'acceptez pas ? Ensemble, tout est encore possible !

 

Nous proposons à tous les adhérents et sympathisants de notre association, ainsi qu'aux membres des associations et partis qui nous soutiennent,

d'écrire deux lettres: une à chaque Ministre responsable:

Madame BATHO - Ministre de l'Ecologie - 246, boulevard Saint-Germain-75007 PARIS

Monsieur LE FOLL - Ministre de l'Agriculture-78, rue de Varenne-75349 PARIS SP 07

avec un triple objectif :

1. exprimer notre étonnement et notre indignation suite à cette autorisation d'une ferme-usine à 500 vaches, déjà étendue–

sans aucune retenue- par ses promoteurs à 1000 vaches!

2. demander que notre association de défense soit reçue au plus vite par les Ministres concernés, pour obtenir des réponses

précises à nos questions.

3. demander la suspension de cet arrêté et un moratoire (arrêt total du projet), en attendant qu'une législation adéquate

concernant les fermes géantes soit mise en place par le législateur.

Il est souhaitable d’envoyer ces deux lettres tous au même moment pour en amplifier l'impact : elles sont à poster, si possible, pendant le week-end du 23-24 février, et au plus tard lundi 25 février,

en courrier simple, ou en recommandé si vous voulez donner plus de poids!

ENVOYEZ VOS DEUX LETTRES ! NOUS COMPTONS SUR VOUS !

Seule notre action commune fait notre force

Si vous n'avez pas le temps, n'envoyez que des lettres courtes (mais polies...!)

Faites écrire autour de vous, faites suivre cet appel sur Internet !

Et des milliers de lettres parviendront aux Ministères, et montreront notre détermination !

(Il est préférable que l’adresse sur l’enveloppe et votre lettre soient manuscrites).

Voici un exemple de lettre. Vous compléterez ce qui est entre parenthèses. Vous choisirez ce qui est en italiques.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

(vos nom et prénom)

(votre adresse complète)A…..,le…

(nom et adresse du destinataire-, voir ci-dessus)

Madame/Monsieur le Ministre,

J'ai l'honneur de vous écrire en tant qu’adhérent(e)/sympathisant(e) de l'association NOVISSEN, qui, en raison des très

graves dangers sanitaires, écologiques et sociaux de ce type d’élevage, se bat depuis 18 mois contre le projet insensé de la

plus grande ferme-usine de France : le projet des Mille vaches à Drucat-Le Plessiel et Buigny-St-Maclou.

Un arrêté préfectoral vient de donner autorisation pour 500 vaches, mais salle de traite et méthaniseur sont déjà

dimensionnés pour une extension à 1000 vaches, ce que le promoteur, M. Ramery, prévoit ouvertement !

De qui se moque-t-on ?

Je vous demande solennellement de recevoir au plus vitel’association NOVISSEN, et je dénonceici l'opacité constante des prises de décision,

malgré l'engagement du Président de laRépublique à la transparence, et les obligations internationales de la France.

Je vous demande la suspension immédiate de cet arrêté, et un moratoire sur la construction de fermes géantes tant qu'une législation adéquate ne sera pas mise en place.

Ma démarche s'inscrit dans la défense de l'intérêt général contre l'intérêt financier du seul promoteur, et dans le respect dû

à la population, qui se sent, par cet arrêté, profondément méprisée.

En espérant vivement que vous répondrez favorablement à mes demandes, veuillez croire, Madame/Monsieur le Ministre,

en mes sentiments respectueux, et néanmoins les plus vigilants et les plus déterminés.

(signature)

 

 

*************************************************************************************************************

Le RASSEMBLEMENT du 5 AVRIL 2013

 

Il a eu une importance fortement symbolique.                         

Pour les articles de presse, photos et autres documents, se reporter à la rubrique "Médias 2013".

 
 
Malgré le vent glacial, presque 200 personnes se sont rassemblées. Après quelques prises de paroles (voir plus bas), les participants forment un TRES grand cercle sur l'emplacement de la future ferme. Main dans la main, ils
ressentent leur solidarité. Ils savent que ce moment marque un tournant dans leur lutte. Ils en mesurent la portée et observent une minute de silence. Puis ils se dirigent vers le centre du cercle, en criant leur désapprobation. Au centre, un panneau, apporté par l'un d'eux et tenu à bout de bras, indique : "ICI, FERME-USINE DES 1000 VACHES". Ce panneau est mis en morceaux. Le geste est seulement symbolique, mais l'émotion est forte. Ce souvenir marquant restera comme un lien entre les participants. 
 
LES MASQUES
 
 
 
 
 
 
 
 
 Sur les masques,
sont inscrites des actions possibles
auxquelles il est prévu de recourir
si les travaux se poursuivent :
 
sitting,
blocage des engins,
occupation des lieux,
obstruction,
chaînes humaines,
campement sur place,
éventuellement, grève de la faim ...
 
(La symbolique des masques est expliquée dans le tract d'appel, de même que celle des vêtements bleus, blancs, rouges).    
 
 
 
 
 
 
 
  PRISES de PAROLE
 
Discours de Michel Kfoury, Président de Novissen
 
Discours de Gilberte Wable, membre du CA de Novissen 
 

Merci à tous et toutes d’être venus !

Oui, autour de nous, vous l’avez vu, il y a quelque chose de changé, quelque chose de dur et d’inquiétant : les panneaux du permis accordé, les bungalows installés, le bornage en cours.

C’est clair. Nous voilà face à une réalité nouvelle : les travaux vont commencer.

Or il ne faut pas qu’ils commencent.

 

Nos avocats préparent les dossiers de recours. Nous POUVONS gagner sur le plan juridique : une prochaine réunion publique vous l’expliquera en détail. Mais aussi révoltant, aussi inadmissible que cela puisse être : le recours juridique pèsera beaucoup moins lourd, si, entre temps, les bâtiments sont montés ! Et Monsieur Ramery le sait, il sait que les décideurs sont pleins de mansuétude face à des  bâtiments construits. En commençant les travaux, il nous envoie le message provoquant que nos recours ne valent pas grand chose,  que la Justice ne le dérange guère. Alors, nous le répétons avec force, il ne faut pas que les travaux commencent !  Pour que la Justice puisse faire son travail, il faut obtenir un arrêté suspensif,  sinon, il faudra mettre toute notre énergie  pour stopper ce qui est commencé.

 

Cette fois-ci, on entre dans la confrontation directe entre la volonté du promoteur et la volonté quasi unanime de la population. Nous savons que cela fait peur à certains, nous savons que certains sont prêts à se résigner, à laisser tomber.  Mais si vous êtes là, c’est que vous ne faites pas partie des gens découragés ! Vous savez qu’on ne peut pas laisser tomber ! Il en va de notre dignité personnelle, de notre dignité collective, de notre santé, de notre avenir. Sommes-nous, oui ou non, en démocratie ? Est-ce le plus grand nombre qui gouverne, ou une infime minorité qui impose ce qu’elle veut à tous, en méprisant les principes et les conséquences pourvu qu’elle s’enrichisse, aidée en cela par l’amitié de quelques élus et de quelques hauts fonctionnaires de l’Etat. Nous voulons la Justice et la Légalité ! Nous voulons une République digne de ce nom ! Les couleurs bleu-blanc-rouge que nous portons le rappellent avec force.

 

Aujourd’hui et ici, nous sommes en train de lancer, tous ensemble, un avertissement solennel. Madame Batho, Monsieur Le Foll, Monsieur le Préfet, Monsieur le Sous-préfet, Messieurs Ramery et Welter, prenez, au moins cette fois-ci, conscience que la population n’est pas ce que vous souhaiteriez qu’elle soit : une masse méprisable, informe et anonyme, une masse de masques blancs dociles et morts, sans jugement, sans émotion. Prenez au moins cette fois-ci la mesure de notre refus inébranlable, de notre indignation, de notre colère. Sous les masques,il y a la révolte ! Vous n’êtes pas présents, mais les photos, les vidéos vous le diront. Si  un  arrêté ne suspend pas les travaux, nous agirons avec fermeté et détermination. Ferez-vous appel alors aux forces de l’ordre pour favoriser la bonne marche du chantier ? Pensez-vous viable d’imposer par la force à toute une population ce qu’elle ne veut pas ? Dans quel pays sommes-nous ? Nos arguments pour refuser ce projet sont nombreux, et parfaitement justifiés. Ils ont, pendant quelques mois retardé la décision, mais finalement, la décision, à peine infléchie par le poids de nos arguments, a été prise en faveur du promoteur. Nous demandons une législation correcte et cohérente en faveur de l’intérêt général. Nous demandons que le projet soit examiné par des instances réellement indépendantes.  Allez-vous rester sourds à ces demandes ? Allez-vous choisir de faire monter la tension, de nous humilier encore, de nous intimider, et tenter de nous diviser ? Nous sommes bien décidés à rester solides et solidaires.

 

Et vous tous qui êtes ici, pensez que nous ne sommes pas seuls.

Tous ceux des alentours, tous ceux de France qui sont au courant de notre lutte, nous observent, nous encouragent.  L’opinion générale est en notre faveur : 90% de la population est contre l'élevage industriel ! Avec l’aide de ceux qui nous soutiennent, avec notre courage, avec notre persévérance, avec notre solidarité, nous pouvons gagner, et finalement, nous GAGNERONS !

 

 

Symbole du refus total de la population

 le panneau apporté par les manifestants

"ICI, LA FERME-USINE DES 1000 VACHES" a été déchiré sous les acclamations ! ! !

 

 
 
 Le TRACT d'APPEL à ce RASSEMBLEMENT
 
 
 
 

- NOVISSEN NE LÂCHE RIEN -

A vous qui êtes ulcérés, exaspérés,

par l’installation des bungalows de chantier, alors que les délais de recours ne sont pas épuisés,

VENEZ ! ! On ne peut pas rester sans REAGIR ! !

A vous qui êtes troublés, inquiets,

alors qu’on peut empêcher l’installation de la ferme-usine géante par la Justice et par nos actions,

VENEZ montrer la FORCE de la SOLIDARITE ! !

Rassemblement le vendredi 5 avril à 17h

sur le site prévu pour le chantier

Entrée par le chemin sur la route d’Hesdin

Parking sur ce chemin, ou sur le parking du karting

NOVISSEN organise l'opération

" MASQUES BLANCS"

Deux consignes (impératives) : Pas d’insultes aux personnes. Pas de détérioration des objets.

Deux propositions pour cette opération : (vous pouvez suivre l’une ou l’autre ou pas du tout – l’essentiel est que vous soyez là).

1-Venir habillés avec un vêtement (imper, veste, Kway…) bleu ou blanc ou rouge. Ces couleurs signalent que nous souhaitons la Justice et la Légalité. Les privilèges, les passe-droits, les accaparements de tout par certains…..ça suffit !

2-Des masques blancs vous seront proposés sur place. Vous, masse anonyme méprisable, qu’on n’écoute pas, qu’on ne voit pas, vous pouvez par cohésion très forte et solidarité rendre le chantier très problématique, voire impossible. Car sur ces masques seront notés des avertissements de ce qui pourra arriver si le promoteur s’entête. Par exemple : « obstruction », « grève de la faim »… etc… Cela ne signifie pas que vous vous y engagez personnellement ! Cela annonce que ces moyens seront employés si nécessaire.

 

 

Nos panneaux « NON » n’ont pas suffi ! ! Montrons donc notre détermination totale en annonçant des ACTES, et en prévoyant les conséquences :

Que le promoteur, le Préfet, le Sous-préfet soient avertis d'un chantier difficile, avec recours permanent aux "Forces de l'Ordre" !

Que l'opinion publique soit avertie et nous apporte son soutien. Il sera d'autant plus fort que l'injustice éclatera aux yeux. Nous devons rester les victimes de la situation. Pensez-y !

VENEZ aussi NOMBREUX que possible !!!

(mais pas pour défiler)

On vous demandera de vous regrouper en masse devant les bungalows,

de vous mettre côte-à-côte pour former des haies,

de faire une longue chaîne humaine en vous tenant les mains, etc…

Les photos, les vidéos devront circuler ensuite

au maximum, par TOUS les moyens.

Ce n’est pas un rassemblement festif ! La fête sera pour plus tard !

Ce qui se passe est préoccupant et grave.

La lutte s’annonce serrée. Si besoin, elle ira croissant.

*******************************************

 

 

 

****************************************************************************************************************

***************************************************************************************************************

La MANIFESTATION du 3 MARS 2013 à PARIS

2000 personnes environ étaient présentes à cette manifestation.

Une section spéciale "Manif du 3 mars 2013" lui a été consacrée, à l'intérieur de la rubrique "Médias 2013".

**********************************************************************************************************

*************************************************************************************************************

Représentations théâtrales de

« Pendant ce temps-là, les vaches rient… »

à la Salle polyvalente « Jean-François Lesueur » de Drucat-Le Plessiel,

le samedi 12 janvier 2013 à 20h30

et le dimanche 13 janvier 2013 à 15h

par la compagnie : « Sur les planches ».

Les places étaient à réserver par tél. 03.22.24.01.17 ou par mail : sur.les.planches@free.fr

La pièce a été jouée à guichet fermé avec un grand succès ! ! 

 

Deux nouvelles représentations ont eu lieu

le samedi 2 février à 20h30 et le dimanche 3 février à 15h

 

 

 

 

************************************************************************************************************

*************************************************************************************************************

Participation au vote organisé

par le "Courrier Picard"(du 1er au 31 décembre 2012).

Le « Courrier Picard » avait organisé un vote pour élire le « Picard marin 2012 », c’est-à-dire la personnalité de l’année en Picardie maritime.

La question était ainsi posée : « Qui, selon vous, a le plus marqué le territoire de par son action, son métier, son caractère ou son engagement ? »

Onze personnes avaient été présélectionnées par le journal.

 

Résultat du vote paru le 7 janvier 2013.

Il y a eu 4341 votants (dont 4081 par Internet).

Olivier Joly arrive en tête avec 1838 voix (dont 1816 par Internet) soit 42 % des votants.

Michel Kfoury arrive en second avec 1384 voix (dont 1208 par Internet) soit 31 % des votants.

************************************************************************************************************

**************************************************************************************************************

 

Texte de la lettre remise le 27 novembre 2012 au Secrétariat de

 Monsieur Dieudonné, Sous-préfet d’Abbeville.

 

                        Monsieur Le Sous-Préfet,

 

                        L’importance de votre rôle dans la vie des citoyens est, pour nous, une évidence, et nous avons le plus grand respect pour la fonction que vous occupez. C’est au nom de ce respect que nous sommes amenés à vous poser dans cette lettre quelques questions. Car nous sommes dans l’incompréhension face à ce qui nous apparaît, pour le moins, comme des contradictions.

 

                        Il s’agit du projet dit des «1000 vaches », présenté par M. Ramery. Vous l’avez soutenu dès le début. Et très récemment, dans un article du « Courrier Picard » du 27 octobre 2012, non démenti par vos soins, il est question d’une proposition que vous avez formulée au Ministère de l’Ecologie, et d’une nouvelle réunion de travail en date du 6 novembre. De même, dans un article du « Télescope » du 20 novembre, nous voyons que vous continuez à apporter un soutien actif à ce projet, afin « que les négociations se concluent au plus vite ». Etant donné que nous sommes partie prenante dans ce dossier, il nous semble normal que vous vouliez bien d’une part nous informer de l’évolution présente de cette affaire ; d’autre part, vu que l’ensemble de votre attitude nous interpelle, nous vous saurions gré de nous expliquer en quoi elle entre dans le cadre de vos fonctions. Plus précisément, voici nos questions :

 

1°) Il ne vous viendrait pas à l’esprit de vous servir de votre influence pour obtenir des avantages, soit à titre personnel, soit en vue de favoriser l’enrichissement d’un petit groupe de particuliers qui seraient vos amis. Vous savez comme nous que ce serait un délit (1). Nous savons bien que votre rôle consiste à veiller à l’intérêt général, et nous souhaiterions donc comprendre au nom de quelprincipe vous avez participé au voyage en Allemagne le 14 avril 2011, organisé par M. Ramery, qui avait manifestement pour but de vous gagner à sa cause, afin que vous usiez ensuite de votre influence pour que ce chantier (devant lui apporter de substantiels profits) soit autorisé.

 

2°) De même, votre fonction implique l’écoute, le respect et le dialogue, et il ne vous viendrait pas à l’esprit d’user de votre influence pour tenter d’intimider ou d’obtenir des actes conformes à vos vues. Nous souhaitons donc comprendre au nom de quel principe de neutralité et de respect vous vous permettez de menacer des élus endéclarant : « Et je ne veux vous voir à l’origine d’aucune manifestation ! » lorsque M. Gauret, Maire, et M. Parsis, 1er Adjoint, sont venus vous consulter, début octobre 2011, pour l’organisation d’un référendum à Drucat-Le Plessiel.

 

3°) Vous avez, certes, reçu une délégation de l’association Novissen, venue le 13 décembre 2011 vous expliquer les motifs de très grande inquiétude suscitée par ce projet. Mais aucun de ces motifs à vos yeux ne méritait d’être étudié, puisque vous les avez immédiatement balayés par ces mots : « Je ferai tout pour que ce projet aboutisse ». Nous aimerions comprendre au nom de quel principe vous pouvez vous déclarer ainsi en faveur d’une décision avant même qu’elle ne soit prise en plus haut lieu. Nous ne voudrions pas penser, ce qui serait éminemment indigne d’une démocratie, que vous pouvez faire preuve d’un autoritarisme personnel non conforme à votre position hiérarchique.

 

4°) Nous sommes certains que vous faites tout pour que, dans les diverses Commissions auxquelles vous participez, les débats se déroulent de façon loyale et sereine. Vous étiez aux côtés de M. Riguet, Secrétaire Général, le 23 avril 2012, lors de la réunion du CODERST qui avait pour ordre du jour unique le projet de M. Ramery. Comment expliquez-vous, compte tenu des réserves et des avis défavorables des Commissions qui avaient précédé (2),qu’au terme de plusieurs heures, apparaisse finalement dans la soirée un vote quasi unanime en faveur du projet (20 voix sur 24) ? Comment expliquez-vous que plusieurs témoignages concordants fassent état de « pressions inadmissibles » ? Ce résultat a d’ailleurs paru peu crédible, et n’a pas été suivi d’effet.

 

5°) Nous savons que vous avez le plus grand souci de l’ordre public, et qu’il ne vous viendrait pas à l’idée de susciter vous-même des troubles en attisant la colère générale. Nous aimerions donc comprendre quel motif vous pousse à tout faire pour que ce projet aboutisse, en restant obstinément sourd et aveugle au très fort mouvement d’opinionqui s’y oppose , et qui (faute d’un référendum qui aurait résolu rapidement la question) s’exprime on ne peut pas plus clairement par les moyens dont elle dispose. Pouvez-vous nous expliquer au nom de quel principe vous considérez que 2% de la population valent mieux que 98% (sondage du « Journal d’Abbeville ») (3), ou que les 9 associés de la SCEA (4) pèsent plus lourd que les 1800 adhérents de Novissen, ou que les pétitions écrites et la pétition en ligne (avec plus de 32.000 signatures) sont à traiter avec mépris, de même que les déclarations de nombreux spécialistes ou personnalités reconnues, et de même aussi les manifestations dans Abbeville (18 février 2012) ou Amiens (23 juin 2012). Nous ne voudrions pas penser que, pour parvenir à vos fins, vous seriez prêt à suggérer quelques arrangements (par exemple, récemment (5), diminuer le nombre de bêtes permettrait au projet de démarrer, ouvrant la voie à une extension ultérieure), ni que, si la ruse échoue, vous puissiez songer à faire usage de la force pour contraindre la population à accepter ce qu’elle ne veut pas.

 

            Nous nous bornons à ces 5 questions. Elles nous permettront de mieux comprendre ce qui nous paraît contradictoire dans la façon dont vous assumez votre fonction.

 

            Nous pensons inutile de vous poser à nouveau les questions auxquelles vous n’avez pas cru devoir répondre lors de la précédente entrevue, le 13 décembre 2011.

           Ainsi, il est dans vos attributions d’assurer la sécurité routière. Mais vous êtes certain que l’augmentation du nombre de véhicules sillonnant les routes dans Abbeville et aux alentours ne posera aucun problème.

          Vous avez pour rôle d’assurer la protection de la population face aux risques sanitaires. Mais vous êtes certain que le regroupement confiné d’un grand nombre d’animaux ne favorise en rien la transmission des maladies.

           Votre rôle est d’assurer la protection de la population face aux risques technologiques. Mais, pour vous, il n’est même pas besoin d’établir un plan de secours, puisqu’il est écrit qu’en cas d’accident, « aucun scenario n’aura de zone d’effet en dehors du site »(6) : il n’y aura donc ni fuite ni fumée.

           Il entre dans votre rôle de promouvoir le développement économique de votre région, et au moins de préserver l’emploi. Mais vous êtes certain qu’en ruinant les petits et moyens éleveurs par la concurrence, vous avez trouvé le moyen infaillible de sauver la filière laitière. Vous avez aussi à veiller au tourisme, mais vous êtes certain que cette ferme-usine rendra plus attrayante la Baie de Somme.

          Vous avez la responsabilité de protéger l’environnement. Mais vous êtes certain que le projet est de nature à maintenir intacts l’eau, la terre et l’air.

           Nous ne vous interrogerons pas non plus sur le financement, et notamment le montant des subventions en argent public, car nous avons su qu’en bonne transparence, ce montant ne pouvait pas nous être révélé.

           De même, nous ne vous interrogerons pas sur le fervent soutien que vous apportez à un entrepreneur, qui - ce n’est un secret pour personne - a quelques ennuis avec la Justice dans le Nord-Pas-de-Calais.

 

           C’est sur les 5 questions précédemment posées que nous sollicitons votre réponse. Et, bien entendu, nous attendons de recevoir de vous un compte rendu des derniers événements donnant l’état actuel du dossier. Nous vous précisons que nous ne pourrons pas nous contenter d’une réponse écrite, dans laquelle vous pourriez éluder au moyen de généralités. Nous sollicitons un entretien avec vous, pendant lequel nous noterons avec le plus grand soin vos réponses, qu’ensuite nous  publierons. Nous sommes certains que vous accepterez volontiers cet entretien, qui nous indiquera comment évolue la position des autorités publiques, que nous sommes en droit de connaître, et qui lèvera les doutes qui sont dans les esprits concernant votre rôle. Faute de quoi, en n’apportant ni informations ni démentis, vous conviendrez que vous laissez libre cours aux interprétations qui vous seront les plus défavorables.

 

          Dans l’attente de recevoir une date prochaine pour cet entretien, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Sous-Préfet, l’expression renouvelée de notre plus grand respect pour la fonction qui est la vôtre.

 

                                                   Pour  le Conseil d’Administration de l’association Novissen,

                                                                                                               Le Président, Michel Kfoury.

 

P.S. Comme de notre côté, nous souhaitons une totale transparence dans ce dossier, nous adresserons une copie de cette lettre d’une part à Monsieur le Préfet, d’autre part à la Presse.

 

(1) Voir Code Pénal article 432-11.

(2) DDPP 80 - « Rapport de l’Inspection des Installations Classées », 12 avril 2012, page 31.

(3) Sondage réalisé dans la semaine du 22 au 29 février 2012, auquel ont répondu librement 977 votants.

(4) Suite à des défections, ce chiffre est à revoir à la baisse.

(5) Voir articles du « Courrier Picard » du 27 octobre 2012, et du « Télescope » du 20 novembre 2012.

(6) « Avis de l’autorité environnementale sur l’étude d’impact et l’étude de dangers », page 14.

 

Réponse de Monsieur le Sous-préfet à notre première lettre

Communiqué de presse de la Préfecture d'Amiens

 

Amiens, le 30 novembre 2012

 

Communiqué de presse

 

Ferme dite des mille vaches :

L’instruction du dossier est réalisée

au regard du droit

 

 

 

                  

 

 

 

Dans un courrier qu'elle a communiqué le jeudi 29 novembre à la presse, l'association NOVISSEN met en cause la probité de M. Philippe Dieudonné,  Sous-préfet de l'arrondissement d'Abbeville, dans sa gestion du projet dit de la "Ferme des mille vaches" ainsi que les conditions d’instruction du dossier par les services de l’Etat.

 

Jean-François Cordet, préfet de la région Picardie, Préfet de la Somme rappelle que les procédures juridiques pour ce type de dossier sont fixées par les textes législatifs et réglementaires et qu’elles sont menées en toute neutralité, sous son autorité, par le bureau de l’administration générale et de l’utilité publique (en charge de l’instruction des installations classées), en lien avec les services compétents des administrations locales et nationales. L'instruction du dossier dit de la Ferme des mille vaches est réalisée au regard de ce cadre législatif et réglementaire, qui s’imposent à tous.

 

Par ailleurs, le préfet de la région Picardie, préfet de la Somme a assuré le Sous-préfet d'Abbeville de son entière confiance dans sa mission de coordination des services chargés de cette instruction.

 

Un démenti formel est opposé à l'ensemble des allégations de l’association NOVISSEN et le préfet de la région Picardie, préfet de la Somme se réserve le droit de poursuivre sur le plan judiciaire.

 

 

 

 Notre deuxième lettre à Monsieur le Sous-préfet

 

 

 

 

 

Le Conseil d’Administration de  NOVISSEN                                             Drucat-Le Plessiel, le 10 décembre 2012.

représenté par son Président, Michel KFOURY                                 

                                                                                                               à      Monsieur Philippe DIEUDONNE

                                                                                                                       Sous-Préfet d’Abbeville

                                                                                                                        Rue des Minimes

                                                                                                                        80100 ABBEVILLE

 

                                              Monsieur Le Sous-Préfet,

 

                               Votre réponse datée du 28 novembre 2012, à la lettre que nous avions déposée à votre Secrétariat le 27, nous est bien parvenue.

 

                               Nous ne trouvons aucune proposition de rendez-vous, aucune explication dans votre réponse. Vous opposez donc un refus global à notre demande. Vous avez de surcroît choisi une manière tranchante et menaçante de ne pas aborder les problèmes que nous évoquions, ce qui n’est pas de nature à faciliter le dialogue avec vous. Vous écrivez que nos « allégationsde nature calomnieuse » peuvent relever de l’ « outrage », de la « diffamation ». Vous nous demandez « par retour du courrier des excuses écrites », faute de quoi vous mettrez « en œuvre sans faiblesse cette voie de droit en saisissant l’autorité judiciaire d’une plainte à notre encontre et celle de notre association ».

 

                               Il ne nous est pas possible de vous présenter nos excuses, Monsieur le Sous-Préfet, car notre lettre est polie, et ne contient pas de « diffamation ». Nous vous rappelons que notre objectif était de connaître l’état actuel du dossier et de clarifier le rôle que personnellement vous tenez dans ce dossier. Pour ce second point, nous prenons appui sur des faits précis et avérés, qui ont donné lieu à des interprétations et des rumeurs dont certaines circulent depuis le début, et dont nous ne sommes pas responsables. Nous vous les transmettons sur un mode interrogatif, et nous vous demandons, lors d’un entretien, de bien vouloir, de façon claire et argumentée, apporter des explications. Est-il répréhensible de demander une entrevue et de poser des questions? A moins, bien sûr, que vous ne soyez, dans le cas présent, opposé à toute clarification.

 

                                Nous revenons vers vous pour vous demander une nouvelle fois un rendez-vous. En effet, il nous semble normal qu’en tant que représentant de l’Etat, vous apportiez réponse aux questions posées par les citoyens. Par ailleurs, les questions sont celles des adhérents de notre association, et, en tant que Conseil d’Administration, nous avons pour rôle de leur transmettre  vos réponses. Pensez-vous qu’ils puissent se contenter d’entendre que tout est fait « dans le strict respect du principe de légalité et des exigences de l’Etat de droit » ? Non seulement les doutes entrés dans les esprits ne s’en trouvent pas dissipés, mais il se peut qu’il en résulte une certaine exaspération.

 

                                Persuadés que vous comprendrez le bien-fondé de notre démarche, et la haute valeur démocratique que peut avoir un entretien entre personnes de bonne foi, nous espérons que vous aurez l’obligeance de nous recevoir pour nous apporter informations et clarifications.

 

                                Toutefois, si vous pensez qu’il est préférable que ces explications soient données dans un contexte judiciaire, cela ne crée pas de crainte de notre part.

 

                                 Dans l’attente du choix que vous ferez et que vous voudrez bien nous faire connaître, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Sous-Préfet, l’assurance renouvelée du très grand respect que nous avons pour votre fonction.

                                                                                              Pour le Conseil d’Administration de Novissen,

                                                                                                                Le Président, Michel Kfoury,

 

 

   Une copie de cette lettre sera envoyée à Monsieur Le Préfet à Amiens.

 

Réponse de Monsieur le Sous-préfet à notre deuxième lettre

 

 

***********************************************************************************************************

*********************************************************************************************************

3ème REUNION PUBLIQUE d’information lelundi 17 décembre 2012 à 20h30,mais cette fois-ci (pour équilibrer les 2 communes concernées)

à Buigny-Saint-Maclou (Salle Polyvalente).

140 à 150 personnes y assistaient (salle comble).

 

 

************************************************************************************************************

*************************************************************************************************************

Le 19 septembre, participation à la "Good Food March" : après Abbeville, Bruxelles !

Parti à 5h30 d'Abbeville, un car est arrivé à Bruxelles à 10h, au parc du Cinquantenaire. Vingt-cinq adhérents de Novissen, avec banderole et panneaux, ont défilé dans le quartier du Parlement Européen avec la foule (300 personnes au départ, puis 1000 environ - accompagnées de tracteurs). Diverses associations d'agriculteurs et de consommateurs, venues de différents pays d'Europe, étaient représentées. Plusieurs personnalités (dont José Bové) ont pris la parole.

(pour articles, émissions, vidéos, se reporter à la rubrique "Médias", et cliquer sur la section "Good Food March").

(Photos Claude Dubois)

 

(Photo Philippe Pallu)

 

************************************************************************************************************

*************************************************************************************************************

Le 16 septembre, participation à la "Good Food March", à Abbeville.

Site à consulter : www.goodfoodmarch.eu

Un vaste mouvement d’opinion à l’échelle européenne dit NON aux dérives absurdes et dangereuses de l’agriculture industrielle.

Pour représenter la Somme, NOVISSEN a été choisie pour son combat emblématique contre la ferme-usine des 1000 vaches et son méthaniseur industriel.

Une manifestation a pris le départ à 10 heures, avenue de la Chapelle, à Abbeville. Après montée de la Côte de la Justice (au nom symbolique !), un rassemblement (200 personnes environ) a eu lieu sur le rond-point de la route d'Hesdin (après Intermarché). Plusieurs personnalités ont pris la parole. Lors du retour au point de départ, vers midi, la décision a été prise de se retrouver à Bruxelles le 19 septembre ! Solidaires de nos amis européens, nous serons plus forts !

(pour articles, émissions, vidéos, se reporter à la rubrique "Médias", et cliquer sur la section "Good Food March").

Nous montons la Côte de la Justice...

 

Au moment de la halte au rond-point, nous avons entendu :

Pierre-Alain Prévost (coordinateur France de la Good Food March),

Michel Kfoury (Président de Novissen),

Christophe Porquier d'EELV,

le Trésorier de Picardie Nature,

le Président des Agriculteurs Bio de la Somme,

une intervenante de la FAMAPP,  

Henri Gauret (Maire de Drucat-Le Plessiel)....

 

 

 

...puis nous voici, redescendant la Côte de la Justice.(Photos Philippe Sallé)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

************************************************************************************************************

*************************************************************************************************************

 

 

Le 15 septembre, Assemblée Générale de l'association NOVISSEN.

Le Conseil d'Administration a invité les adhérents de Novissen à la Salle Polyvalente "Jean-François Lesueur", à Drucat-Le Plessiel, pour l'Assemblée Générale, à 10h. Ils étaient 104 présents, munis de 165 procurations. Il y avait donc 269 votants. (Photos Philippe Sallé)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vues (partielles) du Conseil d'Administration et de la salle attentive pendant l'AG.

 

 

 

Un kir a été offert par l'association, et un pique-nique champêtre, sympathique et ensoleillé, a eu lieu sur le terrain attenant à la salle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

************************************************************************************************************

*************************************************************************************************************

 

Une pétition est actuellement en ligne via le lien ci-dessous :

http://www.avaaz.org/fr/petition/Interdire_la_creation_de_la_plus_grande_fermeusine_de_France//?tta

Cette pétition a été mise en ligne le 17 mai 2012.

Au 22 juin 2012, elle comptait 22 115 signatures, ce qui correspond à une moyenne de plus de 600 signatures par JOUR !

Elle a été remise le 23 juin à Monsieur Michel DELPUECH, Préfet de la région Picardie, sous la forme d'un tirage sur papier (voir photo ci-contre).

Merci à tous ceux et celles qui ont déjà signé.

N'hésitez pas à signer et à faire suivre à vos contacts. La pétition continue !

(N'oubliez pas pour autant l'importance d'adhérer ou de faire adhérer !)

 

 

 

 

 

 

 

************************************************************************************************************

*************************************************************************************************************

Tenue d'un stand à l'occasion de la 2ème édition de la "CRO MAGNON", le 26 août.

Course à pied nature, à Drucat-Le Plessiel. Départ 10h. Lien: http://club.quomodo.com/d-t-j/_accueil.html

 

 

                                                                                                                                                                   Photo Philippe Sallé                                                                                                                                                          Photo Francis Chastagner

 

************************************************************************************************************

*************************************************************************************************************

 

 

Présence visuelle de l'association au départ du Tour de France, à Cambron, le 4 juillet. Photo Francis Chastagner.

 

 

************************************************************************************************************

*************************************************************************************************************

 

 

Nouvelle campagne de lettres, le lundi 2 juillet.

Nous avons proposé une action auprès des Ministres de l'Agriculture et de l'Ecologie du nouveau gouvernement Ayrault. Elle a été nommée "Action une lettre pour une vache : interdisons la ferme-usine des 1000 vaches".


Les objectifs étaient :

  • Envoyer des lettres en grand nombre aux ministères concernés pour réaffirmer notre détermination.
  • Mobiliser tous les membres de Novissen et des associations qui nous soutiennent dans une action commune.
  • Amplifier l’impact auprès des autorités après notre manifestation du 23 juin par une action concrète.
  • Demander clairement l’interdiction définitive de ce projet insensé.

Nous avons donc proposé à tous nos adhérents et à toute personne sympathisante d’écrire deux lettres, une à Monsieur Stéphane Le Foll, l’autre à Madame Delphine Batho, et de les envoyertoutes le même jour pour créer un effet de masse. Les lettres pouvaient être personnelles ou s'inspirer d'un modèle, mais elles demandaient à nos ministres, en termes courtois mais fermes, d’intervenir auprès du Préfet de la Somme pour interdire définitivement ce projet des Mille Vaches à Drucat-Le Plessiel et Buigny-St Maclou.

 

************************************************************************************************************

*************************************************************************************************************

 

 

Accueil de Monsieur le Préfet à Abbeville, le 28 juin.

Le jeudi 28 juin, à 18h, le Préfet devait présider une réunion sur la santé, à la Mairie d'Abbeville. Des opposants au projet se sont donc retrouvés sur la Place de l'Hôtel-de-Ville dès 17h30. Mais le Préfet, absent, s'est fait représenter par le Sous-Préfet, qui est entré de façon très discrète dans la Mairie.

 

 

************************************************************************************************************

*************************************************************************************************************

 

 

 

 

La grande manifestation à Amiens,le 23 juin.

(Veuillez vous reporter à la rubrique "Médias" - section "manifestation du 23 juin" pour articles, émissions, vidéos et photos).

Vue (partielle !) du cortège des manifestants. Photo Jean-Marie Faucillon.

 

************************************************************************************************************

*************************************************************************************************************

 

Les "rondes des indignés des 1000 vaches" en juin 2012.

 

Elle a eu lieu les samedis 2 , 9 et 16 juin, de 15 h à 17h sur la place Max Lejeune à Abbeville. C'était une marche autour la place, en file indienne, en portant des panneaux et en agitant des cloches à vaches. Des tracts étaient distribués aux automobilistes et aux passants.(Veuillez vous reporter à la rubrique "Médias 2012" pour d'autres photos).

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * 

Lettre adressée aux Ministres par l'association Novissen, le 09 juin 2012.

 


                                                        NOVISSEN

                                                       385 rue du Levant 80132 Drucat

 

 

Association NOVISSEN

                                                                      

 

                                                                                                                      Drucat-Le Plessiel, le 07/06/2012

Monsieur Stéphane LE FOLL 

Ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire

Madame Nicole BRICQ 

Ministre de l'Ecologie du Développement durable et de l’Energie 

Madame Marisol TOURAINE

Ministre des Affaires sociales et Santé

Monsieur Manuel VALLS

Ministre de l'Intérieur 

Madame Cécile DUFLOT

Ministre des Egalités des territoires et du Logement

Objet :

Ferme géante en Picardie

                                                                          Mesdames et Messieurs Les Ministres,

 

 Nous avons l’honneur d’attirer votre attention sur un projet tout à fait inédit : l’installation par M. Ramery, entrepreneur de BTP, d’une ferme-usine en Picardie Maritime, sur les

communes de Drucat-Le Plessiel et Buigny-Saint-Maclou. La ferme dépassera par sa taille ce qui existe en France : elle accueillera (enfermés à l’année) 1000 vaches laitières

et 750 veaux. Elle sera hors normes aussi par son fonctionnement, car associée à un méthaniseur aux entrants multiples, donc semi-agricole, semi-industriel, cette double

appartenance étant une première, et sa capacité à fort risque se situera à 500 mètres des habitations.

Le projet comporte des lacunes inadmissibles et des contradictions flagrantes. Mais surtout, il présente des dangers particulièrement nombreux et graves, concernant notamment

 la santé, l’environnement, la sécurité et l’emploi. La population locale à sa quasi-unanimité n’en veut pas. Plus largement, un mouvement d’opinion exprime sa vive opposition.

Le dossier ci-joint vous donnera une idée des soutiens que reçoit l’association NOVISSEN. Accepter ce projet serait un déni de démocratie, tant il apparaît de façon évidente

 qu’il favorise un intérêt particulier, en bafouant l’intérêt général. En fait, il s’agit d’un refus fondamental d’un certain type de société dont l’opinion publique commence à

percevoir les méfaits, et dont elle ne veut plus : concentration à outrance, course effrénée au profit financier, impasse économique, cynisme et dégradation de la production alimentaire.

 

 

 

 

Il est clair que nous demandons l’annulation totale et définitive de ce projet.

Toutefois, nous comprenons que vous souhaitiez avoir le temps d’examiner ce dossier avant de prendre position. Il ne conviendrait pas que Monsieur Michel Delpuech, Préfet

 à Amiens, prenne, dès que son devoir de réserve lui en laisse la possibilité, une décision favorable à ce projet en restant dans la ligne du gouvernement précédent. Nous vous

prions donc d’intervenir très rapidement auprès de lui. Vu l’importance du projet, vu la façon dont il concerne directement l’image qu’on peut se faire de l’avenir de

l’Agriculture, de l’Ecologie, et de notre société en général, il semble justifié que Monsieur Le Préfet reçoive auparavant l’avis de vos nouveaux Ministères.

 

Nous sommes confiants dans le fait qu’il vous apparaîtra que ce dossier doit, malgré ce nouveau délai, trouver une solution rapide, et que vous œuvrerez avec clairvoyance pour

un retour au calme.

 

Nous vous remercions, Mesdames et Messieurs Les Ministres, de l’attention que vous accorderez à ce courrier, et nous vous prions d’agréer l’expression de notre très haute

considération.

                     

 

Pour le C.A de Novissen,  le Président Michel KFOURY

 

 

Novissen -  385 rue du Levant 80132 Drucat

 

 novissen@free.fr

 

site : http://novissen.com